Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE BLOG D'ANTONI
  • LE BLOG D'ANTONI
  • : Ce blog vous permet de découvrir mon premier roman et plus généralement ma passion pour l'écriture.
  • Contact

Ce que je lis aujourd'hui

 

 

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

 

   

Recherche

J'Y PARTICIPE

 

 

12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 20:41

   

 

4ème de couv' :

Dans le bloc des condamnés à mort, au bout d'un long couloir que les prisonniers appellent la ligne verte, la chaise électrique attend John Caffey. Le meurtrier des petites jumelles Detterick, jadis découvert en larmes devant leurs cadavres ensanglantés.

Paul Edgecombe, le gardien-chef, l'accueille comme les autres, sans état d'âme. Pourtant, quelque chose se trame... L'air est étouffant, la tension à son comble. Un rouage va lâcher, mais pourquoi ? Les provocations sadiques d'un maton dérangé, la présence d'une souris un peu trop curieuse, l'arrivée d'un autre condamné ?

Aux frontières du roman noir et du fantastique, ce récit est avant tout une brillante réflexion sur l'exécution capitale. 

 

Mon avis :

509 pages. Roman publié en 1996 aux Etats-Unis.

Attention, gros défi : parler de ce livre sans employer de superlatifs. Allons à l'essentiel : je ne relèverai pas ce défi. Evidemment. J'ai, comme beaucoup, vu le film. Et il se trouve que c'est mon film préféré (je ne suis pas original, je sais. Si j'avais opté pour les Schtroumpfs, j'aurais pu prétendre à ce titre peu glorieux d'original... mais là, j'ai l'impression que je m'égare !!!)


Je ne vais pas vous résumer l'histoire tant elle est connue.

Ce que j'ignorais, en revanche, c'est que Stephen King a fractionné la publication. En effet, il a publié six épisodes, à raison d'un par mois. Belle performance. Et cela explique, en partie, certaines répétitions d'un épisode à l'autre.

 

Comme dans chaque King, tous les personnages sont détaillés, ont leur propre histoire. Du condamné au gardien de prison, en passant par le directeur ou... une simple souris (!), le génial Mister Jingles, aucun détail ne doit pouvoir nous échapper.

La ligne verte est une entière réussite (et je pèse mes mots !) car il faut reconnaître que l'oeuvre de Stephen King est parfois inégale. Ce livre n'est pas un réquisitoire mais davantage une réflexion sur la mort et la peine capitale. Quand on sait que l'intrigue se déroule dans les Etats-Unis des années 30, au milieu de la prohibition et de la haine des noirs, c'est très lourd de sens.

 

John Caffey ("comme la boisson, mais ça s'écrit pas pareil") est un homme à part, extraordinaire. C'est un peu comme l'idiot du village, que tout le monde connait et prend en pitié, affublé de pouvoirs divins. C'est une montagne de muscles doté d'une sensibilité enfantine. C'est un être empli de contradictions et pourtant, il n'a qu'une seule ligne de conduite. Dommage qu'il n'y ait que les gardiens du bloc E à s'en apercevoir et ce, tardivement.

 

 

Paul Edgecombe a une position quelque peu paradoxale. Durant toutes ces années passées sur la ligne verte, il aura participé à pas moins de soixante-dix-sept exécutions. Et c'est clairement lui qui a le plus de respect pour l'humanité. Il compose avec les détenus et se montre assez conciliant avec son équipe... parfois avec excès lorsqu'il s'agit de traiter avec Percy Wetmore (le méchant de service ! Dans toute bonne histoire, il en faut toujours un et lui se montre particulièrement efficace).

 

 

Lui, j'ai pris un plaisir non feint à le détester... littéralement.

 

J'illustre régulièrement mes articles sur mes lectures de la bande-annonce issue de l'adaptation cinématographique qui en a découlé. A livre extraordinaire, mesure extraordinaire : je vous propose aujourd'hui un large extrait se situant vers la fin du film.

 

 

 

 

Outre le rôle de Paul Edgecombe, tenu par l'impeccable Tom Hanks, j'ai envie de souligner la performance époustouflante de Michael Clarke Duncan, lequel à mon grand regret, n'a pas la carrière qu'il mérite incontestablement.

