Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE BLOG D'ANTONI
  • LE BLOG D'ANTONI
  • : Ce blog vous permet de découvrir mon premier roman et plus généralement ma passion pour l'écriture.
  • Contact

Ce que je lis aujourd'hui

 

 

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

 

   

Recherche

J'Y PARTICIPE

 

 

9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 21:15

 

 

Challenge anglais

 

 

 

 

 

 

 

Bonjour à toutes et à tous, les mois défilent toujours un peu plus vite à mesure que l'on grandit ou vieillit et ce mois de septembre n'a pas dérogé à la règle ! Tenez, un exemple : MOI ! Je vais bientôt fêter mes 23 ans !!!  (perdre toute crédibilité au bout de trois lignes d'un article qui se veut traditionnellement sérieux... It's a new world record !)

 

Je vous propose ainsi de marquer une pause dans notre progression et de porter un regard avisé sur les différentes chroniques du mois écoulé. Venez donc ! C'est par ici :

 

B

Malorie Blackman - Entre chiens et loups : Frankie

C

Agatha Christie - Mort sur le Nil : Enna

Colin Clark - Une semaine avec Marilyn : Sharon

Wilkie Collins - L'hôtel hanté : Sharon 

Sir Arthur Conan Doyle - Une étude en rouge : Syl

F

Ken Follett - Paper Money : Philippe D

H

Victoria Hislop - L'île des oubliés : Bianca 

J

E.L. James - 50 nuances de Grey : Aproposdelivres

P.D. James - La proie pour l'ombre : Aproposdelivres

M

Ali McNamara - Notting Hill with Love...Actually : Claire

Alexander McCall Smith - L'air d'été est rempli de promesses : Aproposdelivres Michael Morpurgo - Loin de la ville en flammes : Anne

P

Anne Perry - Funérailles en bleu : Véronique D 

Anne Perry - Meurtres à Cardington Crescent : Bianca

Anne Perry - Mort à Devil's Acre : Bianca , Claire

Annabel Pitcher - Ma soeur vit sur la cheminée : Aproposdelivres

R

Edward Rutherfurd - New York : MrsB

S

Alex Scarrow - Time riders, Le jour du prédateur : Valbouquine

Josephine Tey - La fille du temps : Claire

W

Dan Waddell - Code 1879 : Bianca   

Holly Webb - Rose et le fantôme du miroir : Sharon

Patricia Wentworth - La maison du Loch : Sharon

 

Ce mois-ci, j'ai envie d'innover quelque peu. J'ai donc l'honneur de remettre un prix spécial, le prix "j'ai décidé de lire un roman au titre improbable". Ce prix revient de droit, pour le mois de septembre, à

 

Aproposdelivres,

 

avec le désormais célèbre  Ma soeur vit sur la cheminée.    

 

Alors, sans transition, à votre avis : lequel ou laquelle d'entre vous va voir son nom ou pseudo s'afficher ci-dessous, lui permettant ainsi d'être mis en lumière ce mois-ci ? Pfff... Toute cette mise en scène et le suspense qui en découle est absolument intolérable.

 

OK, OK, and the winner is... Hééé, je suis content.

Comprenez-moi bien : depuis le début de l'édition 2013, je suis ravi que le hasard se soit arrêté sur les différents blogs sélectionnés chaque mois mais cette fois-ci, il a choisi l'un de mes plus "vieux" visiteurs (précision utile : ce blog a plus de 5 ans ; l'heureux élu également mais il n'est pas d'un âge canonique pour autant. Oh la la, faut tout expliquer ici ! )  :

 

PHILIPPE D

 

 

   

    

 

Comme toujours, un petit clic sur le nom, pseudo ou la couverture du roman sélectionné vous envoie sur la page d'accueil du blog mis à l'honneur. Bonne visite chez Philippe D !

 

 

Bon, c'est pas tout ça mais vous auriez peut-être envie de vous situer dans vos décomptes personnels afin d'améliorer vos performances ? Oui. OK, je vous laisse consulter le récapitulatif ci-dessous. Scoop : c'est Sharon qui mène toujours le bal. Je ne peux pas m'empêcher, il faut toujours que je fasse des effets d'annonce...

 

 

 

Soixante-et-un livres lus :

Sharon

 

Vingt-neuf livres lus :

Claire

 

Vingt-huit livres lus    

Bianca  

 

Dix-neuf livres lus

Céline, Enna

 

Seize livres lus :

Alice,

 

Quinze livres lus

MrsB  

 

Quatorze livres lus :

Aproposdelivres,  

 

Douze livres lus :

Lilasviolet

 

Dix livres lus (catégorie Prince William) :

 

 

Neuf livres lus :

Antoni

 

Sept livres lus :  

Véronique D

 

Six livres lus :

Syl, Valbouquine     

 

Cinq livres lus (catégorie Prince Charles) :

Frankie, Mamazerty,

 

 

Trois livres lus :

Anne, George, PhilippeD 

 

Deux livres lus :

Myrtille, Naëlline, Valou,

 

Un livre lu (catégorie Dirty Harry) :

Neph,

 

 

See U next time.

 

 

 

 

Repost 0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 21:00

 

 

4ème de couv' :

Paris – Nouvel an chinois – Le lieutenant Chim de la BRT (Brigade de Recherche et de Traque) est envoyé sur une scène de crime dans la campagne normande. Un fermier et sa famille ont été assassinés avec une sauvagerie inouïe. Les prélèvements effectués laissent songeurs : tueurs multiples, probablement des fugitifs qui auraient peut-être agi sous l’influence d’une nouvelle drogue.
Mais le laboratoire d’analyse révèle des résultats autrement plus inquiétants qui vont entraîner Chim dans le monde troublant de la recherche génétique de pointe. Premier théâtre de son enquête : le laboratoire qui fabrique le célèbre « Jouv X », produit miracle qui promet la jeunesse éternelle. De Paris à la Scandinavie, des tours de la Défense aux fonds marins de la Manche, Chim va mener une enquête redoutable et périlleuse pour remonter la piste des tueurs. Jusqu’à ce qu’il découvre l’horreur suprême, diabolique, qui menacera son intégrité mentale et la survie de l'humanité.

