Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE BLOG D'ANTONI
  • LE BLOG D'ANTONI
  • : Ce blog vous permet de découvrir mon premier roman et plus généralement ma passion pour l'écriture.
  • Contact

Ce que je lis aujourd'hui

 

 

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

 

   

Recherche

J'Y PARTICIPE

 

 

12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 12:44

 

Challenge anglais

 

4ème de couv' :

Dans la maison du Miroir, tout est inversé. Alice, fascinée, s'empresse de passer de l'autre côté. S'ouvre alors à elle un monde merveilleux où les fleurs parlent, où un oeuf érudit marche sur un mur, et où, aux côtés de la Reine Blanche et de la Reine Rouge, elle devra prendre part à une partie d'échecs grandeur nature.

 

1-fr-cc6c6515948152de0c68cbef74ff250a.jpg

 

Mon avis :

181 pages. Roman publié en 1871.

Ce roman s'inscrit comme une suite hypothétique au plus grand succès littéraire de Lewis Carroll : Alice au pays des merveilles. Alice a grandi, elle s'occupe de Kitty, son chat, lorsqu'elle se demande ce qui peut bien se tramer de l'autre côté du miroir qu'elle fixe à ce moment-là. L'instant d'après, elle se retrouve de l'autre côté (!) et c'est le point de départ de ses nouvelles aventures. L'univers qu'elle côtoie ici préfigure un vaste échiquier, représenté par autant de cases. Elle doit avancer, pour passer de simple pion à... reine en atteignant la huitième case.

Nous croisons ici quelques visages connus dans le monde d'Alice, la Reine rouge, la Reine blanche, des cavaliers ou Humpty Dumpty.


                        

 

 

Ponctuellement, il est fait référence au Bandersnatch ou au Jabberwocky, monstres fabuleux mis en lumière par Tim Burton, dans sa très libre adaptation cinématographique de l'histoire (le cinéaste est allé piocher une fois dans Alice aux pays des merveilles, une fois dans De l'autre côté du miroir pour composer son scénario).

 

                           

 

Ce second opus est bien différent du premier. Je crois, à mon humble avis, que Lewis Carroll est allé plus loin encore dans la fantasmagorie (les fleurs parlent !  Oui, et alors ?). Il a volontairement laissé son esprit vagabonder au gré de son inspiration, parfois délirante (dans le bon sens du terme).

 

 

Comment ne pas évoquer également une très large partie du roman consacrée au non-sens, un thème cher à l'auteur et aux humoristes anglais, si vous me permettez cette appréciation personnelle ? Alors, on aime ou n'aime pas mais c'est vrai qu'on frise parfois l'indigestion, ce sera le petit bémol pour ce livre...


Je vous recommande néanmoins l'épisode durant lequel Alice rencontre le cavalier blanc. Ce dernier, convaincu qu'il est de devoir protéger sa monture, apprend à la jeune Alice, qu'il a enfilé des anneaux de fer aux pattes de son cheval pour éviter les morsures de requin !!!!! (Il fallait y penser) Ou, pour éviter la chute des cheveux, maintenez-les en l'air !!! (En même temps, quand tu le sais pas ?!? C'est un peu tard pour moi...)

 

Dans ce livre, Lewis Carroll se réfère très souvent à la poésie enfantine anglaise _ quelques vieux poèmes sont même repris. Elle est le point de départ d'anecdotes plutôt croustillantes ou sert tout bonnement son oeuvre. On citera ici les fameux Bonnet blanc et Blanc bonnet qui font partie du folklore poétique anglais.


 

Petit clin d'oeil de l'auteur : comme une passerelle vers le premier roman d'Alice, apparaissent en "guest stars" le lapin blanc et le chapelier en cavaliers sordides se livrant une lutte sans merci pour s'approprier l'objet de leur convoitise : Alice.


En résumé, trois thèmes omniprésents dans De l'autre côté du miroir : l'imagination, le non-sens et la poésie. Je crois sincèrement, à mon sens, que Lewis Carroll a posé ces mots sur sa table et a construit son oeuvre autour.

 

Voilà. Bien évidemment, je ne vous abandonnerai pas sans vous proposer de découvrir d'autres avis de lecteurs : Aymeline (lu dans le cadre du challenge), Edelwe, Karine :), Majanissa (qui a vécu cette lecture comme un calvaire sans fin !), MarmotteMina, Sharon (lu dans le cadre du challenge), Strawberry, Yumiko (lu dans le cadre du challenge),  

 

Ma note : 3 / 5.

 

Ce livre, lu dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE, organisé par moi (!!!!!!!!), est le 24ème roman lu depuis le début de l'année.

