Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE BLOG D'ANTONI
  • LE BLOG D'ANTONI
  • : Ce blog vous permet de découvrir mon premier roman et plus généralement ma passion pour l'écriture.
  • Contact

Ce que je lis aujourd'hui

 

 

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

 

   

Recherche

J'Y PARTICIPE

 

 

24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 21:30

 

 

4ème de couv' :

Un soir de février, Stewart, père et époux dévoué, sort d'une boîte d'Atlantic City en compagnie d'une ravissante strip-teaseuse. Personne ne les reverra. Dix-sept ans plus tard, l'inspecteur Broome chercher toujours à percer le mystère. Et des éléments pourraient bien relancer l'enquête : des photos anonymes, une nouvelle disparition, même lieu, mêmes circonstances.

Coïncidences ? Rituels macabres ? 

Et si Megan avait la réponse ? Car cette bonne mère de famille cache un passé sulfureux. Un passé qu'elle tente d'oublier depuis dix-sept ans...

Mensonges, vengeance, prostitution, meurtres et rédemption. Alors qu'un serial killer fait les after des clubs à la recherche d'une proie, des secrets soigneusement enterrés sortent des bois...

 

Mon avis :

368 pages. Roman publié en 2012.

Et voilà, c'est reparti : Antoni nous sert une nouvelle lecture signée Harlan Coben. J'essaie d'arrêter. Je vous assure que j'essaie. Mais je n'ai aucune volonté. Une fois qu'on le sait, on avance plus facilement.

Je vais donc évoquer ici le dernier opus de monsieur Coben. Car un peu à l'image d'Omar Sharif et les chevaux : vous le savez, Harlan Coben, c'est ma grande passion !

Après, pour faire profusion d'honnêteté, on ne le voit plus trop le père Omar, avec ou sans cheval. Donc, prends garde à toi, Harlan !!!   

Je plaisante naturellement. 

 

Vous allez finir par penser que je me répète mais, une fois de plus, ce roman contient les ingrédients classiques qui ont construit les succès d'Harlan Coben :

 

- un mystère surgissant du passé.

- des personnages charismatiques mais auxquels nous pouvons aisément nous identifier (sauf que dans Ne t'éloigne pas, il m'a fallu un petit temps d'adaptation car _ et je masque à peine mon embarras _ j'ai éprouvé quelques difficultés à ne pas en confondre un ou deux dans les premiers chapitres ).

- des fausses pistes (chaque personnage ou presque a droit d'être passé au crible de la suspicion).

- un soupçon d'humour.

- et un assassin dont on découvre l'identité que dans les ultimes pages (souvent énervant, ça !).

 

Après, on apprécie (ou pas !). Le phénomène va-t-il finir par lasser ? Seul l'avenir nous le dira. J'apprécie l'auteur et son style, c'est assez reposant. Il nous emmène facilement dans ses univers.

J'ai néanmoins un problème qui se veut grandissant au fil des opus parcourus : j'ai la fâcheuse tendance à rapidement oublier ses différentes intrigues. Ce qui me mène à la conclusion suivante : ces histoires ne sont pas ou plus suffisamment remarquables.

Certains, bien moins magnanimes que moi, considèrent qu'Harlan Coben vous fait passer un bon moment l'été sous le parasol. Je n'en suis pas là. Et heureusement.

 

Megan est une bonne mère de famille, partage sa vie avec un mari aimant mais qui méconnaît le passé trouble de son épouse, un temps où elle se faisait appeler Cassie dans son milieu : la nuit et les boîtes de strip-tease ! 

Elle semblait s'y épanouir, avait même une relation suivie avec Ray. Mais tout vola en éclats lorsqu'elle dut tourner le dos à son quotidien, bouleversée par la découverte d'un homme a priori mort dont la responsabilité parut incomber à... Ray !

Aujourd'hui nostalgique de cette époque, elle quitte sans la moindre hésitation mari et enfants quand elle s'aperçoit que Ray s'est fait agresser et que l'histoire se répète, dans des proportions inquiétantes : les autorités constatent la disparition d'une personne, laquelle n'est pas sans rappeler celle de Stewart Green, quelque dix-sept ans auparavant...

 

Le temps des questions : Qu'est-il arrivé à Stewart Green il y a dix-sept ans ? Est-il toujours en vie ? A partir de quels éléments inédits l'inspecteur Broome va-t-il conduire son enquête, au point mort depuis la disparition de Green ? Pour quelle raison Ray se terre-t-il dans le silence depuis lors ? Et pourquoi se rend-il, comme pour un pélerinage, toujours au même endroit chaque année au moment du Mardi Gras ? Qui sont les sinistres personnages qui ont intérêt à voir la situation s'enliser ? Le retour de Megan/Cassie dans ce cloaque est-il de nature à tout faire exploser ? Quelle sorte de vengeance l'assassin assouvit-il et quels sont ses exactes motivations ?

 

Vous ne le saurez qu'en lisant Ne t'éloigne pas.

 

Envie de savoir ce qu'en pensent d'autres lecteurs ? Je vous en prie, allez donc voir par ici : DenisLuna, NathalieTitou.

 

Pour les fans de l'auteur, je vous invite à cliquer sur le logo facebook ci-dessous, il vous transportera jusqu'à sa page officielle Facebook.

 

 

 

 

Il est grand temps pour moi de remercier _ et cela devient une habitude appréciable _ chaleureusement Laura pour l'envoi de ce livre.  

 

 

Ma note : 3 / 5.

 

Ce roman est le 11ème livre lu depuis le début de l'année.

 

 

Repost 0
Published by ANTONI - dans Harlan Coben
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 21:35

 

 

4ème de couv' :

Un cadavre de femme gît dans un champ aux environs de Salzbourg, des coordonnées GPS tatouées aux pieds. Lorsque la police se rend à l’'emplacement indiqué par celles-ci, elle découvre une boîte en plastique contenant une main d’'homme. Ce sinistre butin est accompagné d’'une énigme dont la résolution révélera de nouvelles coordonnées GPS. Débute alors pour la commissaire Beatrice Kaspary et son coéquipier Florin Wenninger une partie de géocaching macabre orchestrée avec maestria par un meurtrier qui les met au défi de le retrouver. La chasse aux trésors est ouverte...

 

Mon avis :

384 pages. Roman publié en 2013.

C'est la première fois que je lis un roman signé d'un auteur Autrichien. J'en profiterai ici pour, d'emblée, remercier chaleureusement Laura qui m'a proposé ce livre parmi un "package". Le pitch m'a vraiment intéressé car je ne connaissais pas du tout le geocaching et j'ai trouvé le concept innovant au sein d'une intrigue policière.

Imaginez plutôt : le geocaching met aux prises des internautes, lesquels avec des coordonnées GPS résolvent des énigmes et partent en quête d'un emplacement. Une fois découvert, ils se pointent sur un relevé, peuvent s'ils le souhaitent retirer un objet contenu dans une boîte sous réserve d'en déposer un autre. A leur retour chez eux, ils mettent à jour leur compte sur le site internet.

Sauf que là, ce sont des membres humains que renferment les boîtes. Et qu'un mystérieux tueur se met en tête de jouer avec les forces de l'ordre.

