Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE BLOG D'ANTONI
  • LE BLOG D'ANTONI
  • : Ce blog vous permet de découvrir mon premier roman et plus généralement ma passion pour l'écriture.
  • Contact

Ce que je lis aujourd'hui

 

 

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

 

   

Recherche

J'Y PARTICIPE

 

 

22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 17:32
 
 
 
4ème de couv' :
Un enfant venu du bout du monde dont le passé mystérieux resurgit peu à peu. Des tueurs implacables lancés à sa poursuite. Une femme prête à tout pour le sauver. Même au prix le plus fort. Un voyage hallucinant jusqu'au cœur de la taïga mongole. Là où règne la loi du Concile de pierre : celle du combat originel, quand l'homme, l'animal et l'esprit ne font plus qu'un. Tous prêts à l'apocalypse.
Avec ses deux premiers romans, Jean-Christophe Grange avait déjà stupéfié jusqu'aux plus grands maîtres américains (plus de 20 traductions dans le monde entier) et provoqué l'enthousiasme des cinéastes : productions internationales et budgets records pour les adaptations des Rivières pourpres et du Vol des cigognes. Egalement en cours d'adaptation pour le cinéma, Le Concile de pierre va encore plus loin. Il " explose " littéralement les limites du thriller traditionnel.
 
Mon avis :
414 pages. Roman publié en 2000.
C'est la deuxième fois que je parcours les pages d'un roman signé Jean-Christophe Grangé. En effet, j'avais lu il y a quelques mois La ligne noire. Tout ce que je peux écrire, au sortir de ces deux lectures, c'est que l'univers de Grangé est particulièrement sombre. En faisant preuve de précision, j'oserai avancer que deux couleurs prédominent dans son écriture : le noir et le rouge (dîtes-donc, je mets mes hypothèses dans le sens que je veux !!! Et puis, ce n'est pas une chronique sur Stendhal, non mais ! )
Le noir, car l'on se sent vite oppressé par les descriptions, les atmosphères angoissantes. Le malaise n'est jamais très loin. Mais il nous porte, gagné par la curiosité.
Le rouge, car c'est souvent sanguinolent et tant pis si ces fameuses descriptions se développent avec force de détails sordides, morbides...
 
Diane Thiberge est un personnage à part. Grande, élancée, belle, c'est une éthologue qui entretient une relation orageuse avec sa mère et exclut toute autre avec le sexe opposé. Ne permettant pas qu'un homme la touche, elle assouvit son désir de maternité en adoptant un enfant. Malheureusement, quelques semaines à peine après l'arrivée en France de Lucien, le nouveau couple mère-enfant a un terrible accident de circulation sur le périphérique parisien. Alors que tout semble perdu pour Lucien, placé en statut de mort cérébrale, un mystérieux chirurgien pense pouvoir le sauver en prodiguant sur lui des soins particuliers, hérités de son expérience en Asie. Et, contre toute attente, l'espoir renaît...
Seulement voilà : quelques minutes plus tard, l'homme est retrouvé assassiné dans une chambre froide ! Stupéfaction et incompréhension pour Diane qui souhaitait lui témoigner sa gratitude. Convaincue que la succession des événements ne doit  rien au hasard, Diane va avancer des hypothèses qui vont progressivement prendre corps en théories de moins en moins fantaisistes. Qui en voulait à cet homme ? Comment diable ce dernier a-t-il surgi de nulle part alors qu'il était inconnu des services de l'hôpital et officiait normalement dans un hôpital allemand ? Lucien est-il un petit garçon comme les autres ou son origine, nébuleuse, attire-t-elle la convoitise d'un meurtrier froid et implacable ? Que faisait-il dans un orphelinat thaïlandais alors que tout prouve qu'il vient d'une contrée reculée de Mongolie ?
     
 
Les morts inexpliquées et plus sauvages les unes que les autres se multiplient avec un seul dénominateur commun : les victimes sont toutes des scientifiques, passés à l'Est dans les années 70. Qu'y avait-il de si secret aux confins de l'ex-empire soviétique pour qu'un homme (ou plusieurs) règle(nt) ses (leurs) comptes quelques trente années plus tard ? Qui sont les Veilleurs et comment se manifestent leurs transes ? Que Diane trouvera-t-elle en se rendant sur place ? Quelles sont les étranges facultés des shamans tsévènes ? Quelles personnes composent le concile de pierre et quel est leur but ultime ? Hé bien ,vous ne le saurez qu'en lisant ce livre !!!
 
Pour être honnête, j'ai à peu près apprécié ce livre (), composé de trois parties. Mon bémol résidera dans les fameuses couleurs que j'ai données à ce livre. C'est parfois assez glauque et cela peut décourager les plus sensibles. De plus, il est parfois difficile de suivre Diane dans ses supputations qui se révèlent exactes quand on pense que c'est largement tiré par les cheveux. L'intrigue est menée assez rapidement même si l'on peut regretter le manque de rythme à l'arrivée de Diane à Moscou. Quant à la fin, elle est expéditive même si le dénouement nous scotche sur place (si tant est que l'on entre sans a priori dans cette histoire où il faut avant tout "croire" et avoir l'esprit particulièrement ouvert).
 
