Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE BLOG D'ANTONI
  • LE BLOG D'ANTONI
  • : Ce blog vous permet de découvrir mon premier roman et plus généralement ma passion pour l'écriture.
  • Contact

Ce que je lis aujourd'hui

 

 

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

 

   

Recherche

J'Y PARTICIPE

 

 

16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 12:33
Bonjour à tous,
merci de m'accueillir chez vous !

Comme annoncé il y a peu, vous allez découvrir un extrait de mon premier roman : LA PRISON PASSIONNELLE ou de l'hypocrisie conspuée. L'extrait choisi se situe au début de l'aventure, moment durant lequel Max fait visiter la mission à Lady Fairclough.
Bonne lecture à tous et à bientôt.


(...)
Ils dépassèrent les huttes situées les plus au Nord et se rapprochèrent sans véritablement s'en rendre compte du plus grand arbre du village, un fromager dont les ondulations s'écrasaient brutalement contre le sol. Intriguée par les singuliers reliefs du plus vieux résident de la mission, Lady Fairclough vint le contempler à deux ou trois mètres de distance. Postée entre deux méandres, elle eut un vertige en devinant la cime de l'auguste monument. Elle s'extirpa alors des bras indolents de son oppresseur pour le contourner. Le chemin à demi-parcouru, elle s'immobilisa subitement, stupéfaite par ce que son regard venait de lui permettre de découvrir : dans l'épaisse écorce, on avait grossièrement gravé un dessin représentant un lion avec des griffes acérées et une gueule béante. Il ne s'agissait là que d'une nature morte mais cela n'empêcha pas la jeune femme de sentir un frisson lui parcourir le dos.
"Qu'est-ce donc que ceci ? s'enquit-elle auprès de son compagnon, quelque peu secouée.
- C'est, selon les dires des anciens, Shamananga, un monstre vivant dans la forêt voisine. La légende raconte que tous les dix ans, le fauve quitterait sa retraite afin de rendre la justice parmi les hommes. Sa sentence relevant davantage du trouble que d'une légitime impartialité. Certains affirment avoir déjà vu la prophétie  se réaliser mais, de par leurs métabolismes fâcheusement endommagés par le "liquide enchanteur", ils n'ont apporté que des descriptions des plus fantaisistes à ceux qui avaient daigné se pencher sur le sujet. Finalement, personne ne sait, s'il existe, à quoi peut-il bien ressembler. Cette représentation ne figure qu'une illustration de son auteur, donc sa propre perception d'une histoire qu'il a voulu matérialiser.
- Et tous ces braves gens sont convaincus de son existence ?
- Oui, reconnut-il, c'est la raison pour laquelle ils l'ont dessiné, sur cet arbre notamment, tout en tapotant presque affectueusement ledit végétal, pour prévenir les plus jeunes qui n'en auraient pas conscience.
- Mais alors, il faut réagir, s'emportait-elle, construire des barricades, poser des pièges dans et autour de la mission. Nous ne saurions rester insensibles face à une telle menace. J'ai peine à croire que des hommes sensés, érudits tels que le révérend et vous-mêmes, n'en soyez pas arrivés à la même conclusion en tentant de trouver une parade à ce réel péril.
- Diable ! Il est hors de question de céder à une psychose malvenue. C'est sans doute parce que nous sommes des êtres sensés que nous agissons ainsi. Cette histoire ne repose que sur de vagues supputations. Ce croquis est une simple mise en garde. Shamananga, c'est le danger, tous les maux que les Africains doivent exorciser. Rien de plus. (...)


Voilà tout pour cet extrait. Si vous voulez savoir si les craintes de Lady Fairclough sont fondées, si vous voulez connaître la suite de cette aventure, lisez la PRISON PASSIONNELLE...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mélusine 08/05/2010 15:10


Bonjour,

Fais-toi confiance ;-)
Le jour où tu n'aimes pas ce que tu écris, ça voudra dire que cela ne te correspond pas et tu trouveras seul le pourquoi ...
Tu as une jolie plume, c'est déjà très bien...
Mais bien sûr si tu as besoin que l'on te remonte le moral, pas de souci ! mais tes ami(e)s et tes lecteurs proches, seront là aussi. :-)
A bientôt


ANTONI 08/05/2010 15:12



Mon Dieu, c'est une transmission de pensée ou quoi ? Je viens juste de répondre à ton mail !!!


C'est bien, sur Over blog, je peux continuer de t'appeler Mélusine !!!