 

J'ai apprécié cette lecture. C'est plutôt bien écrit et je pense même que je relirai facilement un autre Ursula Poznanski. Et puis, j'ai bien aimé le personnage principal. En effet, on est assez loin de l'inspecteur Derrick, psycho-rigide, bien propre sur lui et complètement impassible. Beatrice Kaspary est une femme d'aujourd'hui. Elle fait la part des choses entre boulot et vie privée même si celle-ci l'a séparé de son mari. Ils voient leurs enfants selon le principe de la garde alternée. Le mari voudrait réintégrer le cercle familial quand Beatrice l'en exclut totalement. Elle, aurait éventuellement des vues sur Florin alors que lui file le parfait amour avec sa nouvelle compagne...

En définitive, tout juste pourrais-je regretter que, si l'on passe parfois rapidement (trop ?) d'une énigme à une autre, le rythme n'est pas très soutenu par ailleurs. Cela peut paraître paradoxal mais c'est ce que j'ai ressenti au fil des pages.

 

C'est donc une partie de poker menteur entre affreux jojo et police _ ce qui, en soi, ne représente rien d'inédit _ à ceci près que dans ce livre, l'on ne sait plus trop qui traque qui ? Alors, quand le tueur commence à échanger des textos avec la commissaire chargée de résoudre l'enquête, on se dit légitimement que les nerfs de la police vont être mis à rude épreuve...

 

Le commissaire Beatrice Kaspary est appelée sur les lieux d'un crime et réalise rapidement que l'enquête ne serait pas des plus simples. Des coordonnées GPS sont retrouvés sur la dépouille de la victime. Ces coordonnées indiquent l'emplacement d'une boîte contenant une énigme ainsi qu'une main humaine. Impressionnée mais bien décidée à faire la lumière sur ce mystère particulièrement sanglant, Beatrice et Florin, son collègue, prennent peu à peu goût _ oui, je sais : le terme n'est pas franchement approprié _ au geocaching et, à chaque étape, ils progressent vers la vérité. Le tueur semble également transporté par ce mano a mano singulier car il accepte d'orienter la police par le biais du téléphone portable de Beatrice...

 

Quel est donc ce tueur en série qui bafoue tous les codes du genre ? Beatrice et Florin résolveront-ils toutes les énigmes ? A qui appartiennent les différents membres humains ? Combien y a-t-il de victimes ? Où le tueur s'arrêtera-t-il ? Choisit-il sa ou ses cibles au hasard ou est-il simplement en train d'assouvir une vengeance ? Et si vengeance il y a, quelle en est l'origine ? Et pourquoi diable les premières personnes identifiées pratiquaient-elles toutes le geocaching ?

   

Mais enfin, mes amis, vous devriez le savoir depuis le temps , vous ne trouverez de réponses à toutes ces questions qu'en tournant les pages de ce bon thriller !!!

 

Presses de la Cité

 

Un petit clic sur le logo de la maison d'édition Presses de la Cité et vous serez automatiquement transporté jusqu'à la page de présentation éditeur de ce roman. 

 

Bon, j'ai bien compris qu'à part vous inonder de questions, je ne suis peut-être pas parvenu à attiser pleinement votre curiosité. OK, je ne m'en félicite pas mais, par conséquent, je vous engage à aller faire un tour sur d'autres blogs pour découvrir les billets des autres lecteurs de ce livre : LunaMadoka, NathaliePampoune (laquelle a adoré ce roman).   

 

Ma note : 4 / 5.  (En résumé, lisez ce livre... et pas seulement pour le sourire de son auteur !!!

 

Ce roman est le 10ème livre lu depuis le début de l'année.

 

 

 

Ah oui, j'allais oublier : pour celles et ceux (dont je faisais partie avant la lecture de ce roman) qui n'entendraient rien au geocaching, allez donc jeter un oeil ICI, vous obtiendrez quelques compléments d'information intéressants.

 

 

Repost 0
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 21:51

 

 

Challenge anglais

 

 

Bonjour à toutes et à tous,

je sais, je sais : ce n'est pas la peine de crier, là ! Je sais que je suis en retard. Oh la la. Vous devenez de plus en plus exigeants, c'est incroyable. J'ai rencontré quelques soucis avec internet ces derniers jours, cela arrive, non ???? Mon excuse est irrecevable ? OK, j'accepte (mais quand je vous dis que vous êtes exigeants !!! J'dis ça, j'dis rien...)

 

Bien, après ces quelques échanges de bons sentiments , je vous propose de nous arrêter le temps d'un sourire sur vos lectures du mois écoulé. Oui, mais pas tout de suite. Car avant, au mois de mars, il y a eu ça :

 

"C'est une petite bombe qui a secoué l'univers policé de la ruche royale. La reine elle-même, même si elle s'en défend, semble bien embarrassée par cette affaire qui fait grand bruit. Cette dernière doit, en effet, composer avec la présence gênante de deux de ses plus éminentes ouvrières.

Zach est une abeille ambitieuse qui a commencé simple ouvrière. Volontaire et pragmatique, elle a gravi lentement tous les échelons et a progressivement gagné le respect de ses pairs. Elle s'est tellement investie dans son travail que la qualité de son engagement et sa motivation sont parvenus jusqu'aux oreilles de la reine, laquelle plaça Zach au sein de sa cour en lui donnant le titre honorifique de garde en chef de la gelée royale.

Mettant du coeur à l'ouvrage, Zach refondit totalement la façon de produire le miel au sein de la ruche, développa un système permettant d'augmenter la production en ménageant les forces des ouvrières. La ruche commença à faire de gros bénéfices et Zach fut chargé de préserver l'équilibre des comptes. Ne pouvant réussir en ne comptant que sur elle-même, elle dut composer une équipe resserrée autour d'elle.

 

Et c'est là que la machine à gagner s'enraya : aveuglé par les propos d'une abeille cupide qu'elle avait engagée (comme vous le savez, cette affaire est en cours et n'a pas encore connu de dénouement juridique. Aussi, l'avocat de l'abeille mise en cause, sous couvert de la présomption d'innocence, nous a fait jurer de ne pas citer le nom de sa cliente. Tout juste nous a-t-il permis d'énoncer ses initiales : K.U), le garde en chef de la gelée royale commença à spéculer dangereusement, à  disperser ses profits, quitte à faire profiter d'autres ruches des recettes perçues par la ruche royale.

Zach n'hésita pas d'ailleurs à transférer une grande quantité de miel vers une ruche voisine, au-delà de la colline. Une commission est à ce titre chargée de faire la lumière sur la somme exacte de miel transférée. A ce stade des investigations, il s'avère très compliqué d'avancer un chiffre fiable tant il semble considérable. Nous sommes d'ailleurs visiblement assez loin des quelques 600 000 alvéoles détournées, comme prestement avancées par le principal accusé. Les deux principaux protagonistes de cette situation sordide ont beau avoir été placés en détention provisoire, il est probable que l'on n'ait pas fini d'entendre parler de l'affaire K.U - Zach..." 

