Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE BLOG D'ANTONI
  • LE BLOG D'ANTONI
  • : Ce blog vous permet de découvrir mon premier roman et plus généralement ma passion pour l'écriture.
  • Contact

Ce que je lis aujourd'hui

 

 

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

 

   

Recherche

J'Y PARTICIPE

 

 

5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 12:39

 

 

Challenge anglais

 

 

Bonjour à toutes et à tous,

le mois de mai a traversé notre existence à la vitesse de l'éclair avec tous ses jours fériés et, avouons-le, personne ne s'en plaindra !!!

Il est néanmoins temps pour nous de faire une halte dans nos lectures et de jeter un oeil dans le rétroviseur. Oui, mais avant, au mois de mai, il y a eu ça :

 

"Les enfants, les enfants ! Asseyez-vous. Je voudrais vous présenter Thibault. Thibault va finir l'année scolaire avec nous. Ses parents viennent d'emménager dans la commune... Tiens, regarde : tu peux aller t'installer à côté de Théo, au deuxième rang.

 

(...) A la récré.

 

Comment tu t'appelles, déjà ?

- Thibault !

- Tu viens d'où ?

- T'as des frères ?

- Ta soeur, elle est à l'école aussi ?

- T'as des Beyblades sur toi ?

- C'est quoi, ta matière préférée ?

- Ouh la, du calme, pas tout le monde en même temps. J'ai un grand frère, il va au collège. Je n'ai pas de soeur et je n'ai pas pu prendre mes beyblades ce matin. C'est ma mère qui m'a dit de les laisser car elle ne savait pas si je pouvais les emmener.

- Les mamans, elles ne nous laissent jamais faire ce qu'on veut, de toute façon.

- C'est sûr.

- Qu'est-ce qu'elle fait comme travail, ta maman ?

- Elle s'occupe de nous, elle reste à la maison.

- Elle reste à la maison ? Elle travaille pas, alors !

- Bah si, c'est du travail de s'occuper des enfants.

- En fait, elle ne veut pas que tu ramènes tes beyblades à l'école parce qu'elle y joue toute la journée à la maison.

- Euh, tu crois ?

- Une fois, je suis rentré de l'école et mon père jouait dans le garage avec mon ballon de foot.

- Et ton père, il fait quoi ?

- Il dessine des maisons, des immeubles, des monuments, des choses comme ça.

- Ta maman qui joue, ton papa qui dessine, ils sont bizarres, tes parents.

- Mais non, c'est pas ça. Son papa, il est archi-tech !

- Oui, il est archi-tech et il est archi-fort car il travaille si vite que le monsieur qui lui donne ses sous lui a dit de rester plus souvent à la maison. J'aime bien quand mon papa, il est à la maison... Je lui ai demandé pourquoi il avait de si longs week-ends en ce moment et il m'a dit que c'était parce qu'il avait fait... 4 ponts au mois de Mai ! "

 

 

Alors, chez vous aussi, il y avait des archi-tech qui ont passé plus de temps à la maison au mois de mai ??????

 

A

Jane Austen - Lady Susan : Philisine Cave, Une comète

Jane Austen - Persuasion : Aymeline

C

James Hadley Chase - Vipère au sein : Clara

Agatha Christie - Black coffee : Sharon

Agatha Christie - Le major parlait trop : Enna

Agatha Christie - Passager pour Francfort : Sharon

Jonathan Coe - Désaccords imparfaits : Jeneen

Kate Colquhoun - Le chapeau de Mr Briggs : MissLéo

D

Joseph Delaney - La malédiction de l'épouvanteur : Frankie

E

George Eliot - Daniel Deronda : Alice

H

Ali Harris - Miracle on Regent street : Alice

Jill Hucklesby - L'année où tout a changé : Aproposdelivres

J

Henry James - Un épisode international : Jeneen

L

Rosamund Lupton - Sister : Enna

N

Sally Nicholls - Quand vous lirez ce livre... : Aproposdelivres

P

Anne Perry - Seven dials : Sharon

Anne Perry - Le temps des armes : Alice

Anne Perry - Le mystère de Callander square : George

Anne Perry - Un deuil dangereux : Syl

Bella Pollen - L'été de l'ours : Aproposdelivres

R

Ian Rankin - Une dernière chance pour Rebus : MissLéo

U

Fred Uhlman - L'ami retrouvé : Antoni

T

Simon Tolkien - Sombre éclat : Sofynet

W

Dan Waddell - Code 1879 : Jeneen

S.J Watson - Avant d'aller dormir : Anne (desmotsetdesnotes)

 

Voilà, c'en est terminé du récapitulatif des lectures du mois de mai. On pourra constater qu'Anne Perry et Agatha Christie (comme souvent !) ont récolté nombre des suffrages de la part des lecteurs du challenge.

 

Je vous laisse découvrir maintenant votre palmarès personnel, qui vous permettra de vous situer dans vos différents objectifs :

 

 

Vingt-trois livres lus :

Sharon (trois lectures ce mois-ci seulement ? Mouais... pas terrible )



Dix livres lus (catégorie Prince William) :

Alice


Huit livres lus :

Aymeline, Enna, Syl


Sept livres lus :

Aproposdelivres, Miss Léo,

 

Six livres lus :

Antoni, Jeneen,

 

Cinq livres lus (catégorie Prince Charles) :

 Lara Emilie,

 

Quatre livres lus :

Anne (desmotsetdesnotes), Philisine Cave, Une comète, Valbouquine

 

Trois livres lus :

Clara, George, L'addicte Platine Girl,

 

Deux livres lus :

Frankie,

 

Un livre lu (catégorie Dirty Harry et/ou Queen Mum) :

Naëlline, Owl, Philippe D, Prune, Sabbio, Sofynet, Val, Vilvirt.

 

 

Comme toujours, si vous constatez que j'ai commis quelque omission, prévenez-moi.

Ce n'est toutefois jamais arrivé.

Par le passé, certains ont avancé que j'avais oublié de signaler une lecture mais après enquête, il s'est avéré qu'à chaque fois, c'était parce que quelqu'un avait piraté mon ordinateur. Autant dire que c'est peu probable.

Pardon, juste une minute : "Excusez-moi, je ne vous connais pas. Je peux savoir ce que vous faites chez moi, là ? C'est... ? C'est pour l'entretien de la cheminée ? Ah d'accord, je vous en prie."

 

Bon, pardonnez-moi, c'est toujours pénible d'être interrompu.

Je vais vous laisser vaquer à vos occupations à présent. Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour de nouvelles lectures So British.

 

See U.

 

 

...Mais au fait... je n'ai pas de cheminée, moi !

 

 

 

Repost 0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 22:00

 

Challenge anglais

 

 

4ème de couv' :

Agé de seize ans, Hans Schwarz, fils unique d'un médecin juif, fréquente le lycée de plus renommé de Stuttgart. Il est encore seul et sans ami véritable lorsque l'arrivée dans sa classe d'un garçon d'une famille protestante d'illustre ascendance lui permet de réaliser son exigeant idéal de l'amitié, tel que le lui fait concevoir l'exaltation romantique qui est souvent le propre de l'adolescence.

C'est en 1932 qu'a lieu cette rencontre, qui sera de courte durée, les troubles déclenchés par la venue de Hitler ayant fini par gagner la paisible ville de Stuttgart. Les parents de Hans, qui soupçonnent les vexations que subit le jeune homme au lycée, décident de l'envoyer en Amérique, où il fera sa carrière et s'efforcera de rayer de sa vie et d'oublier l'enfer de son passé. Ce passé qui se rappellera à lui de façon tragique.

