Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE BLOG D'ANTONI
  • LE BLOG D'ANTONI
  • : Ce blog vous permet de découvrir mon premier roman et plus généralement ma passion pour l'écriture.
  • Contact

Ce que je lis aujourd'hui

 

 

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

 

   

Recherche

J'Y PARTICIPE

 

 

28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 20:22

 

 

 

4ème de couv' :

Alice mène une existence tranquille, entre son travail, qui la passionne, et sa bande d’amis, tous artistes à leurs heures. Pourtant, la veille de Noël, sa vie va être bouleversée. Au cours d’une virée à la fête foraine de Brighton, une voyante lui prédit un mystérieux avenir. Alice n’a jamais cru à la voyance, mais elle n’arrive pas à chasser ces paroles de son esprit, et ses nuits se peuplent de cauchemars qui semblent aussi réels qu’incompréhensibles. Son voisin de palier, Monsieur Daldry, célibataire endurci, gentleman excentrique et drôle, aux motivations ambiguës, la persuade de prendre au sérieux la prédiction de la voyante et de retrouver les six personnes qui la mèneront vers son destin. De Londres à Istanbul, il décide de l’accompagner dans un étrange voyage...

 

Mon avis :

432 pages. Roman publié en 2011.

 

Soyons pragmatiques et travaillons sans ambages : ce livre est une très grande déception. La première, à mon sens, qui ait été signée Marc Lévy. J'apprécie cet auteur mais là, quelle déconvenue littéraire !!! Le plus compliqué dans ces situations-là, c'est de demeurer objectif. Comme l'homme est faible, je ne vous garantis rien ! L'histoire commence dans le Londres des années 50. Nous faisons la connaissance d'Alice, jeune et ambitieuse, qui reçoit sa bande de copains du moment, au grand dam de son voisin, Ethan Daldry, un peintre taciturne qui aspire à la quiétude totale dans son appartement. Lui ayant fait part de son désappointement, il devient vite le "vilain" de l'immeuble, aux yeux d'Alice et de ses amis. Le 24 décembre, Alice se laisse bon gré mal gré mener à une fête foraine, sur la jetée de la ville de Brighton. Interloquée par le stand d'une voyante, c'est néanmoins avec encore moins d'entrain qu'elle se présente à elle. Cette dernière va lui apprendre que son avenir passe par un départ pour Istanbul et qu'elle va rencontrer la personne qui compte le plus pour elle mais, pour ce faire, elle devra, au préalable, être présentée à six individus qui la guideront jusqu'au terme de son aventure.

 

Enoncé de la sorte, le programme se voulait pour le moins alléchant. Mais la gourmandise n'a pas passé le stade de l'amuse-bouche !!! Je n'ai pas adhéré à l'histoire. Si l'on retrouve avec plaisir l'humour de Marc Lévy, cela ne suffit pas, à mon humble avis, à sauver le reste. Imaginez deux personnes que tout oppose et qui se déchirent sur le palier entreprendre un périple vers la Turquie (je rappelle que nous sommes dans les années 50). Sans trop en dire, il se trouve que monsieur Daldry a des vues sur l'appartement d'Alice qui dispose d'une magnifique verrière dans laquelle il s'imagine assouvir sa passion pour la peinture. Ils passent donc un marché : monsieur Daldry accompagne Alice en Turquie (pays que, l'un comme l'autre, ils n'ont jamais fréquenté et dans lequel ils ne possèdent aucune connaissance), prend à son compte les frais du voyage et rentrera dès lors qu'Alice aura été présenté à la première personne qu'elle est censée rencontrer. A son retour en Angleterre, monsieur Daldry obtient jouissance de l'appartement d'Alice (et de sa verrière !) et ce, jusqu'à ce que la jeune femme, ressente le mal du pays...

 

Je le reconnais, mon objectivité est mise à mal mais bon... Nos deux amis se rendent dans un pays étranger sans connaître personne, sur les seules assertions d'une diseuse de bonne aventure. Si vous ajoutez à cela que les six personnes constituant chaque étape qui doit conduire Alice au bout de l'intrigue ne sont pas clairement établies (pour écrire les choses simplement, ils arrivent un peu comme le cheveu d'une personne atteinte de calvitie dans une soupe froide !), vous obtenez une histoire sans queue ni tête dont le titre n'est même pas justifié. En effet, c'est davantage Alice que l'on suit dans ses pérégrinations. Je ne vous parlerai même pas du dénouement qui est convenu (sans être forcément logique pour autant ?!? ).