 

 

Mon avis :

380 pages. Roman publié en 2011.

C'est la première fois que je lis un roman de Régis Descott. De ce que j'ai pu découvrir au gré des articles de presse qui lui sont consacrés, l'auteur, dans son oeuvre, a opéré un virage de plus d'une centaine de degrés en écrivant cette intrigue. Pour être honnête avec vous, ce livre n'est pas un coup de coeur. Pour autant, il se veut novateur et dérangeant. En cela, Descott aura atteint sa cible.

 

L'histoire se déroule dans un futur non défini même si l'on sait que la Terre a connu son troisième conflit mondial. Le monde s'est finalement reconstruit mais panse, aujourd'hui encore, ses plaies. Le lieutenant Chim' est envoyé sur une scène de crime dans le Nord-Cotentin (eh, c'est pas loin de chez moi !!! ) où sept victimes sont recensées. La traque commence alors pour le lieutenant de police... Enquête et analyses, les découvertes se multiplient et l'horreur et l'impensable gagnent du terrain sur toute autre considération.

 

Le temps des questions :

Que s'est-il passé en Normandie ? Quel est le mobile des meurtriers ? Qui tire les ficelles du laboratoire où est développé le "Jouv'X", le traitement permettant pour les plus chanceux de vivre jusqu'à l'âge invraisemblable de 150 ans ? Quelle genre d'hommes sont ces fugitifs insaisissables ? Quelle aide va apporter au lieutenant, Vera Marsan, l'ancienne femme de sa vie, laquelle travaille précisément pour le laboratoire ? Quel type d'expériences est mené sur les rats utilisés ?

Vous n'obtiendrez de réponses à toutes vos interrogations qu'en parcourant les pages de L'année du rat.

 

Vous l'aurez peut-être deviné mais ce livre traite d'OGM et, de fait, de manipulation génétique. C'est un sujet qui, s'il m'interpelle, me dérange quelque peu. Ce malaise aura parfois pris le dessus sur mon objectivité et finalement orienté mes choix lors de l'attribution de ma note.

 

Ce roman est une réflexion sur le monde de demain avec ses nouvelles orientations, ses nouvelles obligations et son besoin irrépressible de survivre aux périls qui nous guettent. Charles Darwin y est implicitement nommé car l'intrigue représente une étape charnière dans la théorie de l'évolution telle que pensée par le célèbre naturaliste. Evoluer pour survivre. Comment ? Telle est la question fondamentale que vous pose Régis Descott. Je vous recommande ce livre pour _ notamment _ sa conclusion qui donne évidemment à réfléchir et place son personnage principal dans une situation inédite. (Je ne vous en révélerai pas davantage. Non, non, non !!!)    

 

Ma note : 3 / 5.

 

Ce roman est le 25ème livre lu depuis le début de l'année.

 

 

 

 

 

Repost 0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 21:40

 

 

4ème de couv' :

Jake Epping exerce la profession de professeur d'anglais à Lisbon Falls dans l'État du Maine et accède à la requête d'un ami mourant nommé Al Templeton  : empêcher l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy. Le retour dans le passé lui sera possible en se rendant dans le restaurant dont son ami est le propriétaire et où se trouve une fissure temporelle transportant quiconque s'y aventure en 1958.

 

 

 

Mon avis :

937 pages. Roman publié en 2013.

A la découverte de ce livre, j'ai ressenti une vive émotion. Plutôt rare (et donc, plutôt bon signe !) lorsqu'il s'agit de littérature. Prenez l'un de vos auteurs favoris (qui l'est également pour des millions de gens partout dans le monde) et apercevez-vous qu'il est sur le point de traiter l'un des sujets qui vous a le plus subjugué depuis toujours. L'assassinat de JFK demeure aujourd'hui un mystère et toutes les théories du complot (conspiracy theory) les plus folles se sont répandues autour de cette affaire.

 

Depuis une vingtaine d'années, cet assassinat m'interpelle tant les zones d'ombre sont savamment instillées dans ce dossier. Dossier qui _ si j'ai bonne mémoire _ ne doit être réouvert qu'en... 2049 !

Je vous laisse tranquillement faire le calcul.

Quelques 86 années après les faits, je vous mets au défi de retrouver trace de vie d'une poignée de protagonistes de l'époque !!! Comme c'est pratique. Même les enfants des personnes impliquées ne seront plus dans la force de l'âge... 

Dès lors, il ne me reste plus qu'à prier pour ne pas souffrir de la maladie d'un certain Al pour, à l'orée de mon 75ème anniversaire (la vaaache !!! ), profiter de la lumière faite (ou pas ?) sur l'affaire JFK. Je ne suis pas si pressé, finalement... 

 

Pour en revenir au roman en lui-même, j'étais curieux de savoir par quel biais Stephen King allait l'aborder et surtout quelle théorie il allait défendre. On ne peut pas dire en refermant le livre qu'il ait soutenu une théorie plus qu'une autre même s'il fait de Lee Harvey Oswald (l'assassin présumé) le personnage prépondérant dans le déroulement des événements.

 

 

 

Jake Epping répond donc à l'ultime prière de son ami mourant : retourner dans le passé _ en 1958 _ pour empêcher l'assassinat quelque 5 années plus tard du 35ème président des Etats-Unis d'Amérique.

Al Templeton va, à cette occasion, lui révéler qu'entre son incursion dans le passé et son retour dans le présent (quelle que soit la durée de son séjour) ne dure effectivement que deux minutes. En contrepartie, chaque retour dans le passé remet les pendules à zéro, à savoir qu'il revient toujours au même endroit en 1958. Dès lors, tout ce qu'il aura entrepris lors d'un précédent "retour" sera annulé de facto.