 

 

Mon avis :

122 pages. Roman publié en 1971.

Commençons par une accroche percutante : ce roman est bouleversant. Voilà, le mot est d'emblée lâché. Je ne connaissais pas du tout Fred Uhlman. La quatrième de couverture plante assez bien le décor, ce qui n'est pas toujours le cas.

Ce livre est un saisissant témoignage de l'amitié naissante au temps de l'innocence entre deux êtres semblables que l'Histoire pousse à s'opposer.

Ce roman est largement autobiographique et vous le comprendrez aisément un petit peu plus loin. L'auteur, quoique Anglais, est né à Stuttgart : ce qui explique à quel point les descriptions sont précises. De prime abord, j'ai pensé que Fred Uhlman s'était livré à un long travail de documentation alors qu'en vérité, il s'est "contenté" d'aller puiser dans ses souvenirs d'adolescent.

 

Hans Schwarz est seul et, sans avoir le sentiment d'être différent des autres, il est persuadé qu'avec l'arrivée de Conrad dans son lycée, il a enfin trouvé l'amitié. Même si les débuts sont hésitants, l'avenir lui montrera qu'il ne s'est pas trompé. Conrad, issu d'une famille puissante d'Allemagne, n'a que faire des tentatives d'approche de camarades intéressés. Il les éconduit poliment et privilégie l'amitié pour un jeune homme qui partage son goût pour les collections de pièces anciennes : Hans.

Dès lors, ce dernier profite de l'instant présent et néglige l'essentiel dans l'Allemagne de l'entre-deux-guerres : la montée du nazisme et la haine croissante du peuple juif. Hans subit les railleries de plus en plus acerbes de ses camarades de classe sans que Conrad ne puisse véritablement le rassurer ou le défendre. Vous l'avez appris dans la quatrième de couverture : ses parents choisiront de l'exiler en Amérique ; eux préféreront subir et choisir leur mort.

 

Alors, pourquoi ce livre m'a-t-il bouleversé ? Parce qu'il ne décrit pas les horreurs de la seconde guerre mondiale puisqu'elle n'est même pas évoquée.

Et puis, Hans et Conrad se sont éloignés l'un de l'autre lorsque le premier nommé reçut une lettre du second, regrettant son départ mais en affirmant qu'Adolf Hitler était probablement le guide que l'Allemagne attendait. Hans refait sa vie aux Etats-Unis et reçoit un courrier en provenance de son ancien lycée, quelque 30 années plus tard. Le document mentionne le nom de tous ses anciens camarades tombés lors de la seconde guerre mondiale. Je n'en écrirai pas plus, si ce n'est que la vérité nous est dévoilée lors de la dernière ligne de ce roman. Tristement magnifique.

 

A noter également un passage qui donne à réfléchir : un soldat Aryen stationné devant le domicile des parents de Hans. Le père, ulcéré de voir que sa famille était montrée du doigt, sort sa tenue d'ancien soldat bardé des médailles qu'on lui a attribuées au terme de la première guerre mondiale. Vu par la foule comme un héros de guerre, le père de Hans précipitera le départ du soldat Aryen. Moralité : héros un jour, bouc émissaire le lendemain, martyr pour l'éternité.

 

Voici l'affiche de l'adaptation cinématographique qui faisait partie de la sélection officielle du festival de Cannes en 1989. En cliquant dessus, vous trouverez la fiche signalétique du film. Désolé, je n'ai pas de bande-annonce sous la main !

 

 

  

Pour que votre opinion soit entière et objective, je vous propose d'aller découvrir les billets de tout ce beau monde : Agnès Calypso, Au café littéraire de Céline, Karine:),  Linette (qui n'a pas du tout accroché), Sharkie343, Stellabloggueuse.

Comme je ne peux pas "traquer" tous les lecteurs sur la blogosphère, signalez-moi votre lecture le cas échéant, et je vous ajouterai dans cet article.

 

Ma note : 5 / 5.

 

Ce livre, lu dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE, que j'ai le plaisir d'organiser, est le 14ème roman lu depuis le début de l'année.

 

Fred Uhlman est un écrivain britannique d'origine allemande. Né en 1901, il décède en 1985 à Londres. Fuyant l'Allemagne nazie, il s'installe à Paris et s'illustre dans le domaine artistique. En 1936, il décide de partir en Espagne, où le coût de la vie était moindre qu'en France. Il a tout juste le temps d'y rencontrer sa future épouse avant que la guerre civile n'éclate. Il se réfugie donc en Angleterre. Ignorant tout de l'Angleterre, de la langue à ses coutumes en passant par la mentalité de ses habitants, il ouvre sa porte aux réfugiés intellectuels et devient un membre influent des activistes anti-nazis. Il est même convoqué à Cambridge pour discuter de l'opportunité d'assassiner Hitler. Mais rapidement soupçonné par les Anglais d'être un adversaire étranger, il est arrêté et emprisonné sur l'île de Man. Il sera libéré par la suite, s'adonnera à la peinture avant de compter, enfin, parmi les citoyens "normaux" de Grande-Bretagne.

Repost 0
Published by ANTONI - dans Fred Uhlman
commenter cet article
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 12:00
 
 
4ème de couv' :
Après avoir échappé de peu à la mort, Lisbeth Salander se retrouve immobilisée à l'hôpital, dans l'incapacité d'agir... De nombreux chefs d'accusation pèsent toujours sur elle et la font placer en isolement par la police, dans une chambre jouxtant celle de son père, qui la hait et qui n'est guère en meilleur état qu'elle... À l'extérieur, Mikael Blomkvist continue de mener l'enquête sans pouvoir avoir le moindre contact avec Lisbeth. Il ne tarde pas à mettre à jour certaines activités souterraines menées par les services secrets. Ce qui pourrait déstabiliser les hautes sphères de l'État mais surtout blanchir Lisbeth une bonne fois pour toutes...

Mon avis :
711 pages. Roman publié en 2005.
Me voici donc plongé dans les aventures de Lisbeth Salander et Mikael "Super" Blomqvist pour la dernière fois puisque cet opus constitue l'épilogue de la saga. En effet, et même comme me l'avait affirmé en son temps mon ami Jean-Lionel _ "cette saga aurait pu contenir une douzaine de tomes" _ Stieg Larsson est malheureusement décédé suite à une crise cardiaque peu de temps après avoir remis ses trois premiers manuscrits à son éditeur.
Je n'irai pas par quatre chemins : si j'ai adoré retrouver les deux personnages principaux, j'ai trouvé que l'intrigue prenait un temps fou à se mettre en place. Sur 711 pages, cela ne bouge vraiment qu'à partir de la 500ème. J'exagère évidemment mais l'on en vient aux origines d'Alexander Zalachenko et son appartenance à la Säpo, la police de sûreté suédoise. Mal nécessaire probablement car cela nous permet, pauvres lecteurs que nous sommes, de nous imprégner de l'atmosphère et de la situation politique de la Suède d'hier. Mais que ce fut indigeste !!!