 

Je retrouverai avec plaisir Marc Lévy prochainement mais ici, j'ignore ce qui l'a porté dans cette intrigue. Comment ? Il doit publier un livre par an, coûte que coûte  ? Noooon, vous croyez que c'est ça ???

 

Ma note : 2 / 5.

 

Ce roman est le 23ème livre lu depuis le début de l'année.

 

 

 

 

OK : je dois avouer que je n'ai pas choisi cette photo au hasard. Je l'ai souhaitée dubitative, comme le regard de son auteur qui contemple sa production ! Une fois encore, ce ne sera qu'un avis purement personnel...

Repost 0
Published by ANTONI - dans Marc Lévy
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 12:28

 

4ème de couv' :

    Andrew Stilman, grand reporter au New York Times, vient de se marier. Le 9 juillet 2012 au matin, il court le long de l'Hudson River quand il est soudainement agressé. Une douleur fulgurante lui transperce le dos, il s'effondre dans une mare de sang. Andrew reprend connaissance le 9 mai 2012… Deux mois plus tôt, deux mois avant son mariage. À compter de cette minute, il a soixante jours pour découvrir son assassin, soixante jours pour déjouer le destin.

De New York à Buenos Aires, il est précipité dans un engrenage vertigineux. Une course contre la montre, entre suspense et passion, jusqu'au dénouement… à couper le souffle.

 

 

Mon avis :

422 pages. Roman publié le 29 mars 2012.

Ma femme, adorable (évidemment, c'est ma femme !!!) m'a gentiment offert ce livre le jour de sa sortie. Je me suis donc rué dessus.

Alors, je n'ai pas encore lu toute l'oeuvre de Marc Lévy (vous pourrez vous en rendre compte ci-après) mais je dois avouer que ce livre est sensiblement différent des autres dans la mesure où l'auteur a bien ancré son histoire dans... l'Histoire, en proposant une intrigue sur fond de dictature argentine. Pour ma part, c'est un pan de... l'Histoire que je méconnaissais. Je n'ai pas encore lu Les enfants de la liberté et je sais qu'il fait référence à son passé mais pour Si c'était à refaire, j'ai estimé qu'il avait fait preuve d'inventivité dans ses réflexions.


La quatrième de couverture est assez bien construite car elle résume bien le livre : un homme, journaliste, se fait assassiner en plein coeur de New-York et se réveille deux mois plus tôt ! Dès lors, il n'aura de cesse de démasquer son assassin avant le jour de sa mort.

 

L'idée de départ est excellente, du moins j'y adhère totalement.

 

Et si, dans la vie normalement bien agencée d'un homme ordinaire, ce dernier s'apercevait qu'il pouvait avoir un certain nombre d'ennemis, susceptible de commettre le geste ultime à son encontre ? Alors, qui a fait le coup ?


- Valérie, un ancien flirt sans conséquence de l'adolescence qui revient dans sa vie ; ils décident rapidement de se marier et la veille du mariage, il lui avoue qu'il est tombé amoureux d'une brune plantureuse rencontrée dans un bar lors de son enterrement de vie de garçon.

- Cette même brune plantureuse qu'il voit partir à bord d'un 4X4 au détour d'une rue. Il se l'imaginera également lors d'un cauchemar dans lequel il la voit lui asséner le coup fatal.

- Freddy Olson, l'un de ses collègues journalistes du New York Times, bien moins doué que lui et qui n'a plus pondu depuis des mois le moindre texte susceptible d'être publié ?

- Madame Capetta, une mère brisée après que son mari ait rendu à ses véritables parents l'enfant qu'ils avaient adoptée. Andrew Stilman avait, dans l'un de ses papiers, mis à jour ce trafic ignoble qui avait cours en Chine.

- L'un des hommes de main d'Ortiz, un ancien pilote d'avions, chargé d'acheminer dans les années 70 les opposants au pouvoir assuré lors de la dictature argentine au large avant de les balancer dans les eaux profondes de l'océan.

 

Vous le voyez, la liste des suspects est conséquente.