 

 

A

Peter Ackroyd - Le testament d'Oscar Wilde : Claire

B

Sally Beaumont - Rebecca's tale : MrsB

Anne Brontë - Agnès Grey : Lilasviolet

C

Agatha Christie - Cinq petits cochons : Claire

Agatha Christie - La mystérieuse affaire de Styles : Lilasviolet

Agatha Christie - Le train de 16 h 50 : Claire

Agatha Christie - L'heure zéro : Enna

Sir Arthur Conan Doyle - Le monde perdu : Antoni

D

Rosie Dastgir - Une petite fortune : Myrtille

Joseph Delaney - Le sacrifice de l'épouvanteur : Frankie

Daphné Du Maurier - Rebecca : MrsB

F

Leah Fleming - The Captain's daughter : MrsB

G

Elizabeth Gaskell - Cranford : Alice, Syl

H

Georgette Heyer - Footsteps in the dark : Alice

Erin Hunter - La guerre des clans, tome IV : Sharon  

J

Lisa Jewell - Ralph's party : Claire

K

Claire Keegan - Les trois lumières : Bianca

M

Carole Matthews - Happy end à Hollywood : Alice

Jojo Moyes - Avant toi : Alice

Jojo Moyes - Me before you : MrsB

P

Anne Perry - Bryanston Mews : Alice

Anne Perry - La disparue de Noël : Véronique D

Anne Perry - La marque de Caïn : Claire

Anne Perry - L'étrangleur de Cater Street : Bianca, Céline, Claire

Anne Perry - Les tranchées de la haine : Alice

Beatrix Potter - Le grand livre animé de Pierre Lapin : Syl

R

Chris Riddell & Paul Stewart - A l'école de Cochonlard : Sharon

Chris Riddell & Paul Stewart - Eraguff le dragon : Sharon

Chris Riddell & Paul Stewart - L'abominable docteur Câlinou : Sharon

Chris Riddell & Paul Stewart - La chasse à l'ogre : Sharon

Chris Riddell & Paul Stewart - La grotte du dragon : Sharon

Chris Riddell & Paul Stewart - Le vampire suceur de pouces : Sharon

J.K. Rowling - Une place à prendre : Valou

T

Josephine Tey - La fille du temps : Bianca

Anthony Trollope - Quelle époque ! : Syl

W

David Walliams - Joe millionnaire : Enna

Rachel Ward - Intuitions, tome 2, Chaos : Frankie 

 

A toutes fins utiles, je rappelle que les lectures en VO sont matérialisés en rouge

 

Vous le savez depuis le mois dernier, j'ai décidé de mettre à l'honneur à chaque récapitulatif l'un ou l'une d'entre vous du moment qu'il ou elle aura lu et chroniqué un ouvrage britannique le mois écoulé. Et ce mois-ci, le hasard s'est arrêté sur...

 

FRANKIE

 

Aussi, je vous invite à cliquer sur la couverture du livre de Rachel Ward, vous serez automatiquement redirigé vers la page d'accueil du blog de Frankie : les escapades culturelles de Frankie.

 

 

 

 

A présent, je vous propose de consulter le décompte de vos lectures depuis le début de cette nouvelle édition du challenge :

 

Douze livres lus :

Sharon

     

Dix livres lus (catégorie Prince William) :

Claire

 

Sept livres lus :

Alice, Bianca

 

Cinq livres lus (catégorie Prince Charles) :  

Mamazerty, Syl

 

Quatre livres lus :

MrsB

 

Trois livres lus :

Antoni (bon, bah, je pense que je vais réussir la performance cette année d'être distancé encore plus rapidement que d'habitude !!!), Céline, Lilasviolet

 

Deux livres lus :

Enna, Frankie, Naëlline, Val bouquine, Valou

 

Un livre lu (catégorie Dirty Harry) :

George, Myrtille, Neph, Véronique D 

 

 

Alors, si vous deviez constater quelques irrégularités dans ce décompte et que vous contestiez le nombre de lectures allouées à chacun, n'hésitez pas une seule seconde : contactez Zach ! (autant que ce soit toujours le même qui ramasse, non ???) 

 

   

 (Images d'archives :

Avant que l'affaire n'éclate au grand jour,

Zach avait procédé à quelques essayages vestimentaires...) 

 

 

Voilà : j'en ai terminé pour ce mois-ci. Je m'en vais de ce pas butiner ailleurs...

 

See U next time...

 

 

 

 

 

Repost 0
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 15:06

 

Challenge anglais

 

4ème de couv' :

Trois Anglais prêts à tout prennent part, au bout du monde, à l'expédition du professeur Challenger.  Perdus, traqués par les hommes-singes, frôlés par des ailes monstrueuses, les voyageurs découvrent alors l'impossible : la préhistoire n'est pas morte !

Et, luttant pour survivre entre les ptérodactyles et les mégalosaures, ils se demandent : "Comment faire croire cela à Londres ?"

 

 

 

Mon avis :

348 pages. Roman publié en 1912.

Je reviens vers vous nanti d'une lecture à placer dans la catégorie classique de la littérature britannique, signé de l'un des plus prestigieux sujets de la Reine : Sir Arthur Conan Doyle. Le père de Sherlock Holmes fait une incursion dans le monde fantastique en nous proposant un voyage à l'aube des âges : la préhistoire. A ceci près que l'intrigue se déroule au coeur du XIXème siècle !

D'emblée, j'ai envie de préciser que j'ai plutôt apprécié ce roman. Tout juste pourrait-on regretter le style d'écriture, un peu désuet aujourd'hui. Nous ne sommes pas loin ici de l'univers fantastique imaginé par le maître en la matière : Jules Verne. Rien que pour ça, ce livre est une réussite !

 

Le professeur Challenger est un scientifique reconnu dont le nom a été récemment égratigné par des déclarations particulièrement fantaisistes proférées par... le principal intéressé. Il soutient, contre vents et marées, avoir découvert au fin fond de l'Amérique du Sud, un plateau volcanique sur lequel une vie préhistorique subsiste. Non content d'être conspué par la communauté scientifique toute entière, il éconduit violemment quiconque viendrait à remettre en cause sa légitimité. Mis au défi de prouver ses allégations, il convie une commission composée du professeur Summerlee _ son plus fervent détracteur ! _ Lord John Roxton, un aventurier et Edward Malone, un journaliste à partir en expédition vers l'Amérique du Sud. Les trois hommes partent alors quelques jours plus tard pour le continent américain, sans se douter une seule seconde qu'ils sont sur le point de vivre l'expérience la plus incroyable de leur existence...

Alors, par qui vont-ils être accueillis une fois arrivés à destination ? Trouveront-ils leur chemin jusqu'au fameux plateau décrit par le professeur Challenger ? A quels phénomènes fantastiques vont-ils être confrontés ? Se peut-il que ce même Challenger ne soit finalement pas l'affabulateur décrit par l'opinion publique ? Quels redoutables dangers l'expédition va-t-elle devoir surmonter ? Autant de questions qui ne trouveront de réponse qu'à travers la lecture du Monde perdu.

 

 

 

 

Chaque classique de la littérature a droit à son adaptation cinématographique. Ce roman ne déroge naturellement pas à la règle. J'ai notamment vu un court extrait d'un film muet des années 20, avec, outre l'entêtante mélodie au piano, des effets spéciaux à couper le souffle, à ranger dans la catégorie "tiens, si je faisais un collier de nouilles à Maman pour la fête des mères ?" !!!  