D'abord naturellement réticent, Jake va finalement franchir une faille spatio-temporelle qui va le conduire dans la ville de Lisbon Falls à la fin des années 50. Son parcours sera semé d'embûches jusqu'à ce qu'il se présente le 22 novembre 1963 à Dallas, dans l'immeuble où Oswald a entamé sa planque...

 

 

 

 

Je ne vais pas en dévoiler davantage ici, c'est évident !  Pour ma part, je demeure convaincu que Lee Harvey Oswald n'est qu'un pion et que, même s'il a probablement tiré sur le président, il n'aura finalement servi de pare-feu à une organisation bien plus complexe. Pour autant, je me suis facilement laissé mener dans l'intrigue. Comme toujours avec Stephen King, il se passe un certain nombre de chapitres avant que l'on ne rentre dans le vif du sujet mais l'auteur sait nous manipuler délicieusement de sorte que les pages se succèdent à un rythme effréné.

 

Jake Epping prend l'identité de George Amberson, un homme d'affaires spécialisé dans l'immobilier qui cherche de nouveaux terrains constructibles pour finalement emménager près de l'appartement que louera Lee Harvey Oswald dans le futur. Afin de subvenir à ses besoins, il se crée un diplôme universitaire, lui permettant d'enseigner dans différents établissements de la région, exerçant ainsi la même activité qu'en 2011 !

Sa seule présence et ses prises de décision vont changer le passé (il va trouver l'amour ; il va sauver de la mort une jeune femme ; a contrario, il va abattre un père de famille alcoolique sur le point d'assassiner sa famille à coup de marteau et provoquer involontairement la mort d'un étudiant qui aurait normalement vécu sans sa présence dans le passé). Jake-George apprendra, comme aime à le répéter Stephen King, que "le passé n'aime pas être changé !"

     

S'il est capable, par l'effet papillon, de chambouler l'avenir de quelques anonymes, qu'en sera-t-il de son action lors de cette funeste journée du 22 novembre 1963, qui a modifié à jamais le cours de l'histoire des Etats-Unis ? Faites confiance au maître Stephen King : il n'a négligé aucun détail, se permettant le luxe de réécrire l'histoire. Cette nouvelle version vous conviendra-t-elle ? Et conviendra-t-elle à Jake Epping - George Amberson, de retour dans le présent en 2011 ?

 

Vous ne le saurez qu'en lisant cet excellent bouquin d'un géant de la littérature mondiale. Je vous le recommande chaudement (et tant pis s'il fait 937 pages !)   

 

 

Je pense être intarissable sur le sujet (mes chevilles vont bien, je vous remercie !) alors, si vous voulez entamer la discussion autour de ce sujet, je suis votre homme !!!!!!

 

   

 

 

Ma note : 4.25 / 5.

 

 

 

Ce roman est le 24ème livre lu depuis le début de l'année.

 

 

 

 

Repost 0
Published by ANTONI - dans Stephen King
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 22:38

 

 

 

Challenge anglais

 

 

Bonjour à toutes et à tous, ça y est : l'heure de la rentrée a sonné ! Snif. Les vacances sont finies... et vos lectures d'août également. Alors, si vous le voulez bien, on va s'arrêter un moment pour en discuter !

Un moment : c'est bien plus court que le temps qu'il m'a fallu pour réaliser ce récapitulatif. Une fois encore, je tiens à remercier chaleureusement Overblog pour ses sautes d'humeur et de concentration, ce qui m'a permis de fulminer en mon for intérieur quand j'aurais pu faire tout autre chose !!!  

C'est pour cette unique raison que je publie le récap' mensuel avec tant de retard ce mois-ci et je m'en excuse humblement devant vous... Je n'ai même pas envie de plaisanter tant j'aurais envie de déverser mon fiel sur les impondérables du Net, pour rester politiquement correct.

 

Sans transition, au mois d'août, nous sommes partis en vacances dans les Landes (avec escapade dans les Pyrénées et à San Sébastian en Espagne : Si, Señor y Señora !) et sans vous faire état des quelques bons moments que nous avons passés en famille, cela fait juste un bien fou de s'évader et de fuir un quotidien pas aussi réjouissant que nous le souhaiterions.

 

Les vacances, c'est régénérant et c'est tout ce qui compte.

 

Alors, ce ne sont pas les balbutiements d'OB qui vont gâter ma bonne humeur. Non mais ! 

     

 

  DSCF9784-copie-1

 

Alors, à toutes celles et ceux qui pensent que la dune du pilat (ou dune du Pyla) mesure trois kilomètres et demi de long, qu'elle avance d'un mètre vers la pinède chaque année et qu'elle est extrêmement dure à gravir, sachez que... c'est rigoureusement exact ! Pfffiooouu.

 

Séquence apprenons quelque chose grâce à Tonton Antoni : quelle est la différence entre Pilat et Pyla ?

Pilat signifie sable en occitan tandis que Pyla, c'est tout simplement le nom de la commune (Pyla-sur-mer). Voilà. Prochainement, vous allez briller en soirée et je n'y serai pas totalement étranger (non, mais qu'est-ce qu'il ne faut pas lire !!!!)

 

Allez, zou ! 