 

Image de Lewis Carroll

Repost 0
Published by ANTONI - dans Lewis Caroll
commenter cet article
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 07:00

 

Challenge anglais

 

4ème de couv' : 

Assise au bord de la rivière, Alice s'ennuyait un peu quand soudain, venu de nulle part, surgit un lapin blanc pressé de regagner son terrier. N'hésitant pas à le suivre, Alice pénètre dans un monde de prodiges et de menaces qui n'est autre que le royaume de l'enfance. Et voici le chat de comté de Chester à l'étrange sourire, la terrible Reine de cœur, le Chapelier fou et le Lièvre de Mars, la Simili-Tortue et le Valet-Poisson…

Un siècle et demi plus tard, ce monde enfantin et absurde, surréel et symbolique, est resté le nôtre.

 

 

Mon avis :

170 pages.

C'est en 1862 que Lewis Caroll a imaginé son histoire. Lewis Caroll est le pseudonyme qu'a choisi le sérieux mathématicien Charles Lutwidge Dodgson, qui ne souhaitait pas qu'il y ait confusion des genres. Son but premier était de distraire trois fillettes dont une se prénommait précisément Alice. L'univers féérique qu'il dépeint ici relève de la poésie et de la démesure. L'on y ressent une grande part d'improvisation, preuve que l'intéressé a avancé pas à pas dans son intrigue.

Il est d'ailleurs amusant de se rendre compte que deux classiques de la littérature enfantine anglaise ont été créés ainsi, "sans filet" si j'ose m'exprimer ainsi : je pense à L'île au trésor, de Robert Louis Stevenson.

 

On se laisse naturellement charmer en marchant dans les pas d'Alice ; c'est parfois très loufoque mais ça fonctionne divinement.

Je n'avais jamais lu ce livre auparavant. Je ne connaissais donc l'histoire qu'à travers le dessin animé de Disney ou le film de Tim Burton. Ce qui signifie que je n'avais jamais entendu parler de la Simili-Tortue, notamment (un esprit tortueux, si vous me passez ce jeu de mots facile, dans un corps de tortue mais avec une tête de veau !!!).

Par ailleurs, j'ai pris un plaisir non dissimulé à voir se développer dans ces quelques pages la mauvaise foi de la Reine de coeur, dont je vous laisse apprécier ci-après la représentation graphique (Helena Bonham Carter dans le rôle) :

 

 

 

"Qu'on lui coupe la têêêêêêêêêêêêêêêêêêêêêêêêêête !!!!!!!

 

Si je devais exprimer un regret, celui-ci se traduirait sans doute par une fin un peu trop rapide à mon goût. Cela passe tout de même car nous sommes dans un univers décalé...

 

 

Cet extrait relate la rencontre entre Alice, le chapelier fou, le lièvre de Mars et le loir au moment où ces trois derniers sacrifient une fois de plus à la pause thé.

J'aurais pu choisir nombre d'adaptations du chef-d'oeuvre de Lewis Caroll mais mon coeur d'enfant a parlé cette fois-ci.

 

Comme beaucoup, j'ai vu la version de Tim Burton que j'ai appréciée, en toute honnêteté mais avec le recul, force est d'admettre que nous sommes assez loin de la version originelle. C'est du Tim Burton, me direz-vous...

 

 

 

Si vous voulez voir la bande-annonce du film de Tim Burton, il suffit de cliquer sur la photo.

 

Des avis d'autres lecteurs ? C'est ici, servez-vous, il y en aura pour tout le monde : Eager-for-Dizziness, Emily (lu dans le cadre du challenge !), L'addicte-Platinegirl (lu dans le cadre du challenge !), MaryMathilda, Mzelle Book, Owl (lu dans le cadre du challenge, en VO, s'il vous please !!!), Perrine (lu dans le cadre du challenge),  Stéph (une très belle bannière sur son blog). Mais c'est quoi ce challenge ?!?    

 

Ma note : 3.5 / 5.

 

Je me suis également procuré Alice de l'autre côté du miroir, je vous en donnerai des nouvelles dans quelques temps.

 

EDITE : au vu des premiers commentaires reçus, je suis un peu refroidi. En effet, j'y ai appris que Lewis Caroll avait, entre autres passions, les petites filles. 

J'ai bien peur de ne pas lire le second opus avec le même détachement que le premier. Faisons la part des choses et focalisons-nous sur le texte et seulement le texte...

 

Ce roman, lu dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE, organisé par Ma pomme, est le 16ème livre parcouru depuis le début de l'année.

Repost 0
Published by ANTONI - dans Lewis Caroll
commenter cet article