Comment ne pas parler ici du succès mondial qu'un film a rencontré lorsqu'il s'est agi de ressusciter des dinosaures dans un célèbre parc jurassique ? Je n'en dirai néanmoins pas davantage dans cet article car l'intrigue est pour le moins éloigné de l'aventure imaginée par Conan Doyle. 

 

Envie de découvrir les avis d'autres blogueurs sur ce livre ? Mais, je vous en prie, cliquez ici : Biblio, Lutins fantômes et petits hommes vertsMarieMinidou (lu en VO dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE édition 2011 : Ouh la, le temps passe ! ), Victor

 

 

Je vous propose, si vous le souhaitez, à lire sur ce blog la chronique du premier livre lu de Sir Arthur Conan Doyle : Le chien des Baskerville.

 

 

Ma note : 4 / 5.

 

 

Ce roman, lu dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE, est le 9ème roman lu depuis le début de l'année.

 

 

 

 

Repost 0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 22:00

 

Saratoga-woods-elizabeth-george.jpg

 

4ème de couv' :

 La jeune Hannah Armstrong possède un étrange pouvoir. Elle entend les pensées des autres, leurs "murmures", comme elle les qualifie. Un jour, elle comprend que son beau-père vient de commettre un meurtre. Pour la protéger, sa mère décide de l'envoyer sous une nouvelle identité sur l'île de Whidbey, au large de Seattle. Malheureusement, une fois sur place, rien ne se passe comme prévu pour celle qui se fait désormais appeler Becca King. La personne censée l'accueillir ne l'attend pas au débarcadère. Et ne s'y présentera jamais.

Livrée à elle-même, Becca doit dorénavant se débrouiller seule, dans un endroit qu'elle ne connaît pas et dont les habitants, comme elle ne tarde pas à le découvrir, semblent tous receler une part d'ombre...

 

Mon avis :

423 pages. Roman publié en 2013.

C'est la première fois que je tourne les pages d'un roman signé Elizabeth George, la romancière mondialement connue. Autant dire que je suis un profane en la matière. Apparemment, c'est également la première incursion pour elle dans l'univers du "roman pour ados". Quand j'ai découvert le thème du livre, j'ai bondi de joie (au sens figuré, naturellement !!!) : Hannah Armstrong ou Becca King, son nom d'emprunt, parvient à lire dans les pensées des autres. C'est un pouvoir qui m'a toujours subjugué. Imaginez donc toutes les possibilités. Et notamment l'aliénation de l'hypocrisie, du mensonge et de la trahison.

Je me suis donc projeté dans cette aventure avec un enthousiasme non feint.

Et là : DECEPTION.

Je suis navré : je ne suis pas très tendre dans mes chroniques du moment.

 

Le rythme est assez lent et je n'ai pas du tout adhéré à l'idée de départ : Hannah Armstrong, parce qu'elle lit dans les pensées, est en danger car son beau-père le sait et qu'elle a deviné qu'il avait tué un homme. Sa mère décide alors de lui faire quitter sa ville et sa vie de toujours pour l'île de Whidbey, située au large de Seattle. Qu'empêchait sa mère de fuir, certes, mais en prévenant les autorités du danger que représentait son mari pour les autres ??? Pour tout vous dire, j'ai éprouvé les pires difficultés à me départir de ce mauvais postulat.

 

Toujours est-il qu'à son arrivée sur l'île, Becca se retrouve rapidement seule suite au départ de sa mère. Elle finit par rejoindre la maison de Carol Quinn, la personne chargée de la recevoir. A peine a-t-elle foulé sa pelouse qu'elle découvre que Carol Quinn est décédée. Elle se réfugie alors chez Debbie Grieder, une femme marquée par le décès accidentel de sa fille. Becca s'inscrit au lycée de la ville et tisse un lien avec Derric Mathieson, un garçon noir originaire d'Ouganda, croisé à plusieurs reprises lors de son arrivée à Whidbey. En apparence, tout se passe bien dans le meilleur des mondes possibles, à ceci près que le père adoptif de Derric n'est autre que le shérif adjoint de l'île.

Ajoutons à cela que Becca s'attire rapidement les foudres de Jenn Mc Daniels, auto-proclamée girlfriend de Derric, que cette même Becca fréquente un dénommé Seth, un adolescent marginal qui a fui l'école et est accusé à tort de consommer de la drogue. Alors, quand tout ce petit monde se retrouve à Saratoga Woods, la forêt voisine, et que Becca découvre le corps inanimé de Derric au fond d'un ravin, les soupçons ne tardent pas à se focaliser sur la personnalité mystérieuse de la dernière arrivée sur l'île...

     

Ce sera difficile pour moi de pousser plus avant mon argumentation sans trahir le dénouement de l'intrigue.

Tout juste puis-je vous annoncer que ce livre constitue la première étape d'une série dans laquelle interviendra régulièrement Becca King. Dommage car cela va de soi que toutes les questions soulevées ne trouveront pas nécessairement de réponse dans les ultimes pages de Saratoga Woods...

 

Afin, le cas échéant, de me déjuger, je vous invite à aller consulter les billets des autres lecteurs de ce roman : Luna (qui a bien aimé), Pampoune (laquelle est un peu moins enjouée), Prof (qui a bien aimé également).

Vous vous en apercevez : les avis sont partagés. Une seule solution : lisez ce livre et faites-vous votre propre impression ! 

 

Je profiterai ici, malgré mes quelques réserves, de cette occasion pour remercier Laura pour cet envoi, lequel m'aura tout de même permis de découvrir un auteur encore inconnu pour moi. Je reviendrai certainement plus tard vers l'un de ses livres...

 

Pour les fans inconditionnels de l'auteur _ et je sais qu'il y en a ! _ je vous propose de cliquer sur sa photo : elle mène à un lien vers son site officiel, en anglais of course !   

 

Ma note : 2.5 / 5.

 

Ce roman est le 8ème livre lu depuis le début de l'année.

 

 

 

Repost 0
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 10:00

 

 

4ème de couv' :

Emma vit à New-York. A 32 ans, elle continue de chercher l'homme de sa vie. Matthew habite à Boston. Il a perdu sa femme dans un terrible accident et élève seul sa fille de quatre ans.

Ils font connaissance grâce à Internet et bientôt, leurs échanges de mails les laissent penser qu'ils ont enfin droit au bonheur. Désireux de se rencontrer, ils se donnent rendez-vous dans un petit restaurant italien de Manhattan.

Le même jour à la même heure, ils poussent chacun à leur tour la porte du restaurant. Ils sont conduits à la même table et pourtant... ils ne se croiseront jamais.

Jeu de mensonges ? Fantasme de l'un ? Manipulation de l'autre ? Victimes d'une réalité qui les dépasse, Matthew et Emma vont rapidement se rendre compte qu'il ne s'agit pas d'un simple rendez-vous manqué...

 

1372-1-fr-3c7c3109bcddbb31dca7793eed6365412.jpg

 

Mon avis :

430 pages. Roman publié en 2013.

Et voici donc le dernier opus de Guillaume Musso, qui y va de son petit livre annuel. Je remercie au passage ma délicieuse épouse qui me l'a offert.

