Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE BLOG D'ANTONI
  • LE BLOG D'ANTONI
  • : Ce blog vous permet de découvrir mon premier roman et plus généralement ma passion pour l'écriture.
  • Contact

Ce que je lis aujourd'hui

 

 

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

 

   

Recherche

J'Y PARTICIPE

 

 

5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 10:00

   

defi_classique.jpg

 

4ème de couv' :

Ah ! que la guerre est jolie quand on a quinze ans et que l'on aime ! Sur les bords de la Marne, tandis que tonne le canon, ils s'aiment, en effet, d'une passion coupable. Lui, un peu veule, à peine sorti de l'adolescence, nourri de Rimbaud, épris de liberté. Elle, déjà femme, risquant l'impossible du haut de ses 19 ans. Tous deux ivres de ce printemps assassin de 1917. Marthe vient juste de se marier ; Jacques, son époux est au front. Le tromper au grand jour, c'est pousser trop loin l'inconscience, la trahison, le scandale... Et lorsque survient la promesse d'un enfant, l'amant s'éclipse comme un gamin aux prises avec une aventure d'homme... Comme les roses n'ont qu'une saison, il en est de même de l'amour. Un destin tragique, celui de Radiguet...


 

 

Mon avis :

189 pages.

Difficile de parler de ce livre sans évoquer la vie de Raymond Radiguet. L'homme, né en 1903, est mort en 1923, emporté par la fièvre typhoïde (à seulement 20 ans !). Il n'aura publié que deux romans, le second à titre posthume. Malgré une brève existence, il a côtoyé Jean Cocteau, Paul Valéry, Picasso ou Modigliani.

 

Le diable au corps, c'est sa véritable histoire, celle d'un adolescent qui découvre l'amour, le plus beau, le plus intense, celui que l'on s'imagine être le dernier : le premier !

En rencontrant Marthe, il ne rencontre pas seulement la passion, mais également la palette de sentiments qui l'accompagne : la possession, l'inquiétude, la jalousie, l'exclusivité, sentiments exacerbés par l'aveuglement.


C'est une belle histoire, simple. On se laisse porter par cet amour fulgurant. Il y est question d'adultère mais Raymond Radiguet a su l'humaniser, le justifier aux yeux du lecteur. Jacques, l'époux de Marthe, n'est probablement pas le plus mauvais mari mais il présente le terrible inconvénient de ne jamais avoir été aimé de sa femme... qui n'a accepté ce mariage que pour ne pas heurter les convenances.


Ce roman est un classique de la passion. Je crois qu'il peut être lu à tout âge, mais également à toute époque car quoi qu'il arrive, l'homme enamouré reproduira toujours les mêmes actes, se débattra toujours dans ses propres contradictions et vibrera toujours de la même manière.


Néanmoins, je ne suis pas d'accord avec la quatrième de couverture quand elle explique que l'adolescent préfère prendre la fuite quand il apprend que sa maîtresse est enceinte. J'ignore quelle a été la conduite de Raymond Radiguet mais dans le livre, le jeune homme s'efface au profit de Jacques, en espérant que ce dernier croira que l'enfant est de lui. Ce n'est pas la même chose. Radiguet a rendu son personnage très romantique.

En définitive, j'ai bien aimé ce livre, rapide à lire. Je vous le recommande chaleureusement.

 

En outre, j'y ai relevé quelques citations remarquables (à mon sens !) :

 

- A propos de l'amour -

"J'ignorais que servitude pour servitude, il vaut encore mieux être asservi par son coeur que l'esclave de ses sens."

 

- A propos de la séparation -

"Le malheur ne s'admet point. Seul, le bonheur semble dû."

 

- A propos de la mort (prémonitoire de Raymond Radiguet) -

"Un homme désordonné qui va mourir et ne s'en doute pas met soudain de l'ordre autour de lui. Sa vie change. Il classe des papiers. Il se lève tôt, il se couche de bonne heure. Il renonce à ses vices. Son entourage se félicite. Aussi sa mort brutale semble-t-elle d'autant plus injuste. Il allait vivre heureux."