 

C

Agatha Christie - Cinq heures vingt-cinq : Enna

Agatha Christie - Les vacances d'Hercule Poirot : Lilasviolet  

Agatha Christie - Meurtre en Mésopotamie : Sharon

Agatha Christie - Rendez-vous à Bagdad : Claire

Agatha Christie - Témoin muet : Lilasviolet

Cressida Cowell - How to seize a Dragon's jewel : Sharon

D

Joseph Delaney - Le destin de l'épouvanteur (Tome VIII) : Frankie

Charles Dickens - Le grillon du foyer : Sharon

Emma Donoghue - Room : Bianca

Salamanda Drake - L'école des dragons : tempête en plein ciel (Tome II) : Sharon

J

Bill James - Mal à la tête : Sharon

K

Rupert Kingfisher - Madame Pamplemousse and the time-travelling café : Sharon

L

Doris Lessing - Le rêve le plus doux : Véronique D 

P

Anne Perry - La révélation de Noël : Sharon

Anne Perry - Le cadavre de Bluegate Fields : Bianca, Céline, Claire 

S

Joseph Sheridan Le Fanu - Carmilla : Sharon

W

P.G Wodehouse - Au pays du fou rire : Sharon

 

Et voilà : c'en est terminé de vos contributions aoûtiennes ! Je vous propose dorénavant de consulter vos décomptes personnels (j'ai avis que Sharon doit toujours truster la première place à l'heure qu'il est !!!)

 

Ah oui... mais non ! Avant, nous allons découvrir lequel d'entre vous a été tiré au sort par une main pas tout à fait innocente et qui verra son blog mis en lumière ce mois-ci. Le suspense va vous paraître insoutenable, spécialement si vous considérez le nombre de lectures ainsi que celles qui ont déjà vu leur nom s'afficher lors de l'un de mes récap' mensuels.

Roulement de tambour (je vous laisse le faire).

And the winner is.......................

 

 

SHARON

 

révélation

 

 

Comme d'habitude, un petit clic sur la photo ou le nom vous téléporte jusqu'au blog gagnant.

 

Allez, cette fois-ci, c'est bon : here are the results of the Turkish jury. Ah non : ça, c'est l'Eurovision. Antoni, one point. Antoni, un point...

 

 

Cinquante-sept livres lus :

Sharon  (soit un peu plus de six fois ce que j'ai lu dans le même laps de temps. Après, je ne lis que des oeuvres qui font plus de trois mille pages chacune, moi !!!! Ca calme tout le monde, là, hein ?) 

 

Vingt-six livres lus :

Claire  

 

Vingt-cinq livres lus :

Bianca

   

Dix-neuf livres lus

Céline

 

Dix-huit livres lus :

Enna 

 

Seize livres lus :

Alice,   

 

Quatorze livres lus :

MrsB

 

Douze livres lus :

Lilasviolet

 

Dix livres lus (catégorie Prince William) :

Aproposdelivres,

 

Neuf livres lus :

Antoni (Vous êtes ici. Bah, ça va, ce n'est pas la peine de remuer le knife dans la plaie !) 

 

Six livres lus :

Véronique D     

 

Cinq livres lus (catégorie Prince Charles) :

Mamazerty, Syl, Valbouquine

 

Quatre livres lus :

Frankie

 

Trois livres lus :

George,

 

Deux livres lus :

Anne, Myrtille, Naëlline, Valou,

 

Un livre lu (catégorie Dirty Harry) :

Neph, PhilippeD

 

 

 

 Ahhhhh, j'en ai terminé avec ce récapitulatif. Je crois que je me souviendrai longtemps de cette édition du mois d'août, récapitulée une éternité plus tard.

 

 

 

See you next month.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 20:22

 

 

 

4ème de couv' :

Alice mène une existence tranquille, entre son travail, qui la passionne, et sa bande d’amis, tous artistes à leurs heures. Pourtant, la veille de Noël, sa vie va être bouleversée. Au cours d’une virée à la fête foraine de Brighton, une voyante lui prédit un mystérieux avenir. Alice n’a jamais cru à la voyance, mais elle n’arrive pas à chasser ces paroles de son esprit, et ses nuits se peuplent de cauchemars qui semblent aussi réels qu’incompréhensibles. Son voisin de palier, Monsieur Daldry, célibataire endurci, gentleman excentrique et drôle, aux motivations ambiguës, la persuade de prendre au sérieux la prédiction de la voyante et de retrouver les six personnes qui la mèneront vers son destin. De Londres à Istanbul, il décide de l’accompagner dans un étrange voyage...

 

Mon avis :

432 pages. Roman publié en 2011.

 

Soyons pragmatiques et travaillons sans ambages : ce livre est une très grande déception. La première, à mon sens, qui ait été signée Marc Lévy. J'apprécie cet auteur mais là, quelle déconvenue littéraire !!! Le plus compliqué dans ces situations-là, c'est de demeurer objectif. Comme l'homme est faible, je ne vous garantis rien ! L'histoire commence dans le Londres des années 50. Nous faisons la connaissance d'Alice, jeune et ambitieuse, qui reçoit sa bande de copains du moment, au grand dam de son voisin, Ethan Daldry, un peintre taciturne qui aspire à la quiétude totale dans son appartement. Lui ayant fait part de son désappointement, il devient vite le "vilain" de l'immeuble, aux yeux d'Alice et de ses amis. Le 24 décembre, Alice se laisse bon gré mal gré mener à une fête foraine, sur la jetée de la ville de Brighton. Interloquée par le stand d'une voyante, c'est néanmoins avec encore moins d'entrain qu'elle se présente à elle. Cette dernière va lui apprendre que son avenir passe par un départ pour Istanbul et qu'elle va rencontrer la personne qui compte le plus pour elle mais, pour ce faire, elle devra, au préalable, être présentée à six individus qui la guideront jusqu'au terme de son aventure.