J'aime bien le style de Guillaume Musso : c'est plutôt bien écrit, ça se lit vite et c'est même parfois drôle. Celui-ci ne déroge par conséquent pas aux règles que l'auteur a établies. Mais, pour tout vous avouer, je crois que je commence à me lasser. J'avais A-DO-RE (et je pèse mes mots !) Seras-tu là ? car il y avait tout ce que je recherchais dans un livre. Après tout, que recherche un auteur si ce n'est d'être en phase avec son lecteur ?

Sauf que l'ami Guillaume abuse (à mon sens) de ses aller-retour passé-présent mettant en scène un homme et une femme, que tout oppose. Il va falloir penser sérieusement à se renouveler, très cher. Certes, il explore ici de nouveaux terrains de jeu, n'hésitant pas à donner dans le thriller par moments. Mais on en revient invariablement à la romance réputée impossible entre deux êtres... Alors, je lui pardonne volontiers tout cela car ses livres permettent de nous évader facilement jusqu'à la grande Pomme ou, plus généralement, de vivre notre rêve américain par procuration (si tant est que vous ayez envie de le vivre, évidemment). Mais j'ignore jusqu'à quand son lectorat se montrera autant magnanime. Un livre, c'est un bon moment. Mais, généralement, un bon moment, on s'en souvient au-delà d'une semaine. Cela a été le cas pour Seras-tu là ? que je pourrai encore retranscrire assez fidèlement aujourd'hui. Pour celui-ci, c'est évidemment trop tôt pour se prononcer...

 

Matthew Shapiro est professeur de philosophie à Boston. S'il ne laisse pas certaines de ses élèves indifférentes, il cache une blessure profonde. Sa femme, Kate, infirmière, est morte dernièrement dans un accident de circulation, à sa sortie du parking de l'hôpital à la fin de l'une de ses gardes. Matthew doit se reconstruire en s'occupant désormais seul de sa fille de 4 ans, Emily.

A l'occasion d'une promenade avec elle, il déniche un vieil ordinateur sur un marché aux puces. Il apprendra rapidement que l'ordinateur a appartenu à Emma Lovenstein, sommelière française de renom travaillant à l'Imperator, un des restaurants les plus en vue de New-York. Ils finissent par entrer en contact ensemble, discutent par mails interposés pendant des heures avant de convenir d'un rendez-vous quelques jours plus tard dans un petit restaurant new-yorkais. Tout semble aller pour le mieux, ils doivent se retrouver à table à 21 heures. Emma, comme Matthew, arrive à l'heure. Les deux s'installent à la même table... sauf qu'ils ne se rencontreront pas. Parce qu'Emma vit en 2010 et Matthew en 2011. Leur seul moyen de communication ou de passerelle demeure le fameux ordinateur... 

 

Est-ce que c'est dur à avaler ? Pas tant que cela, car c'est plutôt bien amené.

  

Voici le temps des questions : Comment diable deux personnes peuvent-elles communiquer en vivant à un an d'intervalle ? Comment Emma, qui s'enamourache de Matthew, va-t-elle digérer le fait que ce dernier lui demande d'intervenir pour sauver de la mort sa femme ? Que va-t-elle découvrir entre 2010 et 2011 que Matthew ignore ? Et si, Kate, n'était pas celle que Matthew a aimé ? Quelles sont ses origines ? Et surtout que faisait-elle dans un bar en étreignant un inconnu, quelques jours seulement avant sa mort ? Mais voyons, vous ne le saurez qu'en poussant les premières pages de Demain !

 

Pour résumer, il y a de bonnes et de moins bonnes choses dans cette cuvée Musso 2013. On n'est pas dans le millésime mais c'est loin d'être de la piquette, tout de même. Emma Lovenstein appréciera, si elle me lit !!!!!!!!!!

 

Pour découvrir l'avis de Christelle ou Mélusine, cliquez sur leur prénom.

 

 

Ma note : 3.5 / 5.

 

Ce roman, lu dans le cadre du challenge NEW-YORK EN LITTERATURE, édition 2013, organisé par Emily, est le 7ème livre lu depuis le début de l'année.

 

 

Repost 0
Published by ANTONI - dans Guillaume Musso
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 21:00

   

 

 

 

4ème de couv' :

Aux États-Unis, de nos jours. L’entreprise de bâtiment de Glen Garber va mal : les contrats se font rares, les créanciers de plus en plus pressants, les dettes s’accumulent. Au moins peut-il encore rentrer chez lui et trouver un peu de réconfort auprès de sa femme Sheila et de leur fillette Kelly, contrairement à certains de ses employés mis à la rue par la crise des subprimes. Un soir, alors qu’il est seul avec Kelly, un coup de téléphone : Sheila a eu un accident de voiture qui a coûté la vie à deux personnes et entraîné sa propre mort. Elle avait bu. Entre chagrin et colère, Glen ne peut s’expliquer le comportement irresponsable de son épouse. Sheila était une mère aimante, une épouse dévouée, une femme organisée et réfléchie, pourquoi prendre un tel risque ? C’est incompréhensible. Tout comme le harcèlement soudain d’une de leurs voisines : a-t-il récupéré les affaires de Sheila ? Aurait-il trouvé une enveloppe avec de l’argent ? Et quand une amie proche de Sheila est retrouvée morte dans des circonstances très troubles, Glen comprend que la mort de Sheila était tout sauf un accident et qu'il est grand temps pour lui de mettre Kelly à l'abri...

 

Mon avis :

441 pages. Roman publié en 2013.

Pour ma part, je ne connaissais pas du tout Linwood Barclay. De lui, je n'avais même qu'une information : mon épouse adorée a un livre qu'il a signé : Crains le pire. Mais ni elle ni moi ne l'a encore parcouru !!! J'ai cru comprendre qu'il était la valeur montante chez les romanciers américains.

Et vous voulez que je vous dise : je sais maintenant pourquoi.

Ce livre est génial.

Je n'ai pas l'habitude de me montrer si élogieux mais j'ai adoré Contre toute attente. Je ne resterai probablement pas longtemps sans ouvrir un autre roman de Linwood Barclay. Je vous laisse d'ailleurs deviner lequel je choisirai !!!

 

Glen Garber fait partie des entrepreneurs américains que la crise n'épargne pas. Son dernier chantier lui cause les pires tourments. En effet, la maison qu'il construisait a pris feu, du fait d'une mauvaise installation électrique. Mais pire que tout : Sheila, son épouse, est décédée il y a moins d'un mois dans un accident de la circulation. En état d'ébriété, elle a causé la mort des occupants de la voiture avec laquelle elle entra en collision. Une partie de la famille Wilkinson (un père et deux fils) est décimée.

Que s'est-il donc passé ce soir-là ?

Sheila sortait parfois avec des copines, Ann et Belinda. Elles pouvaient boire un verre, deux maximum. Mais Sheila n'aurait jamais pris le volant, se sachant incapable de conduire.