Le deuxième tome s'achevait en laissant pour morte Lisbeth Salander, une balle fichée dans la tête. Elle n'était pas restée inactive puisque elle avait asséné deux coups de hache à son père. Quant à son demi-frère, Ronald Niedermann, il avait finalement pu prendre la fuite...
La reine dans le palais des courants d'air s'ouvre donc sur l'admission aux urgences de Lisbeth. La balle sera retirée, elle sera sauvée et commencera alors une longue, longue, longue période d'hospitalisation. Un procès est prévu et celui-ci est déjà présenté comme explosif. Le procureur requiert l'internement en hopital psychiatrique pour celle qui est accusée de trois meurtres. Une machination politique se met alors en place pour étouffer le rapport de 1991 indiquant que Lisbeth Salander, la fille du transfuge Russe Alexander Zalachenko, est folle à lier. C'est plus facile de l'empêcher de parler ainsi (ils pensent à tout les agents troubles !!!)
Evert Gullberg, un retraité et ex-activiste de la section de la Säpo, s'introduit alors dans l'hôpital de Salghrenska (l'hôpital où sont soignés Salander et Zalachenko) et tire à bout portant sur ce dernier. L'homme décède peu après. Les forces de police arrivent mais Gullberg met fin à ses jours avant qu'il ne soit appréhendé.

Que faire alors quand le personnage principal de l'affaire ne peut plus passer aux aveux ? Que faire quand toutes les autorités sont corrompues et craignent d'être confondues dans "l'affaire" ? Que faire lorsque Peter Teleborian, psychothérapeute de renom, qui a suivi Lisbeth Salander depuis l'adolescence, et qui a contribué à falsifier le rapport de 1991, surgit et accable un peu plus la jeune femme ?
Quand on est lecteur, on est impuissant. Mais si on s'appelle Mikael Blomqvist, on fait appel à sa soeur, Annika Gianini, avocate de profession, pour défendre les intérêts de Lisbeth. On enquête parallèlement à la police et on remue ciel et terre (avec des moyens plus ou moins proches de l'illégalité) pour faire éclater la vérité.
Je me montre assez évasif mais je ne peux pas tout vous révéler non plus !
En résumé, si ce roman est un peu poussif, j'ai jubilé en suivant le procès le plus médiatique de la Suède de Stieg Larsson. Annika est juste parfaite !

Aujourd'hui, je mets un point final à la lecture de cette saga et regretterais presque qu'elle se termine. Finies les séquences où l'on boit des thermos de café à ne plus en dormir la nuit, où l'on nous emmène dans les rues de Stockholm qui se terminent toutes en -gatan, où l'on suit les pérégrinations de Lisbeth dans l'univers des hackers... à moins de ne relire le premier tome !!!
Plus sérieusement, je crois que les derniers réticents doivent se jeter à corps perdus dans la série Millénium, vous ne le regretterez pas !
Et si, comme moi, vous n'avez pas vu l'adaptation cinématographique de ce roman, un petit aperçu pour vous donner l'eau à la bouche :

 
 
Après la bande-annonce, et pour être complet sur ce tome, je vous propose d'aller visiter les blogs des personnes nommées ci-après traitant de Millénium III :  Dasola, Elfique, FlorinetteHydromielle, Karine:)Liza, Luna.
Evidemment, si vous avez lu ce livre et que votre nom ou pseudo n'apparait pas dans cette liste, prévenez-moi et je vous ajouterai.
Si vous avez manqué les épisodes précédents, je vous laisse parcourir mes chroniques des deux premiers tomes de la saga :

Ma note : 3.5 / 5.
 
Ce livre est le 13ème roman lu depuis le début de l'année.
 
 
 
Adieu monsieur Stieg Larsson et merci pour votre contribution à l'expansion de la littérature suédoise dans le monde.
Au fait, vous terminez cet article (il était long, pff !) et pas un mot sur Ronald Niedermann ? Il a pris la fuite et c'est tout ?
Hé bien, si vous voulez savoir ce qu'il advient de sa personne, il n'y a pas trente-six solutions : 711 pages vous attendent ! Je suis fort, là... Oh oui !
Repost 0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 11:15

 

Challenge anglais

 

 

Bonjour à toutes et à tous,

nous voici donc en début de mois. Il est temps pour nous de faire une petite halte dans nos lectures afin d'apporter un éclairage sur celles du mois écoulé. Mais avant de vous en dire davantage, il faut que vous sachiez qu'au mois d'avril, il y a eu ça :

 

Un dimanche à la fête foraine.

 

Fanch', Nico, Marine, Jean-Luc, François, Eva, "Mont-Saint-Aignan", Phil, Nath' et P'tit Jacques grimpent à bord du Crazy 2012. Le manège s'ébranle et c'est parti. Déjà, le forain s'avance avec le très convoité pompon dans les mains. Celui-ci virevolte de voiture en voiture _ Eva, en se penchant un peu trop, s'écroule lamentablement dans les marches  (elle a vraiment l'air de souffrir mais se relève subitement quand elle s'aperçoit que Dominique, un hôtelier Américain, accourt pour lui venir en aide !) _ les doigts effleurent l'objet volant identifié quand enfin, une main l'agrippe fermement.

 

C'est Fanch' le plus chanceux.

 

Les mines déconfites se généralisent dans le manège mais, heureusement, le forain fait une nouvelle apparition, muni d'un second pompon. Tous les espoirs sont à nouveau permis. Plus personne ne respire, la tension est à son comble à chaque rotation. Et finalement, Nico s'empare du précieux bien. Le premier tour est terminé.

 

Place aux commentaires :

"Marine : Je n'étais pas loin ! La prochaine fois, ça passera.

Jean-Luc : Trop à gauche pour moi, sans doute !

François : Je m'étais mis au milieu de la voiture, je ne comprends pas ?

Nath' : Vous vous entendez, là ? On s'en moque du pompon. Mettez-vous à la place de ces gens qui se tuent dans leur travail. Forains, foraines, on vous spolie !

Mont-Saint-Aignan : Je suis marié à Valérie et j'ai deux enfants.

P'tit Jacques : Hein ? Qu'est-ce qui lui prend, lui ?

Phil : Je sais pas. Et pis, c'est quoi, ce nom ?... Mais c'est pas le plus important. Il va y avoir un second tour de manège pour savoir qui sera le plus adroit. J'aimerais bien que Nico se ramasse, tiens ! Qu'il dégage : y en a marre de le voir parader, là. Et si Fanch' tire le gros lot, qu'il fasse bien attention car je l'aurais à l'oeil aussi.

Eva : Oh la la, mon Philou. Tu m'as l'air bien remonté. Viens voir Maman Eva, je vais te faire un p'tit... Poutou !

Phil : Merci, ça ira. En revanche, lui, ça l'intéresse.

Dominique : Bonsoooir..." 

 

 

Alors, qui de Fanch' ou de Nico décrochera le pompon à l'issue du second tour ?

Réponse le soir du 6 mai.

Mais que tout le monde se rassure : si la fête foraine fermera ses portes ce soir-là... la foire recommencera dès le lendemain !!!!

