Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE BLOG D'ANTONI
  • LE BLOG D'ANTONI
  • : Ce blog vous permet de découvrir mon premier roman et plus généralement ma passion pour l'écriture.
  • Contact

Ce que je lis aujourd'hui

 

 

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

 

   

Recherche

J'Y PARTICIPE

 

 

6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 20:10

 

4ème de couv' :

En se retirant sur un paisible îlot privé de l'archipel de Stockholm, les musiciennes de l'ensemble Furioso pensaient enregistrer au calme le dernier Quatuor à cordes de Stenhammar. Mais lorsque Louise doit céder sa place de premier violon au charismatique Raoul Liebeskind, adulé par les femmes, l'équilibre qui régnait jusque-là vole en éclats.

De vieilles histoires ressurgissent tandis que de nouvelles intrigues apparaissent, attisées par la passion de la musique. Une nuit, un corps sans vie est découvert alors que seuls les musiciens se trouvent sur l'île. La commissaire Ebba Schröder se voit confier cette délicate enquête, d'autant plus difficile qu'entre secrets et rivalités tous semblent suspects...

 

 

 

 

Mon avis :

587 pages. Roman publié en 2012. Avant de commencer cette chronique, je tenais à remercier chaleureusement Emily pour l'envoi de ce roman signé d'un auteur que je ne connaissais pas. Carin Bartosch Edström est Suédoise. Je dois dire que, depuis la lecture de la trilogie Millénium, je prends plaisir à consacrer un peu de temps à la littérature suédoise. Il y a parfois des noms de quartiers, de rues ou tout simplement des patronymes improbables mais cela donne une petite touche exotique à l'ensemble (bon, oubliez les palmiers dans votre évocation personnelle de l'exotisme !!!).

 

J'ai plutôt apprécié ce roman. Il y a néanmoins quelques petits bémols qui justifient la note attribuée ci-après. Evoquons-les dès à présent, de manière à vite nous concentrer sur l'intrigue elle-même. La mise en place est un peu longue. L'analyse psychologique des personnages, individuellement et lorsqu'on les confronte occupe une place non négligeable dans ce roman. J'ai envie d'écrire ici que c'est sans doute un mal pour un bien car cela nous permet de suivre plus facilement quand l'enquête commence enfin. Le deuxième bémol, à mon sens, réside dans le choix des personnages. Un quatuor composé exclusivement de femmes, toutes plus belles les unes que les autres (non, ce n'est pas un roman sur les Coors !), c'est bien. Le hic, c'est que j'avais tendance à toutes les confondre au départ. Au fil des pages, cette sensation s'estompe, heureusement.

 

En résumé, c'est plutôt un roman policier de bonne facture. On y retrouve notamment tous les ingrédients : galerie de personnages complexes dont les relations peuvent néanmoins parfois flirter avec le sordide, enquête bien alambiquée et l'élément essentiel, une mort très mystérieuse. Imaginez une rock-star internationale du violon (André Rieu mais avec un capital érotique 1000 fois supérieur) et vous visualiserez Raoul Libeskind.

Grand séducteur, Raoul n'hésite pas une seconde à prendre l'avion depuis New-York pour répondre à l'invitation du quatuor Furioso. Il se retrouve ainsi sur une petite île où il remplace gracieusement Louise, qui s'est blessée à la main et ne peut, par conséquent, achever l'enregistrement de leur prochain CD.   

Tout se passe bien, en apparence. A ceci près que notre Dom Juan fait rapidement tourner les têtes... en sachant que, des 4 femmes composant le quatuor, 2 d'entre elles ont déjà succombé à ses charmes par le passé  : Anna, avec qui il a été brièvement fiancé et Héléna, avec laquelle il entretient une relation adultérine depuis près de 25 ans. Ne restent que Louise et Caroline (petite soeur d'Héléna) qui sont arrivées sur l'île en couple. Le risque est dès lors moins grand pour ces deux dernières. Et pourtant !

 

Les tensions surgissent rapidement, les vieilles querelles oubliées se font jour jusqu'au moment où l'une des cinq personnes perd la vie... 