 

Andrew Stilman va rapidement se rendre compte en revivant les mois de mai et juin 2012 qu'il parvient à modifier le passé, en fonction des événements et des décisions qu'il va prendre. Il part une nouvelle fois en Argentine et enquête du côté de Buenos Aires. pour dénoncer les exactions de la dictature. Son but ? Localiser un certain Ortega qu'il soupçonne d'être le général Ortiz.

 

La partie en Argentine est assez longue (trop ?) si bien que la fin est précipitée, pour ne pas écrire baclée. En effet, on apprend tout dans les dix dernières pages et, si cela permet de ménager le suspense, j'avoue que c'était quelque peu alambiqué (je ne peux pas tout dévoiler, malheureusement) et on se prend même à rêver qu'il y ait une suite car à la page 422, on est pas loin de l'eau de boudin ! Le jugement est certes un peu sévère mais les liens qui unissent certains protagonistes se révèlent être pour le moins surprenants.

 

Ceci dit, pour tous les inconditionnels des écrits de Marc Lévy, que ceux-ci se réjouissent : ils trouveront dans cet opus tous les ingrédients qui font son succès (humour, intrigue complexe, soupçon de surnaturel...)

Je souligne le terme humour car j'estime que c'est un véritable point fort chez cet auteur.

 

 

 

Une petite vidéo qui vous permettra un peu plus de vous plonger dans l'histoire de ce livre...

 

Envie de découvrir d'autres avis ? Je vous en prie, c'est par ici : Valérie:) (je crois pouvoir écrire que nous sommes en phase dans nos critiques respectives !!!), Livresetpassions, Laura (qui a adoré), Mélusine (qui offre ici un excellent résumé du roman), Osdarg (article très étoffé).

 

Ma note : 3.25 / 5.

 

Retrouvez mes critiques des livres de Marc Lévy sur ce blog.

 

1. Et si c'était vrai

2. Où es-tu ?

3. Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites

4. Sept jours pour une éternité

5. Vous revoir

6. Le voleur d'ombres

 

Ce roman, parcouru dans le cadre du challenge NEW-YORK EN LITTERATURE, organisé par Emily, est le 10ème livre lu depuis le début de l'année.

 

 

Site officiel de Marc Lévy

Repost 0
Published by ANTONI - dans Marc Lévy
commenter cet article
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 13:50

 

9-fr-db5317127a771240d2abe7e258a5658d.jpg

 

4ème de couv' :

Enfant, il vole les ombres de ceux qu'il croise... et chacune de ces ombres lui confie un secret.

Malgré lui, il entend les rêves, les espoirs et les chagrins de ceux qu'il aime. Que faire de cet étrange pouvoir... ?

Quelques années plus tard, le "voleur d'ombres" est devenu étudiant en médecine... Est-il encore capable de deviner ce qui pourrait rendre heureux ses proches, comme Sophie avec laquelle il étudie la médecine, ou Luc, son meilleur ami, qui voudrait changer de vie ? Et lui, sait-il où le bonheur l'attend ?

 

Amour d'une mère. Inoubliable premier amour. Amour qui s'achève... Amitié longue comme la vie... Le voleur d'ombres est une histoire d'amour au pluriel.

 

Mon avis :

292 pages. Roman publié en 2010.

Cet ouvrage est écrit à la première personne, le narrateur étant donc notre personnage principal. C'est un enfant qui s'aperçoit, l'air de rien, qu'il a le pouvoir de voler les ombres et de les entendre. Voici ce que j'appelle le point de départ d'une histoire dont l'argument premier sert de prétexte à une introspection et une analyse exacte des sentiments qui animent les proches de notre personnage.

L'histoire est très simple, sa lecture également. J'ai passé un très agréable moment, pour tout vous dire.

J'ai lu çà et là que Marc Lévy avait mené son histoire à la manière d'un conte philosophique. Je ne suis pas convaincu par cette qualification. Pour avoir lu les deux, et même si les histoires n'ont absolument rien en commun, je rapprocherai davantage Le voleur d'ombres, dans son style, à un livre comme Le vieil homme et la mer d'Hemingway que de l'Alchimiste de Coelho.

 

On suit le parcours d'un homme, depuis sa petite enfance jusqu'à son entrée dans la vie adulte. Il y a les petits bonheurs et les grands malheurs que le temps atténue... ou pas.