 

 

 

A

Kate Atkinson - Les choses s'arrangent mais ça ne va pas mieux : Une comète

C

Lewis Carroll - De l'autre côté du miroir : Aymeline

Anne Cassidy - L'affaire Jennifer Jones : Enna

Agatha Christie - Le chat et les pigeons : Antoni

Agatha Christie - Le crime de l'Orient-Express : Antoni

Agatha Christie - Le meurtre de Roger Ackroyd : Anne (desmotsetdesnotes), Enna

Agatha Christie - Les quatre : Alice

Susanna Clarke - Les dames de Grâce Adieu : Aymeline, George

Arthur Conan Doyle - Le chien des Baskerville : Aproposdelivres

D

Gideon Defoe - Une aventure avec les savants : Sharon

Gideon Deofe - Une aventure avec Napoléon : Sharon

Joseph Delaney - Le destin de l'Epouvanteur (tome VIII) : Syl

Colin Dexter - Les silences du professeur : Sharon

Peter Doggett - Come together : L'addicte Platine Girl

E

Amelia B. Edwards - Monsieur Maurice : Sharon

G

Robert Goddard - Par un matin d'automne : Clara

Amanda Grange - Mr Darcy's diary : MissLéo

H

Mo Hayder - Proies : Naëlline

L

Hugh Laurie - The Gun Seller : Alice

John Le Carré - La constance du jardinier : Sharon

John Le Carré - Un traître à notre goût : Sharon

M

Gemma Malley - Sentiment 26 : Valbouquine

Ian McEwan - Expiation : Lara Emilie

Sarah McMenemy - New York, petit pop-up panoramique : L'addicte Platine Girl

P

Anne Perry - Bedford Square : Sharon

Anne Perry - Half Moon Street : Sharon

Anne Perry - Meurtre à Cardington Crescent : Sharon

Anne Perry - Mort à Devil's Acre : Sharon

Anne Perry - Un étranger dans le miroir : Syl

S

Jon Savage - Machine soul : Philisine Cave

William Shakespeare - Le songe d'une nuit d'été : Sharon

T

Anthony Trollope - Miss Mackenzie : Alice

U

Arthur Upfield - Mort d'un trimardeur : Clara

 

 

Et voilà ! C'en est fini pour les lectures d'avril.

Humm ? Comment ? Besoin de consulter votre palmarès personnel ? Pas de problème, suffit de demander :

 

 

 

Vingt livres lus (Catégorie Beatles) :

Sharon (ça vous paraît beaucoup comme ça mais, une fois que vous avez admis qu'elle n'est pas de notre planète, cela passe beaucoup mieux ! Elle n'est peut-être même pas de notre galaxie... mais elle l'a traversé, caaaaaapitaine Flam... Oh pardon !)



Sept livres lus :

Alice, Aymeline, Syl

 

Six livres lus :

Enna

 

Cinq livres lus (catégorie Prince Charles) :

Antoni (je suis bien, là, en embuscade, tranquille avec mes copines), Lara Emilie, MissLéo 

 

Quatre livres lus :

Aproposdelivres, Valbouquine

 

Trois livres lus :

Anne (desmotsetdesnotes), Jeneen, L'addicte Platine Girl, Philisine Cave, Une comète

 

Deux livres lus :

Clara, George,

 

Un livre lu (catégorie Dirty Harry et/ou Queen Mum) :

Frankie, Naëlline, Owl, Philippe D, Prune, Sabbio, Val, Vilvirt.

 

C'est impossible ! Je vous dis que c'est impossible que j'ai oublié quelqu'un ou une lecture. Si ? Bon, OK. Faîtes-le moi savoir, j'y remédierai très rapidement.

 

 

Il est temps pour moi à présent de vous laisser. J'en ai assez fait, je crois !!!!!

See U next month...

 

 

 

Gif classique maneges

Repost 0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 12:39

 

Challenge anglais

 

Le crime de l'Orient-Express :

 

 

4ème de couv' :

Alors qu'il rentre de mission et compte s'arrêter quelques jours à Istanbul, Hercule Poirot est rappelé d'urgence à Londres. On est en hiver et à cette époque de l'année, l'Orient Express roule habituellement quasiment à vide. Pourtant, sans l'aide du directeur de la compagnie, Hercule Poirot n'aurait pas trouvé de place à bord, comme si tous les voyageurs s'étaient donné rendez-vous dans ce train ! Dès la première nuit, un homme est assassiné. Le train est immobilisé par la neige qui empêche l'assassin de s'enfuir. Dans les wagons isolés du reste du monde, Hercule Poirot, au sommet de son art, mène l'enquête. Et ce ne sont pas les pistes qui manquent !

 

Mon avis :

181 pages. Roman publié en 1934.

J'ai lu ce livre à plusieurs reprises et je dois avouer que je ne m'en lasse pas. A chaque fois, je prends le même plaisir.

L'histoire, vous la connaissez probablement : un meurtre est commis dans le train assurant le trajet Istanbul - Calais. La veille, la victime, se sentant menacée, avait tenté d'engager le détective Belge Hercule Poirot pour enquêter sur les menaces qui pesaient sur lui. Ce dernier lui signifiera une fin de non-recevoir peu de temps avant l'assassinat. Une galerie de personnages se succède alors, venant de tous horizons. Le train bloqué par la neige permet d'arriver à cette conclusion : soit l'assassin a pris la fuite _ éventualité peu probable à cause des intempéries _ soit il se trouve encore à bord.

Qui donc aurait pu vouloir supprimer cet homme ? Quel secret renfermait-il ? Pourquoi donc entend-on parler de l'affaire Armstrong ? Quel est l'alibi pour chacun des douze passagers suspectés ? Comment expliquer autant de coups portés dans l'abdomen avec un degré de violence aussi variable ? Quels sont les liens, parfois obscurs, unissant certains passagers ?

 

Le crime de l'Orient-Express est (et ce ne sera que mon tout petit avis !) THE roman d'Agatha Christie. Tout y est. Mensonges, trahisons, suspicions, confessions sommaires. L'enquête avance alors que le mystère reste entier.

 

Le dénouement arrive enfin et la surprise est de taille. Ce livre a marqué les esprits car je ne crois pas qu'aucun auteur n'ait tenté par la suite de proposer ce genre de résolution d'énigme.

Je ne peux pas en dire beaucoup plus... même si les personnes qui ont déjà lu ce livre me comprennent naturellement.

 

Immense succès littéraire, Le crime de l'Orient-Express a fait l'objet d'une adaptation cinématographique avec Albert Finney, Lauren Bacall, Sean Connery, Anthony Perkins, Ingrid Bergman (Oscar de la meilleur actrice dans un second rôle !!!), Jean-Pierre Cassel (dans le rôle du contrôleur), Richard Widmark, Vanessa Redgrave, Michael York et Jacqueline Bisset. Que des gens pas connus !!!!

 

Pour conclure, je dois ajouter que, si je l'ai lu plusieurs fois, je ne me souvenais absolument pas de la toute dernière phrase du roman. De quoi attiser la curiosité des derniers réticents...!

   

   

 

Retrouvez les avis de Fanfan Latulipe29, Irrégulière, Luna, Ma vision du livre, Oxymores, Reveline (qui l'a lu dans le cadre du challenge) et Sandrine.

 

Ma note : 4.75 / 5.

 

* * * * * * * * * * * * * *

 

Le chat et les pigeons :

 

 

4ème de couv' :

Que de remous dans ce pensionnat de jeunes filles renommé qu'est Meadowbank : des professeurs y trouvent la mort dans des circonstances qui dépassent l'entendement. Le coupable est-il un sadique, ou un membre du personnel ? Les crimes sont-ils liés à la présence d'une jeune princesse orientale ? Y a-t-il une corrélation entre eux et un certain petit paquet de grande valeur qu'on n'arrive pas à retrouver ? 

 

 

Mon avis :

136 pages. Roman publié en 1959.