 

Enoncé de la sorte, le programme se voulait pour le moins alléchant. Mais la gourmandise n'a pas passé le stade de l'amuse-bouche !!! Je n'ai pas adhéré à l'histoire. Si l'on retrouve avec plaisir l'humour de Marc Lévy, cela ne suffit pas, à mon humble avis, à sauver le reste. Imaginez deux personnes que tout oppose et qui se déchirent sur le palier entreprendre un périple vers la Turquie (je rappelle que nous sommes dans les années 50). Sans trop en dire, il se trouve que monsieur Daldry a des vues sur l'appartement d'Alice qui dispose d'une magnifique verrière dans laquelle il s'imagine assouvir sa passion pour la peinture. Ils passent donc un marché : monsieur Daldry accompagne Alice en Turquie (pays que, l'un comme l'autre, ils n'ont jamais fréquenté et dans lequel ils ne possèdent aucune connaissance), prend à son compte les frais du voyage et rentrera dès lors qu'Alice aura été présenté à la première personne qu'elle est censée rencontrer. A son retour en Angleterre, monsieur Daldry obtient jouissance de l'appartement d'Alice (et de sa verrière !) et ce, jusqu'à ce que la jeune femme, ressente le mal du pays...

 

Je le reconnais, mon objectivité est mise à mal mais bon... Nos deux amis se rendent dans un pays étranger sans connaître personne, sur les seules assertions d'une diseuse de bonne aventure. Si vous ajoutez à cela que les six personnes constituant chaque étape qui doit conduire Alice au bout de l'intrigue ne sont pas clairement établies (pour écrire les choses simplement, ils arrivent un peu comme le cheveu d'une personne atteinte de calvitie dans une soupe froide !), vous obtenez une histoire sans queue ni tête dont le titre n'est même pas justifié. En effet, c'est davantage Alice que l'on suit dans ses pérégrinations. Je ne vous parlerai même pas du dénouement qui est convenu (sans être forcément logique pour autant ?!? ).

 

Je retrouverai avec plaisir Marc Lévy prochainement mais ici, j'ignore ce qui l'a porté dans cette intrigue. Comment ? Il doit publier un livre par an, coûte que coûte  ? Noooon, vous croyez que c'est ça ???

 

Ma note : 2 / 5.

 

Ce roman est le 23ème livre lu depuis le début de l'année.

 

 

 

 

OK : je dois avouer que je n'ai pas choisi cette photo au hasard. Je l'ai souhaitée dubitative, comme le regard de son auteur qui contemple sa production ! Une fois encore, ce ne sera qu'un avis purement personnel...

Repost 0
Published by ANTONI - dans Marc Lévy
commenter cet article
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 08:00

 

 

 

Challenge anglais

 

 

Bonjour à toutes et à tous, comment vont les participants du challenge en ce début de mois d'août ? Tout le monde est prêt ? A partir ENFIN en congés ou, pour celles et ceux qui ont profité du soleil de juillet à reprendre MAL GRE MAL GRE, le chemin du travail ?

Ne soyez pas trop surpris par la diffusion quelque peu prématurée de ce récapitulatif. Je pars en congé ce samedi pour quinze jours et je n'aurai pas accès à Internet (et ne chercherai surtout pas y avoir accès !!!!)

Pour celles et ceux qui tarderaient à m'envoyer leurs derniers liens, transmettez-les moi normalement et on régularisera le mois prochain (voire plus tôt si vous y tenez, pour quelque raison que ce soit).

 

Allez, pas de transition, développons notre côté pragmatique ; c'est parti pour le récap' :

 

A

Kate Atkinson - Case histories : Enna

Jane Austen - Emma : Céline

C

Hampton Charles - Miss Seeton à la barre : Véronique D

Lee Child - 61 heures : Sharon

Agatha Christie - Le train bleu : Lilasviolet

G

Elizabeth Gaskell - Les confessions de Mr Harrison : Sharon

H

Amanda Hodgkinson - 22 Britannia Road : Anne

Mary Hooper - Velvet : Bianca

K

Rupert Kingfisher - Madame Pamplemousse and her incredible edibles : Sharon

M

Karen Maitland - La compagnie des menteurs : Bianca

P

Anne Perry - Rutland Place : Céline, Claire

R

J.K. Rowling - Les contes de Beedle le barde : Antoni

U

Eleanor Updale - La vengeance de Montmorency : Sharon 

W

Holly Webb - Rose et le masque vénitien : Sharon

Oscar Wilde - Le portrait de Dorian Gray : Antoni

 

Seize lectures ce mois-ci.

Il faut dire que j'ai qualifié le mois de juillet de :

 

 "mois qui suit le mois de juin pendant lequel nous avons lu trois milliards et demi de bouquins anglais et que là, c'est juste plus possible ; je ne veux plus croiser la route d'un bouquin vaguement britannique avant septembre".

 

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais j'ai trouvé que c'était un bon résumé pour le titre d'un mois ?!?

 

Trève de gaudrioles, galéjades ou autres pitreries (!), passons en revue, si vous le souhaitez, vos décomptes personnels de manière à vous situer dans vos objectifs : 

 

 

Quarante-huit livres lus :

Sharon 

 

Vingt-quatre livres lus :

Claire  

 

Vingt-trois livres lus :

Bianca

   

Dix-huit livres lus

Céline

 

Dix-sept livres lus :

Enna 

 

Seize livres lus :

Alice,   

 

Quatorze livres lus :

MrsB

 

Dix livres lus (catégorie Prince William) :

Aproposdelivres, Lilasviolet

 

Neuf livres lus :

Antoni     

 

Cinq livres lus (catégorie Prince Charles) :

Mamazerty, Syl, Valbouquine, Véronique D

 

Trois livres lus :

Frankie, George,

 

Deux livres lus :

Anne, Myrtille, Naëlline, Valou,

 

Un livre lu (catégorie Dirty Harry) :

Neph, PhilippeD

 

 

Et voilà pour ce mois-ci. Je ne peux pas vous laisser à vos occupations sans vous révéler l'identité de la personne sélectionnée pour être mise en lumière dans le présent article. Are you ready ? And the winner is... 

 

BIANCA 

 

 

 

la-compagnie-des-menteurs-karen-maitland 

Ca vous tente de découvrir ou de redécouvrir l'univers de Bianca ? Un petit clic sur la photo et vous y arrivez, sans détour !!! Cette fois-ci, c'en est terminé pour le récapitulatif des lectures du mois de juillet 2013.