 

 

L'inconvénient avec ce genre de livres, c'est qu'il n'est pas très lu. Du coup, pas facile de trouver beaucoup d'avis sur cette lecture, voyez plutôt !!!  : Angelebb, Aurélie, Bambi SlaughterBavardelikGr3nouille2010Karline, Laety,  Lexounet, Luna, Mina,  Mylène (très belle bannière !), Poet24, PtitelfePuce, RevelineTigrouloup, ToonsWalpurgis.

Et j'en oublie probablement...

 

En conclusion, je dirai simplement que La ligne verte est assurément le livre qu'il vous faut parcourir si vous hésitez à pénétrer l'univers de Stephen King. Il n'y a pas d'épouvante, d'horreur ni même de suspense insoutenable dans ce roman. Il n'y a ici qu'un talent pur d'écrivain... à explorer sans aucune retenue.

 

 

Ma note : 5.5 / 5. (si, si, j'ai le droit !)

 

 

Ce livre est le 29ème lu depuis le début de l'année.

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by ANTONI - dans Stephen King
commenter cet article

commentaires

Frankie 20/04/2014 11:55

Ça a été un énorme coup de coeur pour moi aussi ! Je trouve ce livre magnifique et bouleversant !

nat 08/01/2012 19:07

j'ai pas lu le livre mais j'ai vraiment aimé le film. C'est un excellent film et ce que j'aime le plus c'est john caffey, un si grand homme avec autant de sensibilité. Je me lasse pas de le
regarder..... Bonne soirée ta femme

ANTONI 08/01/2012 20:16



C'est, de loin, mon film préféré. Et ce sera avec un plaisir non feint que je le regarderai la prochaine fois... avec ma femme, naturellement.


Bisous, je t'aime.



Ptitelfe 07/01/2012 11:33

Belle présentation du livre! Par contre, je n'ai pas pu voir l'extrait en entier (pas envie de pleurer de bon matin ^^) et j'ai dit exactement la meme chose que toi à un ami il y y a quelque chose,
si il faut lire un SK qui n'est pas dans le registre de l'horreur, plongez vous sur ce titre fantastique, dans les deux sens du terme!

karline 30/12/2011 15:30

je partage entièrement ton avis , une vraie réussite et une belle entrée en matière dans l'univers de Monsieur Stephen King.
Merci pour le lien vers chez moi.
Bon passage en 2012

ANTONI 30/12/2011 16:03



Merci à toi également d'être passé, Karline. J'ignore au moment où j'écris ces quelques lignes le titre de mon prochain King. Le choix se restreint à mesure que je parcours son univers, comme tu
l'écris joliment. Cujo et Salem sont ceux que j'ai le moins appréciés. Ce sera peut-être Différentes saisons.


Avec un peu d'avance, je te souhaite le meilleur pour 2012.


A bientôt, j'espère.



Lucho 25/12/2011 18:32

Bonjour ou bonsoir !!!
Je viens m'indigner sur les propos peu élogieux que vous portez à l’œuvre de Peyo. Un gros noir qui crache des mouches !!!! Et tout le monde bave dessus ??? Heureusement, nous avons dans notre
littérature francophone des personnes qui créent de vrais héros et avec plus d'originalité qu'un grand noir vu que ce sont des p'tits bleus.
Mr King n'a fait que relater une sombre période de l'histoire américaine (si l'on peut parler d'histoire...) avec du surnaturel pour pimenter sa prose. Mr Peyo lui a créé un monde pour enfants et
pour adultes, beau et pleins de féérie, avec des valeurs et des défis.
Antoni, vous tombez dans un américanisme déclinant !!!! Réveillez-vous !!! Venez lire de la bande dessinée !!!

PS : Très heureux que ce livre t'aie plu, bonnes vacances, mes amitiés à Joe Cole.

ANTONI 03/01/2012 15:00



Salut Lucho from Dublin, quand j'évoquais Les Schtroumpfs, je parlais du film improbable qu'Hollywood a sorti cet été.


Fan de BD, pourrais-tu me rafraichir la mémoire et me citer le premier album dans lequel apparaissent les schtroumpfs ?


Message de Joe Cole : Bon euhné !!!


PS : mal de dos cet après-midi et moins nauséeux, à demain...