 

A noter, pour conclure, que ce livre a fait l'objet d'une adaptation cinématographique en 1947 signée Claude Autant-Lara avec Gérard Philipe et Micheline Presle dans les rôles principaux. A sa sortie, ce film avait été vivement critiqué car il banalisait l'adultère auprès de la jeunesse endiablée de l'après-guerre.

 

Allez vite découvrir l'avis de Fran6h sur ce livre. 

Je vous invite également à lire un article très étoffé en allant chez Amsterix.


 

Ma note : 4 / 5.


 

Ce livre, lu dans le cadre du challenge J'AIME LES CLASSIQUES, organisé par Marie L, est le 27ème lu depuis le début de l'année.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dona Swann 26/05/2016 09:13

Moi non plus, je ne suis pas d'accord avec cette histoire de fuite ! Il se révèle insuffisant à ce moment-là, toute l'étendue de son immaturité lui devient tellement patente qu'il ne se supporte plus et le fait payer à Marthe en la harcelant... Mais il ne fuit pas à proprement parler, il est juste odieux (par exemple au chapitre XXIX).

ag86 22/09/2010 20:05


Salut Antoni,
Je réagis avec retard, pardonne-moi. Ce roman, il est vrai ne laisse pas le lecteur indemne. Il nous transporte en arrière, à l'âge des passions adolescentes. A cet âge, on n'arrondit pas les
angles, le coeur a le tranchant d'un couteau, on se suicide pour un simple mot. Le protagonistes y sont le jouet de leur passion. Chose curieuse, on a l'impression par moments que c'est le héros
qui vieillit, qui est plus raisonnable, et Marthe qui a seize ans ! L'un et l'autre passent par tous les états possibles, c'est un tourbillon dans lequel Radiguet nous entraîne avec un talent
magistral. Des citations très pertinentes émaillent le récit, tu en as noté quelques-unes. Elles sont étonnantes de sagesse et de connaissance de la vie.
Concernant la quatrième de couverture, je partage ton avis : cette façon de voir est très réductrice. En résumé, un livre à lire, ds personnages attachants, une leçon de vie et un auteur au talent
exceptionnel.
Il y aurait beaucoup de choses à en dire encore ! Et merci pour ton super- article !
Je reviens très vite. A bientôt.
Amitiés. Alain


ANTONI 22/09/2010 20:36



Salut Alain.


Je ne sais si mon article mérite autant d'éloges mais il est évident que ton commentaire sur ce livre est des plus éclairés. Je note une énième citation qui me plaît : "à cet âge, le coeur a le
tranchant d'un couteau". C'est criant de vérité. Merci Alain pour tes critiques avisées.


Bonne soirée à vous deux et à bientôt. L'avantage, avec la newsletter, c'est que je lorgne tes nouveaux articles dès leur parution et je m'y attarde quand le temps me le permet.


A bientôt.


Amitiés.



Liyah 19/09/2010 10:34


Un classique que j'aimerai beaucoup lire ! J'ai de grandes lacunes au niveau des classiques !


ANTONI 20/09/2010 11:09



Tu ne serais pas déçue, je pense.



Marie 10/09/2010 15:13


Je vais essayer de lire ce roman (et en même temps biographie) ! Quant aux quatrièmes de couvertures, effectivement, elles ne reflètent pas toujours la réalité des livres...


ANTONI 12/09/2010 13:16



C'est clair ! Pour exemple, j'avais fait changer celle de mon livre. L'éditeur n'avançait rien qui puisse stimuler le lecteur potentiel. Après, le manque de médiatisation a fait le reste !!!




Lystig 07/09/2010 23:03


chuis trop vieille !
je perds la mémoire...

;)


ANTONI 09/09/2010 14:58



Ouh la !!!