 

See U next month for August readings !!!! 

 

 

 

Welcome George !

Repost 0
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 22:21
 
Challenge anglais
 
 
4ème de couv' :
A Londres, en 1866, Basil Hallward peint le portrait d'un séduisant jeune homme, Dorian Gray. Ce dernier s'amourache de Sybil Vane, une chanteuse de cabaret, mais les conventions rigides de son milieu le font rompre et elle se suicide. En rentrant chez lui, il trouve que son portrait a une expression plus dure, presque cruelle...
 
 
 
Mon avis :
277 pages. Roman publié en 1890.
Bon, vous allez vite le comprendre, spécialement si vous allez directement consulter la note attribuée à ce roman : j'adore ce livre et il fait partie de mes livres préférés. Il y a tant et tant de livres, de qualités diverses, écrits à travers les âges que, de manière générale, je rechigne à me replonger dans une histoire déjà appréhendée. Une fois n'est pas coutume, j'ai décidé de faire une exception et je dois, à ce titre, vous faire part de l'appréhension qui m'a accompagnée lorsque je me suis lancé dans cette entreprise.
L'adolescent que je fus avait adoré ce roman. Je craignais légitimement que le temps, l'expérience et la vie, simplement, puissent altérer mon jugement sur l'oeuvre signée Oscar Wilde. Quelque vingt années sont passés mais le pouvoir d'attraction de ce texte demeure intact.
 
L'histoire, vous la connaissez toutes et tous : c'est celle d'un jeune homme unanimement reconnu comme l'un des meilleurs partis d'Angleterre, tant par sa beauté que par sa richesse. Mais l'homme est effrayé à l'idée de vieillir puis de mourir. Aussi, lorsque son ami Basil Hallward réalise son portrait, celui-ci est si ressemblant que, dans une malheureuse prophétie, Dorian Gray souhaite que la peinture subisse les ravages et les affres du temps tandis que son visage conserverait à jamais son éclat naturel...
 
Les années défilent dans le Londres tantôt lugubre des bouges mal-fâmés, tantôt scintillant des beaux quartiers de West End sans qu'elles n'aient d'emprise réelle sur le magnifique Dorian, perverti par Lord Henry Wotton et ses conceptions immorales de l'existence.
Dès lors, l'homme s'enfonce chaque jour un peu plus dans l'Arrogance, le Cynisme et l'Aliénation de ce qu'il ne fédère pas autour de sa personne. Mais le portrait, lui, évolue. C'est d'abord une lèvre un peu plus pincée que celle peinte originellement. Puis, les traits se durcissent, le front se creuse de sillons quand la peau se fâne invariablement. Le sang afflue sur des mains de plus en plus calleuses à mesure que le beau Dorian voit son âme se déchiqueter lentement.
 
 
Je vais oser _ et vous pardonnerez ici mon hardiesse _ une analogie quelque peu mystique de mon rapport à ce livre à son histoire elle-même : l'intrigue, intemporelle, agit de la même façon sur le "presque" quadragénaire Antoni qu'elle n'a agi sur l'ado inconsistant et irrésolu que j'étais au moment de ma première lecture.
Le chef-d'oeuvre d'Oscar Wilde, à l'instar de ma passion pour ce livre, est comme Dorian Gray, il ne perd pas de sa beauté et de son authenticité. En définitive, je pourrais (peut-être ?) relire ce livre dans une vingtaine d'années. Ma perception en demeurera inchangée.
Et si c'était le support lui-même, le livre, qui subissait les assauts du temps. L'issue en serait alors évidente. Comme je ne pourrai me défaire de l'emprise de cette histoire, il me suffirait de me débarrasser du livre. Et seulement du livre...
Voilà, j'en ai terminé avec l'allusion mystique. Et je tenais à remercier toutes les personnes qui ont sorti leurs camisoles pour me rendre une petite visite de s'être finalement abstenues. Je vous rassure, je suis encore un peu sain d'esprit (sauf lorsque je rédige mes récap' mensuels dédiés au challenge GOD SAVE THE LIVRE !!!!)
 
Ce n'est pas si souvent que je prononce le panégyrique d'un livre mais, cette fois-ci, il ne pouvait en aller autrement. Parce que c'est vous, je vous propose de visionner la bande-annonce de l'adaptation cinématographique de 2009 avec Ben Barnes (Dorian Gray) et Colin Firth (Lord Henry Wotton).
 
 

 

 

 
 
Ma note : 8 / 5.
 
Ce fantastique roman, sélectionné dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE, est le 22ème livre lu depuis le début de l'année.
 
 
 
Oscar Wilde (1854 - 1900), entre autres déclarations pleines de bon sens, a déclaré :
 
"Life is too important to be taken seriously !"
 
"Man is least himself when he talks in his own person. Give him a mask and he will tell you the truth."
Repost 0
Published by ANTONI - dans Oscar Wilde
commenter cet article
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 21:00

 

Challenge anglais

 

 

4ème de couv' :

 Les «Contes de Beedle le Barde» sont les cinq contes de fées qui bercent l'enfance des jeunes sorciers. Chacun de ces contes a sa magie particulière qui enchantera les lecteurs et les fera frissonner.

• Le Sorcier et la marmite Sauteuse

• La Fontaine de la Bonne Fortune

• Le Sorcier au cœur velu

• Babbitty Lapina et la souche qui gloussait

• Le Conte des trois frères.

Les commentaires passionnants et malicieux du professeur Albus Dumbledore qui accompagnent chaque récit seront appréciés des sorciers comme des Moldus. Le professeur y donne de nombreuses clefs et dévoile, par la même occasion, maint détail de la vie à Poudlard.   

 

 

 

Mon avis :

124 pages. Roman publié en 2008.