Je me suis décidé à lire ce roman car il faisait partie d'un roman-double avec Le crime de l'Orient-Express. Autant écrire qu'il doit de m'être attardé dessus de par sa proximité avec son prestigieux voisin. Le chat et les pigeons ne m'a pas intéressé. Roman relativement court, j'ai mis une éternité pour en voir le bout ! L'histoire commence à Ramat, lieu d'agitation politique où une révolution est sur le point de renverser le pouvoir en place. Le prince Ali Yusuf prend la fuite à bord d'un avion, accompagné d'un certain Rawlinson, à qui il confie un petit sac contenant d'innombrables pierres précieuses. Conscient des dangers qui les guettaient, Rawlinson prend la décision de dissimuler le sac dans un objet qu'il place dans les affaires de Mrs Sutcliffe _ sa soeur _ en partance pour l'Angleterre. L'avion emmenant les deux hommes s'écrasera, n'épargnant aucun passager.

L'intrigue se poursuit donc (sans grande transition, dois-je déplorer !) à Meadowbank, une prestigieuse école pour jeunes filles de bonne éducation. Jennifer, la fille de Mrs Sutcliffe ainsi que la princesse Shaila (nièce du prince Ali Yusuf) y sont scolarisées. Ce sont ces deux personnages qui apportent la transition entre Ramat et Meadowbank car j'ai trouvé qu'elle était loin d'être évidente, de prime abord.


S'ensuit la présentation de l'ensemble des professeurs féminins de l'école et d'un aide-jardinier, Adam Goodman, qui se révèle être un agent secret britannique, chargé d'enquêter dans l'ombre sur l'affaire des pierres. Tout se passerait bien si Miss Springer, la professeur de gymnastique, n'était pas retrouvée assassinée dans le pavillon des sports. La pauvre ne sera que la première d'une série à faire les frais d'un meurtrier prêt à tout pour mettre la main sur le petit sac de pierres précieuses.

 

Cette lecture m'a lassé, l'action est présente mais elle n'est faite que de soubresauts. L'inspecteur Kelsey, chargé officiellement d'élucider le mystère, peine à dresser le profil du tueur et l'on a l'impression qu'Agatha Christie décide de l'aider, en faisant appel au flair infaillible d'Hercule Poirot, qui apparaît dans cette histoire 35 pages avant la fin.

En somme, je suis assez déçu. A ne conseiller qu'aux inconditionnels d'Agatha Christie.

 

Retrouvez l'avis d'Enna (la serial reader du challenge qui, elle, a apprécié !!!),

 

Ma note : 2 / 5.

 

Si, par un très désagréable hasard, vous avez lu et chroniqué l'un ou l'autre de ces romans et que votre nom ou pseudo ne figure pas dans cet article, prévenez-moi et je l'ajouterai sans coup férir.

 

Ces deux romans, lus dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE, sont les 11ème et 12 ème livres que je termine depuis le début de l'année.

 

 

 

 

Repost 0
Published by ANTONI - dans Agatha Christie
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 12:28

 

4ème de couv' :

    Andrew Stilman, grand reporter au New York Times, vient de se marier. Le 9 juillet 2012 au matin, il court le long de l'Hudson River quand il est soudainement agressé. Une douleur fulgurante lui transperce le dos, il s'effondre dans une mare de sang. Andrew reprend connaissance le 9 mai 2012… Deux mois plus tôt, deux mois avant son mariage. À compter de cette minute, il a soixante jours pour découvrir son assassin, soixante jours pour déjouer le destin.

De New York à Buenos Aires, il est précipité dans un engrenage vertigineux. Une course contre la montre, entre suspense et passion, jusqu'au dénouement… à couper le souffle.

 

 

Mon avis :

422 pages. Roman publié le 29 mars 2012.

Ma femme, adorable (évidemment, c'est ma femme !!!) m'a gentiment offert ce livre le jour de sa sortie. Je me suis donc rué dessus.

Alors, je n'ai pas encore lu toute l'oeuvre de Marc Lévy (vous pourrez vous en rendre compte ci-après) mais je dois avouer que ce livre est sensiblement différent des autres dans la mesure où l'auteur a bien ancré son histoire dans... l'Histoire, en proposant une intrigue sur fond de dictature argentine. Pour ma part, c'est un pan de... l'Histoire que je méconnaissais. Je n'ai pas encore lu Les enfants de la liberté et je sais qu'il fait référence à son passé mais pour Si c'était à refaire, j'ai estimé qu'il avait fait preuve d'inventivité dans ses réflexions.


La quatrième de couverture est assez bien construite car elle résume bien le livre : un homme, journaliste, se fait assassiner en plein coeur de New-York et se réveille deux mois plus tôt ! Dès lors, il n'aura de cesse de démasquer son assassin avant le jour de sa mort.

 

L'idée de départ est excellente, du moins j'y adhère totalement.

 

Et si, dans la vie normalement bien agencée d'un homme ordinaire, ce dernier s'apercevait qu'il pouvait avoir un certain nombre d'ennemis, susceptible de commettre le geste ultime à son encontre ? Alors, qui a fait le coup ?


- Valérie, un ancien flirt sans conséquence de l'adolescence qui revient dans sa vie ; ils décident rapidement de se marier et la veille du mariage, il lui avoue qu'il est tombé amoureux d'une brune plantureuse rencontrée dans un bar lors de son enterrement de vie de garçon.

- Cette même brune plantureuse qu'il voit partir à bord d'un 4X4 au détour d'une rue. Il se l'imaginera également lors d'un cauchemar dans lequel il la voit lui asséner le coup fatal.

- Freddy Olson, l'un de ses collègues journalistes du New York Times, bien moins doué que lui et qui n'a plus pondu depuis des mois le moindre texte susceptible d'être publié ?

- Madame Capetta, une mère brisée après que son mari ait rendu à ses véritables parents l'enfant qu'ils avaient adoptée. Andrew Stilman avait, dans l'un de ses papiers, mis à jour ce trafic ignoble qui avait cours en Chine.

- L'un des hommes de main d'Ortiz, un ancien pilote d'avions, chargé d'acheminer dans les années 70 les opposants au pouvoir assuré lors de la dictature argentine au large avant de les balancer dans les eaux profondes de l'océan.

 

Vous le voyez, la liste des suspects est conséquente.

 

Andrew Stilman va rapidement se rendre compte en revivant les mois de mai et juin 2012 qu'il parvient à modifier le passé, en fonction des événements et des décisions qu'il va prendre. Il part une nouvelle fois en Argentine et enquête du côté de Buenos Aires. pour dénoncer les exactions de la dictature. Son but ? Localiser un certain Ortega qu'il soupçonne d'être le général Ortiz.

 

La partie en Argentine est assez longue (trop ?) si bien que la fin est précipitée, pour ne pas écrire baclée. En effet, on apprend tout dans les dix dernières pages et, si cela permet de ménager le suspense, j'avoue que c'était quelque peu alambiqué (je ne peux pas tout dévoiler, malheureusement) et on se prend même à rêver qu'il y ait une suite car à la page 422, on est pas loin de l'eau de boudin ! Le jugement est certes un peu sévère mais les liens qui unissent certains protagonistes se révèlent être pour le moins surprenants.

 

Ceci dit, pour tous les inconditionnels des écrits de Marc Lévy, que ceux-ci se réjouissent : ils trouveront dans cet opus tous les ingrédients qui font son succès (humour, intrigue complexe, soupçon de surnaturel...)

Je souligne le terme humour car j'estime que c'est un véritable point fort chez cet auteur.

 

 

 

Une petite vidéo qui vous permettra un peu plus de vous plonger dans l'histoire de ce livre...