Sans transition aucune, car je l'entends déjà depuis mon pc (si, si, je vous assure !) : "une bande-annonce, une bande-annonce !"
OK, OK, ne criez pas, là voilà :
 
 
Je n'ai pas vu ce film mais en regardant la bande-annonce, j'ai l'impression que la chronologie n'est pas respectée. L'adaptation est-elle fidèle au livre ?!?
Vous aurez reconnu au passage Monica Bellucci (méconnaissable) dans le rôle de Diane Thiberge et Catherine Deneuve, dans le rôle de sa mère.
Des avis d'autres lecteurs vous permettraient d'affermir vos positions ? Ecoutez, votre plaisir est le mien !!! Allez donc faire un tour par ici : Hanta, Pollux.
Si vous avez déjà lu ce livre et que votre avis n'apparait pas ici, faîtes-le moi savoir, je l'ajouterai avec joie...
Ma note : 3 / 5.
 
Ce livre est le 5ème lu depuis le début de l'année.
 
 
Repost 0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 18:00

 

 

 

La Ligne noire

 

 

4ème de couv' :

Il existe quelque part en Asie du Sud-Est, entre le tropique du Cancer et la ligne de l'Equateur, une autre ligne. Une ligne noire jalonnée de corps et d'effroi...

 

Mon avis :

Livre paru en 2006.

506 pages (606 pages au format poche).

Hé bien, hé bien, hé bien ! C'est la première fois que je lis un Grangé. Je dois dire que j'avais imaginé une toute autre histoire à la découverte de la 4ème de couv'. Naïvement, je m'étais mis en tête d'intégrer une sorte de quatrième dimension ou un univers parallèle. Je n'avais pas tout à fait tort puisque Jean-Christophe Grangé nous conduit dans la ligne noire, ou l'univers torturé d'un tueur en série, Jacques Reverdi.


Reverdi, ancien apnéiste à la renommée mondiale, détenteur de plusieurs records du monde, retiré en Asie.

Fortement soupçonné là-bas pour le meurtre de deux jeunes femmes, il est emprisonné non loin de ses différents théâtre de destruction.

Marc Dupeyrat, ancien journaliste paparazzi reconverti dans le journalisme judiciaire, et victime d'un drame familial (l'assassinat de son épouse par un tueur, tiens, tiens !), se passionne pour l'histoire de Jacques Reverdi. Mais comment approcher voire interroger une telle personnalité, réduite au silence des geôles asiatiques ?

Dupeyrat va donc imaginer une tactique consistant à lui tendre un piège dans lequel il tomberait assurément : se faire passer pour une femme, Elizabeth Bremen, véritable groupie du prédateur.

Ce dernier, transporté par les courriers envoyés par un personnage imaginaire, va lui proposer un jeu de pistes (entre la Thaïlande, le Cambodge et la Birmanie ) afin de refaire le parcours initiatique du psychopathe, de la naissance à la maîtrise du Mal et, peut-être, de le retrouver physiquement.


Comment Marc Dupeyrat-Elizabeth Bremen va-t-il remonter ladite piste ? Quelles seront les confidences de Jacques Reverdi ? Qu'allez-vous apprendre de ce "duel" à distance ? Les deux personnages sont-ils condamnés à se croiser sans jamais se rencontrer ? Quel épilogue incroyable dénouera cette affaire ? Vous ne répondrez à ces questions qu'en vous plongeant dans la ligne noire.


 

En résumé, ce livre est un excellent thriller. Il est gênant car si vous n'aimez pas la vue, l'odeur et l'aspect de l'hémoglobine, passez vite votre chemin ! Certaines descriptions sont très précises, augmentant parfois le malaise chez le lecteur. A ce propos, il sera de bon ton de relever l'efficacité de Grangé pour retranscrire les atmosphères pesantes liées à un meurtre ou à un carnage.

Je sors soulagé de cette lecture, à plus d'un titre :

- la fin ne m'a pas déçu, bien au contraire (ce qui est trop souvent le cas dans ce genre de littérature) ;

- l'environnement, le contexte sont d'une noirceur que ne remet pas en cause le titre du livre ;

- le style Grangé, que j'appréhendais, à tort. Il est très soigné, angoissant mais soigné.


Au-delà de toutes ces considérations, j'ai également apprécié son jeu des comparaisons. C'est tellement explicite que nul n'est besoin de se référer à un dictionnaire pour en comprendre le sens exact.


 

Monsieur Grangé m'a convaincu de poursuivre l'incursion dans son univers : en espérant, suivant ses romans, qu'il soit parfois un peu plus léger...!

 

Vous trouverez ici l'avis de Petrus002, Ca coule de source et Moi-et tout ce qui va avec.

 

 

Ma note : 4 / 5.

 

Ce livre est le 19ème lu depuis le début de l'année.

Repost 0