 

Alors, que s'est-il passé sur cette île ? Qui a été assassiné ? Par qui ? Quel était le mobile ? Toutes et tous seront suspects à leur tour. L'enquête progresse, grâce à une Ebba Schröder à la logique implacable, digne des romans d'Agatha Christie ou de Sir Arthur Conan Doyle.

Mais vous ne croyez tout de même pas que je vais vous donner les réponses comme ça, par pure charité chrétienne ou parce qu'on est au début d'une nouvelle année ???

Que nenni. Il vous faudra, pour satisfaire votre curiosité (que j'espère aiguisée !), lire Furioso.

 

Le tranchant de ma plume (ou de mon clavier) n'est pas parvenu à aiguiser comme je le souhaitais votre curiosité ? OK. Pas de problème. Attention : Plan B.

Le recours aux autres lecteurs. C'est par ici : Jacques Teissier, SiaYv.

 

 

Ma note : 3.5 / 5.

 

Furioso est le 1er roman lu depuis le début de l'année.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sia 22/03/2013 19:20

Ah, ta réponse me fait plaisir, car je retrouverais moi aussi avec grand plaisir Ebba Schröder dans une autre enquête (avec moins de coquilles ?) !

Sia 21/03/2013 19:52

Ha, je vois bien ce qui t'a chagriné dans la première partie (que j'ai beaucoup appréciée, mais j'aime les romans psychologiques!). Pour les personnages, je les ai très vite associées à leurs
instruments, alors je n'ai pas été gênée. Mais c'est vrai qu'un quatuor féminin peut être difficile à différencier. Quant aux coquilles, ma foi, c'est de plus en plus fréquent dans l'édition, c'est
extrêmement dommage. Je crois que mon plus grand regret tiendra à la non-traduction du lieder de la Belle Meunière, parce que les paroles sont intéressantes.
Quoi qu'il en soit, Furioso reste un très bon roman policier et on est d'accord sur tous les autres points !

ANTONI 22/03/2013 10:40



"Furioso reste un très bon roman policier et on est d'accord sur tous les autres points !"


Bon, tu me rassures !


Malgré tout, j'aimerais assez retrouver Ebba Schroder dans une nouvelle aventure. En espérant que les relecteurs voire le traducteur s'investissent davantage !!!


Bon week-end Sia et à bientôt.



Yv 21/03/2013 16:56

Bonjour
tu as pu lire que j'étais beaucoup plus enthousiaste que toi, j'ai vraiment beaucoup aimé ce roman en deux parties : le roman des relations entre tous les personnages, puis l'enquête proprement
dite ensuite. Moi qui déteste les pavés, j'avoue ne pas avoir été ni rebuté ni ennuyé pendant toute ma lecture.
A bientôt

ANTONI 22/03/2013 10:42



Il ne m'a pas semblé particulièrement long. C'est juste que l'enquête ne débute réellement qu'à l'arrivée d'Ebba Schroder. Après, j'ai bien aimé le personnage de Raoul Liebeskind, détestable à
souhait. L'ambiguité entre les personnages féminins fait que le lecteur doute à chaque instant et permet de ménager le suspense.



Lystig 01/03/2013 17:16

je connais beaucoup d'auteurs scandinaves, mais pas celle-ci... du moins, pas encore !

ANTONI 01/03/2013 18:06



Si tu fais l'impasse sur les nombreuses coquilles ou fautes d'orthographe (mince, je l'ai écrit !), tu devrais apprécier cette lecture. A bientôt Lystig.



Lystig 27/02/2013 10:45

je ne connais pas cette auteure non plus !

ANTONI 01/03/2013 17:07



Je n'avais même jamais entendu parler d'elle avant qu'Emily ne m'envoie son livre. Il n'a pas l'air de récolter de nombreux suffrages, tant dans les commentaires à mon article que dans les ventes
ou retours en eux-mêmes. Dommage, car le livre n'est pas mauvais. Ah, à quoi tient le succès d'un livre ? Si on le savait...