 

Envie de découvrir d'autres avis ? Je vous en prie, c'est par ici : Valérie:) (je crois pouvoir écrire que nous sommes en phase dans nos critiques respectives !!!), Livresetpassions, Laura (qui a adoré), Mélusine (qui offre ici un excellent résumé du roman), Osdarg (article très étoffé).

 

Ma note : 3.25 / 5.

 

Retrouvez mes critiques des livres de Marc Lévy sur ce blog.

 

1. Et si c'était vrai

2. Où es-tu ?

3. Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites

4. Sept jours pour une éternité

5. Vous revoir

6. Le voleur d'ombres

 

Ce roman, parcouru dans le cadre du challenge NEW-YORK EN LITTERATURE, organisé par Emily, est le 10ème livre lu depuis le début de l'année.

 

 

Site officiel de Marc Lévy

Repost 0
Published by ANTONI - dans Marc Lévy
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 17:30

 

 

Challenge anglais

 

Bonjour à toutes et à tous, début de mois oblige, arrêtons-nous sur les lectures du mois écoulé en rapport avec le challenge GOD SAVE THE LIVRE.

Profitons-en également pour saluer les nouveaux arrivants. Impossible de tous les nommer, il y en a tant !

Savez-vous, à ce propos, quelle est la proportion de participants au challenge GOD SAVE THE LIVRE en regard des quelques 7 milliards d'habitants sur notre chère planète ?...... Petite !

 

Vous le savez, je commence traditionnellement mes récapitulatifs par la fameuse anecdote sur le mois écoulé. Le mois de mars a été marqué par un acte tragique et intolérable. Vous m'excuserez par conséquent si je m'abstiens de commenter l'actualité de manière légère car _ si je pense que l'on peut de rire de tout, _  il est difficile de tourner en dérision l'Abject, l'Innommable et l'Endoctrinement.

 

Vous êtes déçus, je le sais, mais je reviendrai plus fort en avril, voilà tout. 

 

Je vous laisse donc prendre connaissance des différentes lectures que vous avez chroniquées sur vos blogs respectifs en MARS.

   

 

A

Poppy Adams - Le temps des métamorphoses : Une comète

Kate Atkinson - Les choses s'arrangent mais ça ne va pas mieux : Philisine Cave

Jane Austen - Persuasion : Syl

B

Stephen Baxter - L'odyssée du temps (tome I) - L'oeil du temps : Aymeline

Alan Bennett - The uncommon reader : MissLéo

C

Alastair Campbell - Tout est dans la tête : Anne (desmotsetdesnotes)

G.K. Chesterton - L'assassin modéré : Sharon 

Agatha Christie - Le train bleu : Enna

Agatha Christie - Mr Parker Pyne : Sharon

John Connolly - La nuit des corbeaux : Antoni, Aproposdelivres

E

R.J. Ellory - Seul le silence : Anne (desmotsetdesnotes)

F

Ken Follett - Fall of giants : MissLéo

H

Elizabeth Haynes - Into the darkest corner : Enna

Susan Hill - Je suis le seigneur du château : Vilvirt

K

Sophie Kinsella - Lexi Smart a la mémoire qui flanche : Frankie

L

Hugh Laurie - Tout est sous contrôle : Aproposdelivres

M

Katherine Mansfield - Mariage à la mode : George

A.E. Moorat - Victoria, Reine et tueuse de démons : Alice

Michael Morpurgo - Shadow : Lara Emilie (lecture et article en VO !!!)

Michael Morpurgo - War horse : Lara Emilie (lecture et article en VO !!!)

P

Anne Perry - Dorchester Terrace : Alice

Bella Pollen - L'été de l'ours : Sharon

R

Ruth Rendell - No more dying then : Lara Emilie (lecture et article en VO !!!)

J.K. Rowling - Harry Potter et la coupe de feu : Antoni 

S

Vita Sackville-West - Paola : Sharon

Sarah Singleton - Century : Lara Emilie (lecture et article en VO !!!)

Charles Stross - Palimpseste : Aymeline

T

Marcel Theroux - Jeu de pistes : Aproposdelivres

W

S.J. Watson - Avant d'aller dormir : MissLéo

Mary Westmacott - Loin de vous ce Printemps : Jeneen

Oscar Wilde - Maximes et autres textes : Aymeline

W. Wilkie Collins - L'hôtel hanté : Aymeline

W. Wilkie Collins - Pierre de lune : MissLéo

 

 

Un beau millésime que ce mois de mars, éclectique à souhait, vous ne trouvez pas ?

A présent, regardons votre palmarès personnel :

 

 

Neuf livres lus :

Sharon (deux mois de challenge et elle a lu trois fois plus de bouquins anglais que moi ?!? M'en moque, je mise tout sur le mois de décembre 2012, un livre par jour. Elle va moins faire la fière, la Sharon !!!)

 

Cinq livres lus (catégorie Prince Charles) :

Aymeline, Syl  

 

Quatre livres lus :

Alice, Enna, Lara Emilie, MissLéo

 

Trois livres lus :

Antoni (coucou, je suis là !), Aproposdelivres, Jeneen, Val bouquine,

Deux livres lus :

Anne (desmotsetdesnotes), Philisine Cave, Une comète

Un livre lu (catégorie Dirty Harry et/ou Queen Mum) :

Frankie, George, Owl, Philippe D, Prune, Sabbio, Val, Vilvirt.

 

 

Ca me fait penser qu'il faudrait que je conçois une application permettant de tous vous situer dans le palmarès, genre "vous êtes ici". Ce serait la classe et apporterait une grosse plus-value au challenge. Il y a une application pour ça. Mais ça, c'est si vous avez un iPhone 4.

Perso, j'ai un Minitel... alors on va peut-être oublier, en fait... (oui, j'ai eu encore un gros arrivage de smiley en mars et je les écoule comme je peux)

 

C'est vraiment n'importe quoi, ce récapitulatif !

 

Bon, voilà pour le mois de Mars.

Comme toujours, si vous constatez des écarts entre vos lectures et mes décomptes, signalez-les moi, je rectifierai rapidement.

Ne perdez pas de vue néanmoins que j'ai été abandonné bébé en pleine forêt amazonienne et que j'ai rallié par mes propres moyens le Guatemala depuis lequel je suis resté apatride pendant des années avant que la France ne me rapatrie. Je ne dis pas que j'ai forcément oublié quelqu'un et je ne me justifie pas non plus mais bon...!

 

Il est grand temps pour moi de vous laisser, je pense. Je dois aller me brosser les dents avec de l'écorce d'hévéa. Tiens, une autre fois, je vous expliquerai comment j'ai survécu dans la jungle brésilienne et notamment terrassé le monstre qui voulait arracher ma couche...

 

See U. I'm tired...

 

 

 

Repost 0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 20:12
 
 
Challenge anglais
 
 
4ème de couv' :
Après un horrible été chez les Dursley, Harry Potter entre en quatrième année au collège de Poudlard. A quatorze ans, il voudrait simplement être un jeune sorcier comme les autres, retrouver ses amis Ron et Hermione, assister avec eux à la Coupe du Monde de Quidditch, apprendre de nouveaux sortilèges et essayer dess potions inconnues. Une grande nouvelle l'attend à son arrivée : la tenue à Poudlard d'un tournoi de magie entre les plus célèbres écoles de sorcellerie. Déjà les spectaculaires délégations étrangères font leur entrée... Harry se réjouit. Trop vite. Il va se trouver plongé au coeur des événements les plus dramatiques qu'il ait jamais eu à affronter.
 