Pourquoi les trois amies s'étaient-elles mis en tête d'organiser des réunions "sacs à main", des réunions durant lesquelles des femmes pouvaient acheter des contrefaçons de produits de maroquinerie de luxe, infime ramification d'un trafic d'envergure nationale ? Et pourquoi diable Kelly, la petite fille de Glen et Sheila, invitée à passer la nuit chez son amie Emily Slocum, décide-t-elle de rentrer chez elle, après qu'elle ait surpris la conversation téléphonique d'Ann ? Une conversation qu'elle a enregistré durant laquelle la maman d'Emily profère des menaces à l'encontre d'un mystérieux interlocuteur. Pour quelle raison Belinda semble-t-elle plus intéressée par une enveloppe contenant de l'argent remise à Sheila le jour de sa mort que par la mort de son amie elle-même ? Quelle tournure prend l'enquête autour de la mort de Sheila quand Ann Slocum, décède à son tour, accidentellement comme il est d'abord constaté ? Quelle vilaine mouche a piqué Darren Slocum, veuf d'Ann et flic corrompu, pour qu'il harcèle la petite Kelly ? Comment Glen va-t-il réagir face à tous les obstacles se mettant en travers de son chemin, à commencer par la famille Wilkinson et les personnes dont la maison a péri dans les flammes qui leur réclament des sommes astronomiques en dédommagement ?

 

Vous ne trouverez de réponses aux nombreuses questions que posent ce livre qu'en le lisant, pardi !

 

Vous voulez que je vous dise ? Cet ouvrage est une totale réussite car Linwood Barclay pose tous les ingrédients d'un mystère insondable. Au terme de cette première lecture, je place d'emblée Barclay un cran au-dessus de monsieur Harlan Coben car tout s'assemble merveilleusement bien à la fin du livre. Avec Harlan Coben, nous sommes parfois contraints d'accepter un certain nombre d'éléments qui tombent un peu comme un cheveu dans la soupe.

Linwood Barclay, lui, n'a rien négligé.

Et quand on pense pouvoir affirmer qu'il a oublié quelque chose, les ultimes pages arrivent enfin pour démonter notre théorie selon laquelle on ne peut pas toujours penser à tout. Agaçant, non ?!?  

 

Un p'tit conseil d'ami, là maintenant ? Ruez-vous sur ce livre. N'attendez plus...

 

Envie de savoir ce qu'en ont pensé d'autres lecteurs ? Je vous en prie, passez les premiers : Angelina (laquelle a littéralement détesté ; comme quoi, c'est bien d'avoir de multiples avis !!!),  Les gridouillisLuna, NathaliePampouneProf, Valériane (qui est moins enthousiaste que moi !) 

 

 

Ma note : 5.5 / 5. (Oui, vous avez bien lu la note !!!) 

 

 

Pour obtenir des infos précieuses sur l'auteur si vous êtes des convertis (déjà !), je vous propose de cliquer sur sa page facebook. Il intervient régulièrement, d'après ce que j'ai pu comprendre :

 

 

Je ne peux décemment pas terminer cet article sans remercier chaleureusement Laura, laquelle m'a permis de découvrir Linwood Barclay, cet auteur qui va vraisemblablement surfer de succès en succès dans un proche avenir...

 

Ce livre, lu dans le cadre du challenge NEW-YORK en littérature, édition 2013, organisé par Emily, est le 6ème roman parcouru depuis le début de l'année.

 

Repost 0
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 22:17

 

 

Challenge anglais

 

 

Bonjour à toutes et à tous, nous venons à peine de laisser derrière nous l'édition 2012 du challenge GOD SAVE THE LIVRE qu'il est déjà temps de marquer une pause en consultant vos lectures so british du mois de février.

Pour celles et ceux qui sont rompus aux habitudes de mes récapitulatifs, j'ai la coutume, en préambule, de présenter un fait d'actualité du mois écoulé. Bon, je vais probablement décevoir les p'tits nouveaux mais il ne me semble pas que l'actualité ait été très riche en février.

Certes, une personne éminente a décidé de démissionner de son poste. Ce qui, en soi, n'a rien d'exceptionnel. Ce qui l'est davantage, c'est que, pour une fois, la personne en question n'a rien à se reprocher !!! Ce seul fait méritait d'être souligné, non ?

  

  

Pénurie d'informations oblige, je vous propose de passer directement au récapitulatif avant de vous permettre de prendre connaissance d'une nouveauté (il faut toujours de la nouveauté, un peu comme dans les parcs d'attraction. S'il n'y en a pas, la fréquentation vient à décroître et ce n'est pas bon pour les affaires ! Mais chut ! Je vous en parlerai dans quelques instants).

 

A

Jane Austen -  Emma : Lilasviolet

Jane Austen - Lady Susan : Bianca

B

Frances H. Burnett - La petite princesse : Bianca

C

Agatha Christie - La dernière énigme : Bianca

Agatha Christie - Le couteau sur la nuque : Antoni

Agatha Christie - Le miroir se brisa : George

Agatha Christie - Meurtre au champagne : Sharon

Jonathan Coe - La maison du sommeil : Mamazerty

Jonathan Coe - Les nains de la mort : Mamazerty

Sir Arthur Conan Doyle - Le signe des quatre : Sharon

D

Joseph Delaney - L'épouvanteur, tome I - L'apprenti épouvanteur : Naëlline

Daphné Du Maurier - La crique du Français : Claire

G 

Elizabeth Gaskell - Nord et Sud : Valou

Robert Goddard - Heather Mallender a disparu : Val bouquine

Amanda Grange - Le journal du Colonel Brandon : Céline, Claire

H

Jane Harris - La servante insoumise : Neph

Anthony Horowitz - La maison de soie : Syl 

Erin Hunter - La guerre des clans, les mystères de la forêt, livre III : Sharon

M

Nancy Mitford - La poursuite de l'Amour : Alice

Nancy Mitford - Une Anglaise à Paris : Sharon

Simon Montefiore - Sashenka : Bianca

P

Anne Perry - Des âmes noires : Claire, Syl

Terry Pratchett - Le fabuleux Maurice et ses rongeurs savants : Mamazerty

R

Ian Rankin - Rébus et le loup-garou de Londres : Sharon

Ruth Rendell - Danger de mort : Mamazerty

J.K. Rowling - Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé : Antoni

S

Bram Stoker - Dracula : Mamazerty

T

Sue Townsend - La femme qui décida de passer une année au lit : Céline

W

Florence Warden - La maison du marais : Claire

Mary Wesley - La pelouse de camomille : Val bouquine

Jacqueline Wilson - Trois filles et neuf bonnes résolutions : Naëlline 

 

 

* * * * * * * *  * * *

 

 

Je vous propose à présent de consulter vos palmarès personnels, statistiques qui constitueront le baromètre de vos ambitions et le miroir des objectifs que vous vous êtes personnellement fixés dans le challenge. 

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'en ce début de challenge GOD SAVE THE LIVRE, certains tentent de contester la suprématie de la Reine !!!

 

Cinq livres lus (catégorie Prince Charles) :

Mamazerty, Sharon

  

Quatre livres lus :

Bianca, Claire

 

Deux livres lus :

Antoni (si on m'avait dit un jour que je n'aurais que trois lectures de retard sur Sharon, je le n'aurais pas cru !!! Tremble Sharon brr...) , Céline, Naëlline, Syl, Val bouquine

 

Un livre lu (catégorie Dirty Harry) : 

Alice, George, Lilasviolet, Neph, Valou 

 

 

 

A présent, comme convenu : la nouveauté. Malheureusement, je ne vous entends pas bien. Est-ce qu'il y a du mooooooonde sur ce récap' ?