Mélusine 07/05/2010 17:11


Bonjour Antoni,

Je crois que ce qui est le plus important est que tu aies pris du plaisir à écrire ton livre et même s'il y a des longueurs, ce n'est pas si grave que cela...
Par contre je ne comprends pas pourquoi tu parles d'humilité (???).
Tu as ce don de l'écriture et de l'imagination et je t'admire pour cela comme j'admire tous les auteurs...Tiens j'ai croisé Douglas Kennedy il y a peu et bien je crois que sa passion pour l'écrit
peut faire oublier son style que certains n'aiment pas....
Bonne soirée et à très vite.


ANTONI 08/05/2010 14:03



Merci. Les jours où je n'aime pas ce que j'écris, il faudra absolument que je te contacte pour me remonter le moral !!!


J'ai vu que tu m'avais envoyé un mail. Je vais de ce pas y répondre. A plus tard...



Mélusine 06/05/2010 16:52


Bonjour,

Je pense ne pas devoir être indulgente, car de toute façon j'aime ta façon d'écrire ainsi que la fluidité de ton style donc :-) ...je pense que je vais passer un bon moment avec ton livre.
Pour la dédicace, je n'ai pas trouvé "Contact" sur ta page d'accueil afin que je puisse t'écrire et connaître ton adresse postale.
Ma commande est partie ce matin de chez amazon....elle ne va pas tarder...
Bien à toi.
Bonne soirée


ANTONI 07/05/2010 10:40



Salut Mélusine, j'espère ne pas te décevoir. Je lis beaucoup, donc mon style s'est affiné. Quelques retours de lecteurs m'incitent à faire preuve d'humilité car s'ils ont vraiment aimé
l'histoire, certains m'ont dit qu'il y avait peut-être des passages qui ne se justifiaient pas nécessairement.


Ce livre fait 418 pages : difficile de savoir quand tu écris pour la première fois sur Word que ta prose en format A4 va faire plus de quatre cent pages une fois passé dans les presses. A
présent, il me suffit de faire un simple produit en croix pour savoir où j'en suis. Mon second manuscrit (puisqu'il est à l'état de manuscrit !) fait trois cents pages. Et celui que j'écris
actuellement en fera autant.


C'est amusant que tu parles de fluidité car j'ai un relecteur officiel parmi mes amis et il m'a dit que le second était plus fluide encore.


En tout cas, merci pour tes encouragements.


Pour me contacter, depuis hier, ce n'est pas simple car Internet joue avec nos nerfs. Néanmoins, normalement, quand j'écris un commentaire sur ton blog et que tu vas le consulter depuis
l'administration de ton blog, l'auteur du commentaire apparaît avec une petite enveloppe et une flèche bleue pointée vers le haut. En cliquant dessus, tu pourras me contacter directement.


Préviens-moi si cela ne fonctionne pas. On s'arrangera autrement.


Belle journée, Mélusine.


Amitiés.


 



Mélusine 05/05/2010 17:54


re,

La commande est passée, je n'ai plus qu'à attendre :-)
J'ai fait exprès de ne pas lire tous les extraits que tu as écrit sur ton blog pour garder intacte la surprise de la lecture mais de toute façon, une fois lu tu auras mon avis sur mon blog !!!
:-)
Pour la dédicace, j'y tiens !!!
Bonne soirée


ANTONI 05/05/2010 19:02



Pour les extraits, tu aurais dû : ce sont les meilleurs passages !!! Non, je plaisante. J'espère qu'il n'y a pas que ça d'intéressant. Sois indulgente, quand même !!!


Merci encore et tiens-moi au courant lorsque tu le recevras.


A bientôt.


Amitiés.



Mélusine 05/05/2010 16:38


Coucou Antony,

Oui bien sûr pour la dédicace...:-) En tout cas merci à toi pour ta proposition.
Je te dirai dès réception.
A bientôt et encore félicitations car j'ai vu que les critiques sur ton livre sont élogieuses...Je pense aussi l'offrir à une personne de mon entourage, fan de l'Afrique !!!
Amitiés


ANTONI 05/05/2010 16:46



Merci à toi, c'est gentil !


Les critiques sont certes élogieuses. Malheureusement, elles sont un peu trop rares à mon goût !!!


Je plaisante mais j'aurais probablement l'occasion de discuter avec toi de la gestion d'un jeune auteur par une maison d'éditions par mails interposés...


Merci encore pour cette délicate attention.


A très vite.


Amitiés.