 
 
Mon avis :
775 pages. Roman publié en 2000.
Me voici donc de retour à l'école Poudlard où je suis les aventures du sorcier Harry Potter. Comme vous le savez peut-être, je découvre, tome après tome, les pérégrinations du jeune sorcier, ce qui me permet de conserver une certaine fraicheur voire candeur par rapport aux événements qui s'enchaînent.
Je dois dire pour commencer que j'ai hésité à tourner les premières pages du tome IV car sa longueur m'a quelque peu effrayé : 775 pages (écrit-il presque en s'étranglant). Et puis non. L'histoire est tellement bien ficelée que les pages se succèdent assez rapidement. J'irai même jusqu'à penser que, depuis le début, c'est mon livre préféré de la saga. Rien que ça !
   
Harry Potter réintègre l'école Poudlard afin de suivre les cours de quatrième année. Mais un événement d'importance, en supprimant un autre, va bouleverser l'ensemble des étudiants. La coupe de Quidditch, la compétition sportive n° 1 dans l'univers des sorciers, n'aura pas lieu cette année. A la place, l'école à l'insigne honneur de recevoir deux autres écoles de sorciers (car il en existe d'autres, si, si !) dans le cadre d'une compétition qui n'avait plus eu lieu depuis des lustres poussiéreux : le Tournoi des trois sorciers.
Le début de l'année scolaire se déroule normalement jusqu'en Octobre, mois de l'arrivée sur l'école des représentants des écoles de Beauxbâtons et de Durmstrang. Chaque école sera représentée par un sorcier âgé au minimum de dix-sept ans (soit un étudiant de septième année), lequel sera désigné par... la coupe de feu. Chaque volontaire glissera dans la coupe un papier comportant son nom et prénom. Tout élève tentant de tricher sera éconduit sans ménagement mais avec force de sortilèges.
Fleur Delacour est désignée représentante de l'école Beauxbâtons. Victor Krum (un champion de Quidditch) est celui de l'école Durmstrang. Et finalement, Cédric Diggory, de la maison Poufsouffle, est désigné sorcier de l'école Poudlard.
Mais alors que la coupe de feu avait fait son oeuvre et que tout le monde se destinait à congratuler leur champion, celle-ci se manifesta une ultime fois en expulsant un papier contenant le nom et le prénom d'un autre champion : Harry Potter !
   
Que de rebondissements dans ce quatrième volet ! De nouveaux personnages font leur apparition, entre suspicions de trahison, alliances obscures et amitiés sincères. Harry Potter devra faire la part des choses pour avancer.
Il est à remarquer que si Harry Potter et la coupe de feu se trouve au milieu de la saga, il se trouve exactement à la croisée des chemins. En effet, il est plus sombre encore que les trois tomes qui le devancent.  Il préfigure nettement ce qui va suivre, avec les craintes que la confrérie des sorciers peut nourrir envers le retour annoncé de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom.
   
Alors, à quoi les champions vont-ils s'exposer durant les trois tâches qui les attendent afin de s'emparer du trophée des trois sorciers ? Quelles créatures devront-ils affronter ? Quelles énigmes devront-ils résoudre ? Et où diable se cache le sorcier le plus redouté du monde ? Lord Voldemort est-il toujours tapi dans l'ombre ou s'apprête-t-il à frapper un grand coup ? Sur qui Harry pourra-t-il compter dans les immenses épreuves qui l'attendent ?
   
Au risque de me répéter, j'ai passé un très agréable moment. J'avais peur de me lasser, de trouver le temps long à travers des tomes dépassant allègrement les 700 pages. Hé bien, je peux écrire ici que, non seulement, je ne me suis pas ennuyé mais qu'en plus, j'ai hâte d'ouvrir le prochain tome : Harry Potter et l'ordre du Phénix.
Succès planétaire oblige, ce livre a fait l'objet d'une adaptation cinématographique , signée Mike Newell, quelques mois à peine après sa parution. A noter, outre les acteurs habituels, la présence dans le rôle de Cedric Diggory, de Robert Pattinson, héros de la saga Twilight. Je vous laisse découvrir sa bande-annonce (film que je n'ai pas vu encore mais l'histoire m'a réellement emballé) :
   
 
Evidemment, ce n'est pas parce que j'ai aimé qu'il en va naturellement de même pour les autres lecteurs. Aussi, je vous propose d'aller découvrir leurs avis respectifs : Ambroisie, HanaPouletta, JulieblackKarineKayleighMarmotte (lu dans le cadre du challenge),  Mélanie, Minidou (lu en VO dans le cadre du challenge), Pommette (qui l'a adoré, comme moi. Elle est bien, cette Pommette !!!), Ptitelfe, Sevmarguerite, Yueyin.
J'espère que ça suffira pour vous faire votre propre idée ?!?

Retrouvez mes trois premières chroniques de la saga sur ce blog, rubrique J.K. Rowling :
   
 
Ma note : 4.5 / 5.
 
Ce livre, lu dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE, est le 9ème roman parcouru depuis le début de l'année.
 
Repost 0
Published by ANTONI - dans J.K Rowling
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 20:21

 

Challenge anglais

 

4ème de couv' :

Lorsqu’il était adolescent, Randall Haight a commis l’irréparable : avec un ami, il a tué sans raison une jeune fille de quatorze ans. Après avoir purgé une peine de prison pour ce meurtre, il a refait sa vie dans une petite ville du Maine, où il pense que personne ne connaît ni son identité, ni son histoire. Pourtant quelqu’un sait. Un jour, il reçoit un courrier anonyme contenant une photo de la ferme où le crime a eu lieu. Il fait alors appel à Charlie Parker afin de découvrir qui est le mystérieux corbeau. Mais une adolescente disparaît, et l’instinct du détective l’amène à soupçonner son client…

 

 

 

 

Mon avis :

450 pages. Ce roman sort demain, le 15 mars 2012.

J'ai eu la chance de recevoir ce livre en même temps que Sous haute tension, signé Harlan Coben. J'en profiterai donc pour remercier une fois de plus Pauline qui m'a gentiment envoyé ces deux romans.

Je n'avais encore jamais lu de livre de John Connolly et une première réflexion me vient au moment de refermer ce livre : pourquoi diable ne m'étais-je encore jamais arrêté sur cet auteur ?  

 

L'histoire se déroule dans le Maine, un Etat du Nord-Est des Etats-Unis. Anna Kore, une jeune fille de seize ans, résidant dans la petite ville de Pastor's Bay a disparu. C'est nécessairement inquiétant mais ce n'est rien lorsque l'on apprend qu'un certain Randall Haight réside dans cette même ville. Randall Haight : un nom d'emprunt pour un homme sorti de prison quelques années auparavant pour le viol et le meurtre d'une jeune adolescente noire, Selina Day, alors qu'il n'avait que quatorze ans.

C'est ce même Randall Haight qui, devinant déjà les rapprochements que l'enquête pourrait faire entre la disparition d'Anna et son lourd passé, va contacter Aimee Price, une avocate. Aimee Price va alors faire appel à un détective privé, en la personne de Charlie Parker pour lever le voile sur cette étrange disparition et, si possible, trouver les éléments permettant de placer Randall Haight au-delà de tout soupçon.