(...)

Excusez-moi mais là, vous devriez toutes et tous, comme un seul lecteur, répondre :

Ouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuais ! (le nombre de -u prononcés étant fonction de votre degré d'hystérie du moment).

 

Bon, bah la nouveauté, alors.

Mais je ne vous sens pas très chaud tout de même.

 

Nous, comité directeur du challenge (composé de l'auteur de ce blog, de l'organisateur du challenge, du mari de ma femme et d'un certain... Antoni, un gars plutôt cool) avons décidé, à l'unanimité de  toute ma voix, de mettre un blog à l'honneur chaque mois à travers l'une de ses lectures. Si, si !

Simple et archi démago !  

 

Evidemment, vous allez vous demander : tiens, et comment le comité directeur va-t-il sélectionner le lecteur ou la lectrice qui sera sous les feux de la rampe le mois suivant ?

La réponse est simple : la sélection se fera de la manière la plus arbitraire qui soit :

- Si vous m'envoyez des commentaires régulièrement, de l'argent (euh non, ça je ne peux pas vous demander ça ! Ceci dit, s'il y en a qui... Non, oubliez !) ; 

- Si, comme moi, vous estimez anormal que je ne sois pas en tête du challenge que j'organise et que je devrais m'ajouter plusieurs lectures bidon pour côtoyer les sommets, comme je le suggère via de nombreux messages subliminaux depuis plusieurs mois ; 

- Si vous pensez que je peux supporter aisément la flagornerie ; 

- Si vous pensez tout ça en même temps, vous multipliez vos chances de figurer dans mon prochain récap'.

 

Je pense que c'est bien de poser, en toute honnêteté, les conditions de vos succès futurs.

 

Pour ce mois-ci, comme je n'ai évidemment pas eu le temps de tester votre hypocr... (Oh la la, mon clavier qui s'emballe ! Je voulais écrire votre hyper motivation), j'ai décidé de mettre à l'honneur la personne qui a déposé le 3000ème commentaire sur mon blog : il s'agit de... (je suis désolé pour les points de suspension censés illustrés un moment de suspense mais j'aimerais vous y voir à tenter de retranscrire un roulement de tambours rien qu'avec des signes de ponctuation !) Il s'agit donc de :

 

 CELINE

 

Je vous propose de cliquer sur l'image de sa lecture. Vous serez immédiatement projeté(e) sur la chronique déposée sur son blog. Encore un truc que j'ai conçu tout seul comme un grand : cela s'appelle... un lien !

Pas mal, hein ? Ne dites rien, je sais que vous êtes impressionné(e).

 

 

 

le journal du colonel brandon

 

Je vous rassure : dès le mois prochain, je procèderai à un tirage au sort des lecteurs/lectrices qui auront chroniqué sur leurs lectures de mars ! 

 

Bon, vous en conviendrez, je crois que j'ai raconté assez de bêtises pour ce mois-ci. Je vous retrouve dès le mois prochain (et plus tôt pour certains au détour de chroniques hors challenge) pour faire un nouveau point sur vos différentes lectures so british.

 

J'oubliais : pour les deux personnes que j'aurais réussi à faire sourire à travers cet article, apprenez que je serai prochainement en tournée mondiale (Las Vegas, Ris-Orangis, Milan, Sainte-Opportune La Mare, Broadway, Nogent-Le-Rotrou, Moscou, Pékin et, pour finir... l'Olympia... du Poiré-sur-Vie : petite salle mais belle acoustique !) Infos et résa à cette adresse : mythopointfr.

 

See U next time. 

 

PS : j'en peux plus. Bonne nuit. Sleep tight. 

Repost 0
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 17:03
 
 
Challenge anglais
 
 
4ème de couv' :
Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi le professeur Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley ?
 
 
 
Mon avis :
715 pages. Roman publié en 2005.
Nous voici donc réunis à travers cet article afin de parler du tome VI de la saga Harry Potter. Cet épisode fait suite à Harry Potter et l'ordre du Phénix, le roman le plus long des aventures du petit sorcier. Vous le savez à présent, Lord Voldemort est de retour d'entre les morts est affirme un peu plus sa suprématie sur le monde de la sorcellerie. Le Seigneur des Ténèbres rappelle ses lieutenants, les Mangemorts. Certains, comme Lucius Malefoy, le père de Drago, sont enfermés dans la prison d'Azkaban. Certains sont parvenus à s'y enfuir et les autres ressortent de l'anonymat.
L'inquiétude monte d'un cran dans l'univers du Pré-au-Lard et de l'école de Poudlard tandis que le fossé se creuse entre les partisans d'Albus Dumbledore et ceux de Lord Voldemort.
Harry et ses amis entament dans un climat pesant leur sixième année à Poudlard. Harry apprend qu'il devient le capitaine de l'équipe de Quidditch de Gryffondor. Ron et Hermione, quant à eux, reprennent leur rôle de préfet pour leur maison.
Harry prend ses nouvelles responsabilités très au sérieux, déterminé à faire bonne figure dans la compétition, en commençant par vaincre l'équipe de Serpentard, dans laquelle évolue son ennemi de toujours : Drago Malefoy. Mais, curieusement, ce dernier ne semble pas aussi impliqué que les années précédentes. Pire, il semble tourmenté. Harry va découvrir qu'il est investi d'une mission, diligentée par le Seigneur des Ténèbres lui-même.
Parallèlement à cela, l'école de Poudlard va recevoir _ comme tous les ans ! _ un nouveau professeur de défense contre les forces du mal. Celui-ci, choisi par Dumbledore, est bien connu des élèves car il s'agit de... Severus Rogue ! Severus Rogue, professeur des potions, grand sorcier de la magie noire, professeur le moins apprécié de l'école qui semble vouer une acrimonie  permanente vis-à-vis de Harry Potter et _ fait non négligeable _ ancien partisan de Lord Voldemort. Par voie de conséquence, les élèves vont faire la connaissance de leur nouveau professeur de potions : Horace Slughorn, un ancien pensionnaire de l'école. Les cours débutent avec une surprise de taille : Harry se révèle être un excellent élève en cours de potions. Si Rogue ne faisait rien auparavant pour le mettre en avant, il faut savoir que le petit sorcier sera bien aidé par les annotations ajoutées sur l'exemplaire de son livre de potions. Un exemplaire dont le précédent propriétaire se faisait appeler... Le Prince de Sang-Mêlé...
     