Vous l'aurez deviné par vous-même : nous sommes, avec ce livre, dans la même mouvance que dans l'univers d'Harry Potter. Je dois même avouer que, si le principal intéressé n'est jamais mentionné dans ces contes puisque les différentes histoires ont eu lieu bien avant la naissance du petit sorcier, cela m'a tout de même fait plaisir de replonger dans cette atmosphère étrange et feutrée.

 

Les contes sont très courts, parfois trop à mon goût.

 

En revanche, je comprends les personnes qui m'ont prêté ce livre lorsqu'ils affirment qu'il est préférable de le lire après avoir achevé la lecture de la saga HP. L'on comprend davantage certains détails, un peu comme si J.K. Rowling, après un temps de réflexion, avait ressenti le besoin de clarifier certains passages. Le rapport entre ce court roman et les aventures d'Harry tient en un seul livre, en l'occurrence, l'ultime épisode de la saga HP : Harry Potter et les reliques de la mort.

 

A ce titre, Le conte des trois frères relate la lutte que chacun des trois frères livre face à la mort. Le premier détient une pierre ; le second s'approprie une baguette fabriquée dans du bois de sureau tandis que le dernier se cache, sa vie durant, sous une cape d'invisibilité. Cela ne vous rappelle rien ?  

 

Chaque conte, à travers sa morale, peut illustrer une qualité permettant de devenir un bon sorcier. C'est d'ailleurs assez amusant comme l'on se prend facilement au jeu. J.K.Rowling a disposé son oeuvre de sorte qu'elle donne réellement l'impression de s'adresser à un public de sorciers convertis (et non à d'obscurs Moldus !). Et puis, quel bonheur de retrouver Albus Dumbledore à travers les commentaires qui agrémentent chaque conte ! Sa malice fait écho à son ingéniosité et à son immense savoir, un peu comme s'il avait tout anticipé dans les aventures d'Harry...

 

Je ne procèderai pas à un classement subjectif des cinq contes mais j'avoue une nette préférence pour Le conte des trois frères ainsi que La fontaine de la bonne fortune. Quant aux deux histoires mettant en scène un sorcier (la marmite sauteuse et le coeur velu), elles ne m'ont pas fait transplaner, loin s'en faut !!!

 

Comme toujours, je vous propose d'aller jeter un oeil sur d'autres billets traitant de cette lecture, c'est ici : Enna (lu en VO le mois dernier dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE), L'addicte-Platine Girl (lu dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE, édition 2011),  Luna, Nathalie (lu dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE, édition 2011), Virginie

 

Ma note : 3.75 / 5.

 

Ce roman, lu dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE, organized by Myself, est le 21ème livre lu depuis le début de l'année.

 

 

Repost 0
Published by ANTONI - dans J.K Rowling
commenter cet article
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 21:06

 

 

4ème de couv' :

Ces téléphones portables avec fonctions photo et vidéo, Matt n'en voulait pas. Mais l'enthousiasme d'Olivia a emporté ses dernières réticences. Pour filmer le bébé qui va bientôt arriver, a-t-elle dit. Trois jours plus tard, un message de son épouse, en voyage d'affaires à Boston. Sur l'écran, un film de 15 secondes. La vue volée d'une chambre d'hôtel. Un inconnu allongé sur un lit en galante compagnie. Un coup de poing dans l'estomac. Cette femme, c'est Olivia.

 

 

 

Mon avis :

537 pages. Roman publié en 2005.

Et me revoici à travers une lecture signée Harlan Coben, le dernier d'une longue série de livres prêtés par notre amie Véro. J'en profiterai évidemment pour lui témoigner ma gratitude pour ce "prêt longue durée". Je n'avais pas spécialement été emballé par les derniers romans lus de cet auteur. Autant là, c'est davantage une bonne surprise. Ce n'est pas l'un de ces romans les plus connus ; il ne met d'ailleurs pas en scène son fameux agent sportif Myron Bolitar. Nous y retrouvons, en revanche, l'un de ses personnages secondaires récurrents en la personne de l'inspecteur Loren Muse.

 

Le début de l'intrigue prête à sourire : jugez-en plutôt par vous même. Loren Muse est appelée par mère Katherine, directrice du lycée pour jeunes filles St Margaret, lycée fréquenté dans le passé par Loren la rebelle ! Mère Katherine souhaiterait faire la lumière sur le décès de soeur Mary Rose, survenue dans la nuit. Quelle stupéfaction lorsque l'on apprend à l'autopsie que si la victime est décédée par strangulation, elle renfermait en ses seins des implants mammaires !!!   Enfer et damnation.

 

Il n'y a pas de bon roman chez Harlan Coben sans plusieurs histoires entremêlées. Cet opus ne déroge pas à la règle car l'on fait la connaissance de Matt Hunter, un ex-prisonnier réinséré qui se reconstruit auprès de sa femme Olivia, laquelle est récemment tombée enceinte. Matt a tué un camarade au lycée, suite à une altercation qui a dégénéré, entraînant la mort de Stephen Mc Grath sans intention de la donner. Stephen vient, aujourd'hui encore, hanter les nuits de son assassin. Désireux de profiter de la grossesse avant tout puis de leur progéniture, le couple Hunter fait l'acquisition de nouveaux portables avec appareil photo intégré. Tout semble aller pour le mieux jusqu'au moment où Matt reçoit un mail puis une étrange vidéo depuis le portable d'Olivia, partie en déplacement. Sur la vidéo passe furtivement un homme nu, noir de cheveux dans sa chambre d'hôtel. Il rejoint son lit où l'attend une femme, en tenue légère et avec une perruque blond platine. Aucun doute dans l'esprit de Matt : il s'agit d'Olivia...