 

Le détective privé débarque alors dans la pittoresque bourgade de Pastor's Bay dans laquelle, à l'instar de nombre de petites cités, tout le monde se connait et où tout se sait avant que l'information ne parvienne à vos propres oreilles. Le comité d'accueil par les forces de l'ordre locales, dirigées par un certain Kurt Allan est plutôt glacial.

Ajoutez à cela l'oncle d'Anna, Tommy Morris, activement surveillé par le FBI, qui s'est mis en tête de retrouver sa nièce avec l'aide de ses sbires, secouez le tout et vous obtenez une machination particulièrement complexe faite de trahisons entre les différents protagonistes...

 

Ce livre est très bon parce que je n'y ai vu que du feu !

Je me répète, je ne connaissais pas John Connolly mais ce que je peux affirmer aujourd'hui (avec une seule lecture à mon actif), c'est que cet homme incarne une judicieuse alchimie entre Harlan Coben et Stephen King. Pourquoi donc ?

- Le contexte géographique : Stephen King situe l'essentiel de ses intrigues dans l'Etat du Maine, dans un rayon d'une cinquantaine de kilomètres autour de la ville de Bangor (citée à de nombreuses reprises dans ce livre).

- L'art du décalage : on loue souvent la qualité de SK pour verser dans le surnaturel ou le fantastique sans que le lecteur s'en rende véritablement compte. John Connolly sait faire ça également... même si, en définitive, tout est naturel !!!! (je n'en dirai pas plus, cela va de soi).

- Le surnom d'Harlan Coben : le maître de vos nuits blanches (je n'avais pas envie d'interrompre la lecture)

- La galerie de personnages (mieux détaillée encore qu'Harlan Coben, si bien qu'il nous était impossible de les confondre) ; ceux-ci s'affirment ou s'effacent au fil des pages et prennent un malin plaisir à vous faire tourner en bourrique !!!!!

 

En conclusion, je peux vous assurer que vous passerez un excellent moment de lecture en promenant votre regard sur les lignes de La nuit des corbeaux.

Alors allez-y, qu'attendez-vous ?!?

 

Si vous voulez en connaître davantage sur l'auteur, je vous propose d'aller faire un tour ici : site de l'auteur en VO et sur le site des Presses de la Cité, sa maison d'éditions française : ICI

 

Venez vite découvrir l'avis d'Aproposdelivres.

 

 

Ma note : 4.5 / 5.

 

Ce roman, lu dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVE, est le 8ème livre parcouru depuis le début de l'année.

 

 

Repost 0
Published by ANTONI - dans John Connolly
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 21:30

 

 

 

4ème de couv' :

Une joueuse de tennis traquée sur Facebook, un groupe de rock aux abonnés absents et des retrouvailles familiales funestes… Rythme implacable et rebondissements en cascade, le maître de vos nuits blanches revient avec une nouvelle enquête de Myron Bolitar.

 

Mon avis :

380 pages. Roman publié le 1er mars 2012.

Vous le savez car je n'ai pas résisté à l'envie de vous parler de ce livre dès que je l'ai reçu : c'est le tout dernier Harlan Coben.

J'en profite pour remercier chaleureusement Pauline qui me l'a envoyé en avant-première avant sa parution officielle.

 C'est la toute première fois que je lis un roman dans lequel intervient Myron Bolitar, le personnage récurrent d'Harlan Coben. Ce n'était pas, de prime abord, sans me poser de souci car je ne connaissais rien de son histoire personnelle, construite au fil des intrigues. Et puis, en avançant progressivement dans Sous haute tension, je me suis aperçu que ce n'était pas un écueil, loin s'en faut.

Il n'y a que peu d'allusions à son passé, si bien que l'on s'y retrouve assez facilement.

 

L'histoire débute par un simple mail posté sur un profil facebook, laconique mais tellement ambigu. Suzze T. est une ancienne championne de tennis enceinte de huit mois quand elle lit ce mail à propos de sa grossesse et de la paternité  de Lex Ryder, ancien co-leader du groupe de rock Horsepower : "Pas le sien".

 

Après une brillante carrière dans le microcosme musical des Etats-Unis, la cote de popularité de Horsepower a connu un sérieux déclin, ses membres alimentant davantage les pages people voire faits divers que les unes des magazines rock. Gabriel Wire, le leader emblématique vit reclus dans une propriété surveillée au large de New-York.

Suzze T. et Kitty, malgré leur rivalité sportive, fréquentaient régulièrement les mêmes soirées, faites de rock puissant et de fix détonants.

Kitty s'était alors incidemment retrouvée enceinte par un certain Brad Molitar, le frère de Myron !

A l'époque, Myron avait mis en garde son frère contre l'influence néfaste de Kitty, laquelle se détruisait à petit feu à coups de cocktails stupéfiants, syndrome de l'ex-enfant chérie du tennis ayant sombré dans la drogue. L'altercation avait tourné court, faisant voler en éclats la famille Bolitar...

 

Aujourd'hui, Myron Bolitar est toujours agent. Il gère notamment les intérêts de Suzze T. et de Lex Ryder. Mais il n'a plus eu de nouvelle de son frère depuis seize ans. Jusqu'au moment où il repère Kitty parmi la foule de clubbers dans une boite de nuit !

Tout ceci, après tout, pourrait ressembler à une suite d'événements sans conséquence. Oui, si seulement Suzze T. n'était pas retrouvée étrangement assassiné !

Que faisait Kitty dans cette boite de nuit ? Que va-t-il advenir de l'enfant de Suzze ? Qui donc pouvait avoir intérêt à la supprimer ? Où se cache Brad ? Pourquoi n'était-il pas auprès de Kitty ? Pourquoi diable Gabriel Wire persiste à vivre reclus dans sa propriété quand le monde entier espère un come-back retentissant ?

Mes amis, vous ne trouverez de réponses à ces questions qu'en parcourant les pages de Sous haute tension.

 

A noter la présence sympathique dans ce livre de Loren Muse, une enquêtrice de police que l'on retrouve dans plusieurs livres signés Coben.
 

J'ai apprécié cette lecture car elle a eu un côté rafraichissant et dynamisant sur mon intérêt pour Harlan Coben. Je ne vous cache pas qu'il allait déclinant. Lire un roman dans lequel apparaît Myron Bolitar est une expérience "quite different". Le style est plus direct, plus punchy. A mesure que l'on avance dans le roman, on retrouve la patte d'Harlan Coben même si l'approche n'est pas tout à fait la même.

Ce livre m'a donné envie de laisser mes appréhensions derrière moi et de m'emparer d'un autre Myron Bolitar... et tant pis pour l'ordre chronologique !

 

Voilà, voilà. A présent, je vous rends votre liberté (!) mais ce ne sera pas sans vous prévenir que VOUS pouvez également remporter ce livre. Comment ? Il vous suffit de vous rendre, toutes affaires cessantes, sur la page officielle Facebook d'Harlan Coben ICI et de tenter votre chance. Vous pouvez également cliquer sur le logo facebook si vous préférez. Allez-y vite !!!!

   

Alors, bonne chance à toutes et à tous...

 

Voulez-vous savoir ce qu'en a pensé Nathalie ?

 

Ma note : 4 / 5.

 

 

 

Ce livre, lu dans le cadre du challenge NEW-YORK en littérature, organisé par Emily, est le 7ème livre parcouru depuis le début de l'année.

   

 

Ah oui, j'oubliais !

J'ai également reçu le dernier John Connolly : je vous en parlerai bientôt !!!




Repost 0
Published by ANTONI - dans Harlan Coben
commenter cet article