 
Whooah, quel tome !
J'avais bien aimé l'épisode IV mais je me demande si celui-ci ne le surpasse pas. L'intrigue est particulièrement riche. Contrairement au tome précédent, il "ne fait que" 715 pages. D'habitude, j'espace mes lectures de HP, préférant "digérer" chaque opus. Cette fois-ci, j'ai vraiment envie de me saisir du prochain, spécialement parce qu'il sera le théâtre de l'affrontement final et donc le dénouement de la saga. Cette année, Harry va recevoir des cours supplémentaires, des cours particuliers menés par Dumbledore, consistant, par le biais de la Pensine, à explorer le passé de Tom Jedusor, le brillant élève de Poudlard, qui deviendra plus tard le terrible Lord Voldemort.
Albus Dumbledore mettra d'ailleurs Harry à contribution en le priant de convaincre Horace Slughorn, l'ancien professeur de Tom Jedusor, de lui remettre un souvenir fondamental qu'il a enfoui au plus profond de son esprit.
Bref, j'ai adoré ce roman car si le Seigneur des Ténèbres n'est, une fois de plus, pas très présent, le lecteur en apprend davantage sur ses jeunes années, ses motivations et le moyen qu'il a trouvé de survivre. Et la fin de l'épisode nous réserve une conclusion sombre, inattendue mais qui, paradoxalement, me remplit d'espoirs. Alors, s'il vous plait, ne me révélez rien sur le tome VII. Je le lirai très prochainement car, oui : je fais partie des cinq dernières personnes en France à n'avoir jamais lu HP dans son intégralité !!!!
Qui donc est cet Horace Slughorn ? Quelle est la nature de la mission de Drago Malefoy ? Où se cache-t-il ? Pour quelles raisons Albus Dumbledore s'absente-t-il si souvent de l'école ? Qui se cache derrière le Prince de Sang-Mêlé ? Harry parviendra-t-il à extorquer le souvenir de Slughorn ? Quels étaient les projets du jeune Tom Jedusor ? Quelle sera la conclusion terrible de cet épisode ? Mes amis, vous ne le saurez qu'en parcourant les pages de Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé...  
 
Une petite bande-annonce de l'adaptation cinématographique mettant en scène Daniel Radcliffe, Emma Watson et Rupert Grint vous permettrait de vous faire une idée plus précise de l'histoire de ce livre ? Je vous en prie, c'est ici :
 
 
 
 
Si vous le souhaitez, je vous invite à retrouver les billets des épisodes précédents :
 
. 
Cet article touche à sa fin mais je ne peux pas vous laisser sans vous inviter à découvrir les chroniques d'autres lecteurs : Marmotte (lu en VO dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE), MélanieMinidou (également lu en VO dans le cadre du challenge), Valériane (également lu dans le cadre du challenge). Si, vous aussi, vous avez lu ce livre et ne figurez pas dans la liste des liens vers vos articles, prévenez-moi et je vous ajouterai.
 
Ma note : 5 / 5.
 
Ce roman, lu dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE, est le 5ème livre lu depuis le début de l'année.
 
 
 
 
Repost 0
Published by ANTONI - dans J.K Rowling
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 20:11

 

 

 

Challenge anglais

 

4ème de couv' :

Lady Edgware ne supporte pas la contradiction. Et son mari lui donne bien du souci. D'abord, il a un caractère impossible. Ensuite, il refuse de divorcer. Très ennuyeux... Car lady Edgware a justement l'intention de se remarier. Que faire ? Mais charger Hercule Poirot de la débarrasser du gêneur, bien sûr ! N'est-il pas le grand spécialiste des affaires criminelles ? Lady Edgware aurait tendance à confondre tueur à gages et détective que Poirot n'en serait pas autrement surpris. Mais peu importe, après tout. Puisque le mari a fini par se résigner. Il vient d'avoir la bonne idée de mourir. Assassiné. Contrariant, lord Edgware ? Les femmes sont ingrates...

 

 

 

Mon avis :

247 pages. Roman publié en 1933.

Me voici de retour avec la lecture d'un roman de la star incontestée du roman policier. Ce roman met en scène son plus célèbre détective : Hercule Poirot.

Lady Edgeware est une femme surprenante. Lorsqu'elle se retrouve en présence du plus grand détective de la planète, plutôt que de le couvrir d'éloges comme chacun ferait légitimement, elle le prie de bien vouloir lui rendre un service absolument inattendu : éliminer son mari. Et peu importe le moyen. En effet, Lady Edgeware est, pour l'heure, dans une situation embarrassante. Elle se languit de son mariage raté avec Lord Edgeware et rêve de convoler en justes noces avec le duc de Merton, un excellent parti outre-Manche. Comment faire alors que Lord Edgeware a, six mois auparavant, émis une fin de non-recevoir à sa requête ? Car rien ne dit que Hercule Poirot, s'il est celui qu'aucun mystère prétendu irrésolvable ne rebute, ne soit en mesure de trouver un compromis capable de contenter deux êtres que tout oppose dorénavant.

Il doit être écrit que le petit détective belge peut renverser toutes les montagnes car Lord Edgeware va se montrer très coopératif avec lui et, pour cause : il avait déjà accepté lorsque son épouse l'avait sollicité en ce sens. Mais le courrier d'acceptation ne sembla jamais être parvenu à sa destinataire...!

Tout est bien qui finit bien. Ne reste plus qu'à signer les documents scellant leur désunion !!! Sauf que Lord Edgeware ne les signera jamais, dans la mesure où il se fit assassiner avant même d'en avoir la possibilité.

 

Qui est donc Lady Edgeware, plus connu sous le nom de Jane Wilkinson, la célèbre actrice de renommée mondiale ? Comment s'est-elle retrouvée en contact avec Carlotta Adams, une autre actrice (de moindre envergure) qui l'imite à la perfection, la ressemblance physique déroutant même la principale intéressée ? Que s'est-il passé cette fameuse soirée quand, Lady Edgeware, invitée à une réception en présence d'une dizaine de convives, s'est soi-disant éclipsée lors d'un intermède afin de rendre visite à son futur ex-époux, alors que personne ne remarqua son absence dans l'assistance ? Qui donc a mis fin aux jours de Lord Edgeware ? De quoi parle exactement la lettre que Carlotta Adams a fait parvenir à sa soeur en Amérique, révélant qu'elle va prochainement recevoir une somme substantielle en l'échange d'un rôle qu'elle devra tenir lors d'une représentation unique ? A qui profite le crime ? Sa fille unique, Géraldine, qui l'a toujours haï ? Son neveu Bryan, qui devint ainsi le nouveau Lord Edgeware ?

Comme souvent, avec Agatha Christie, les suspects ne manquent pas. Mais, comme toujours, Hercule Poirot, assisté ici de l'impeccable Hastings, tirera le voile sur cette affaire que je vous engage à lire... à défaut de vous en révéler les nombreux secrets.

 

Vous êtes déçu(e)(s) par mon manque de sollicitude ? Je pourrais tenter d'y remédier en vous invitant à parcourir les articles suivants (mais pas sûr que vous en appreniez davantage sur l'identité du meurtrier !!!) :

Enna, (lu dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE), George (également lu dans le cadre du challenge), Sharon (également lu dans le cadre du challenge). Si d'autres personnes ont lu cet ouvrage, qu'elles se manifestent auprès de moi, j'ajouterai volontiers des liens vers leurs articles respectifs.

    

 

Ma note : 4 / 5.

 

 

Ce livre, lu dans le cadre des challenges AGATHA CHRISTIE, organisé par George et GOD SAVE THE LIVRE - édition 2013 organisé par... moi, est le 4ème roman lu depuis le début de l'année.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by ANTONI - dans Agatha Christie
commenter cet article