 

 

 

Le temps des questions :

Que se passe-t-il ? Le doute est-il permis, en toute honnêteté ? Olivia est-elle la femme que Matt a toujours aimée ? Après tout, s'ils se sont aimés au sortir de l'adolescence, ils n'ont vécu leur romance que l'espace de deux jours lors d'une virée à Vegas ? Que sait-il de son passé ? Qui diable est ce Max Darrow, qui a tenté d'entrer en contact avec Olivia, par l'intermédiaire de Marsha Hunter, la belle-soeur de Matt ? Et puis, que doit-on penser lorsqu'au fil des chapitres, on apprend outre la mort de Max Darrow, celle du mystérieux homme nu sur la vidéo ? Quelqu'un voudrait-il, par ces meurtres, s'en prendre à Matt ? Et se peut-il que les deux histoires soient liées quand on sait que Loren Muse enquête du côté de la maison de Marsha Hunter ? Qui était soeur Mary Rose ? A-t-elle eu une vie avant d'intégrer le lycée St Margaret ?

 

Vous ne tirerez de réponses à toutes ces interrogations qu'en parcourant les pages de ce thriller plutôt efficace...

 

Sans dévoiler le dénouement _ ce qui n'aurait aucun intérêt et serait tout bonnement ridicule de ma part _ je dois avouer que je n'ai pas été particulièrement surpris par celui-ci et regrette même un petit peu le sacro-saint happy end à l'Américaine.  Ces petits bémols mis à part, il n'en demeure pas moins que vous passerez probablement un excellent moment sur la plage ou ailleurs en vous emparant de ce livre. 

 

Retrouvez l'ensemble de mes chroniques de livres signées Harlan Coben dans la rubrique du même nom sur ce blog.

 

Et si vous voulez avoir un regard différent sur cette lecture, je vous propose d'aller voir ce qu'en ont pensé d'autres lecteurs sur la toile : Luna, Véro (mais ce n'est pas elle qui m'a prêté ce livre !!!). 

 

Ma note : 4 / 5.

 

 

Ce roman est le 20ème livre lu depuis le début de l'année.

 

 

 

Repost 0
Published by ANTONI - dans Harlan Coben
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 21:50

 

 

 

4ème de couv' :

Au beau milieu d’une réunion de famille, Alex Cross apprend qu’on vient de retrouver le corps de sa nièce, sauvagement assassinée. Découvre que celle-ci fréquentait, à titre « professionnel », bon nombre de notables de Washington. Et ne tarde pas à comprendre que, de toute évidence, son bourreau a fait d’autres victimes. 

Epaulé par sa collègue et compagne Bree Stone, Alex s’engage dans une traque à hauts risques qui le mène jusqu’à une discrète et luxueuse propriété des environs de la capitale. Ici, à l’abri des regards, les membres d’un club très exclusif s’autorisent tous les fantasmes. Ils sont riches, puissants, et prêts à tout pour préserver leur anonymat. Prélude à un scandale qui pourrait ébranler toute la planète, l’enquête criminelle s’oriente vers les cercles du pouvoir… 

 

 

Mon avis :

328 pages. Roman publié en 2013.

Je ne connaissais pas encore cet écrivain que l'on présente parmi les auteurs de thrillers les plus talentueux de sa génération.

Je peux donc l'écrire sans coup férir : je n'ai pas été déçu. Le récit étant relativement court, une large place est laissée à l'action. Ce type de roman est à classer dans la mouvance de ce que peut produire Harlan Coben même si j'y vois deux différences notables, en l'occurrence, si Patterson ne développe pas trop le côté humoristique d'Alex Cross, il lui donne une dimension plus humaine que la plupart des personnages du "maître de vos nuits blanches".

Alors que l'enquête bat son plein, Alex n'hésite pas à se rendre au chevet de sa grand-mère Nana, une nonagénaire dont la santé plus que fragile tourmente la famille entière. Il effectuera, à cet effet, plusieurs allers-retours à l'hôpital lorsque cette dernière sombrera dans le coma. James Patterson détourne ainsi l'image de l'inspecteur de police implacable, exclusivement tourné vers son but ultime : interpeler l'assassin qui sème le trouble dans son secteur. Pour tout vous dire, j'ai apprécié de découvrir les failles intimes d'Alex Cross.

 

En résumé, ce roman est plutôt une jolie découverte. S'il constitue une suite, je n'ai pas vraiment été gêné par le fait de ne pas avoir lu les opus précédents. Pourtant, il y en a quelques-uns. Ce que j'ignorais également, c'est qu'Alex Cross ait répondu aux sirènes d'Hollywood, prenant vie au cinéma sous les traits de Morgan Freeman (Le collectionneur et Le masque de l'araignée) et, plus récemment (2012), de Tyler Perry (Alex Cross). 

 

Le temps des questions :

Qui a tué la nièce d'Alex Cross ? Quel est le terrifiant pervers qui joue puis assassine des prostituées ou des escort girls, en se faisant appeler Zeus ? En quoi ces faits divers peuvent mettre à mal l'ordre établi, surtout lorsque l'on sait que l'affaire monte jusqu'aux services de la Maison Blanche ? La présidente des Etats-Unis, Margaret Vance, tient-elle un rôle dans cette sordide affaire ? Sur quelle piste le profiler va-t-il se lancer ? Et Regina Cross sortira-t-elle de son coma ?

 

Mes amis, depuis le temps...! Mais vous ne le saurez qu'en lisant ce très efficace thriller. 

 

Je ne peux pas terminer cet article sans remercier chaleureusement les éditions jclattès et Emily, en particulier, laquelle m'a fait parvenir ce roman et permis de découvrir une plume qui m'était jusqu'alors inconnue. 

 

Ma note : 4 / 5. 

 

Ce roman est le 19ème livre lu depuis le début de l'année.

 

 

 

 

Si vous voulez en savoir davantage sur cet auteur prolifique (il est notamment le scénaristes de plusieurs séries américaines à succès...), je vous encourage à aller sur sa page facebook. Il suffit, pour ce faire, de cliquer sur le logo bien connu. 

 

 

Repost 0