Il y a les premières déceptions amoureuses, le départ d'un père, parti refaire sa vie. Et puis, il y a Cléa, le premier amour de vacances, le plus beau, celui dont on se souvient toute sa vie.

Il y a l'amitié : celle qui l'unit à Luc, un garçon brillant, porté vers la médecine mais contraint d'assurer la pérennité de la boulangerie de son père. Il y a les regrets, les espoirs. Vient le temps des études, la rencontre de Sophie, une étudiante charmante avec laquelle il entretiendra une relation compliquée. Et puis, il y a toutes ces ombres qui passent, s'insinuent dans les endroits les plus reculés de l'existence. Notre homme les écoute et se met alors en tête de redresser des trajectoires imparfaites, de réparer certaines erreurs et, par-dessus tout, s'évertue à remettre ses proches dans un chemin plus conforme à leurs aspirations.

 

Comme je l'ai souligné, l'écriture est fluide, souple et simple. Cela ne rend absolument pas le récit lancinant et mièvre. Marc Lévy ne s'étend pas sur la succession des événements. Il n'a peut-être pas assez développé certains points mais il faut se situer dans le contexte d'un récit enfantin. En résumé, c'était juste rafraichissant.


Et pour être tout à fait honnête avec vous, pour l'avoir fini ce matin, c'est la première fois qu'un livre me bouleverse à ce point. J'ai été submergé par l'émotion en lisant un passage qui m'a atteint directement. Ce passage me ressemblait. Mon rapport à la vie, à ma mère qui me manque, même si je fais le fier-à-bras... Même si ce livre n'est pas le plus beau qui ait été écrit _ tout n'y est pas parfait, malgré tout _ je conserverai longtemps le souvenir ému de la lecture de ce fameux passage.

 

J'appréciais jusqu'à présent Marc Lévy, pour son talent d'écrivain évidemment mais également pour son humour. Sa sensibilité m'a explosé au visage ce matin.

 

Sans transition, j'ai déniché sur le net cette petite présentation par l'auteur que je vous invite à regarder :

 


Comme toujours, retrouvez d'autres avis de lecteurs : Angie, Audreyzaz, Hanta (qui n'a pas apprécié), Mcchipie, MélusineMon univers bit-lit, Pepino, Sandrine, Serena, Séverine, Soliane.

 
Retrouvez mes chroniques des livres du même auteur (six à ce jour) sur ce blog, dans la rubrique Marc Lévy.

 

Ma note : 4 / 5.

 

Ce roman est le 15ème lu depuis le début de l'année.

 

 

 

Repost 0
Published by ANTONI - dans Marc Lévy
commenter cet article
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 07:00

 

Vous revoir

 

 

4ème de couv' :

Si la vie offrait à Arthur et à Lauren une seconde chance, sauraient-ils prendre tous les risques pour la saisir ? Quatre ans après leur première rencontre, le hasard réunit à nouveau Arthur et Lauren, les deux héros inoubliables de Et si c'était vrai...

Marc Lévy retrouve les personnages de son premier roman et nous entraîne dans une nouvelle aventure, faite d'humour et d'imprévus. 

 

Mon avis :

306 pages.

Ce roman fait donc suite à Et si c'était vrai, dans lequel Marc Lévy nous faisait découvrir l'amour impossible entre Lauren et Arthur. Une suite, c'est toujours délicat à écrire car l'on risque forcément de se perdre dans le jeu des comparaisons. Alors, Vous revoir a-t-il souffert de cette comparaison ? ASSUREMENT.

Ce livre m'a un peu laissé sur ma faim, à vrai dire. J'ai retrouvé avec plaisir le style et l'humour (à souligner) de Marc Lévy. Malheureusement, je n'ai pas retrouvé la magie du premier opus... ou plus exactement, je ne me suis pas laissé embarquer par cette histoire.

 

J'aurais préféré que l'auteur confronte ses deux personnages principaux dans d'autres circonstances. C'est dommage car j'ai l'impression que Marc Lévy s'est contenté de surfer sur la vague de succès engendrée par la parution de son premier roman. L'originalité et la magie n'ont plus opéré... J'ai parfois même trouvé que l'auteur se perdait en longueurs : il n'y avait pas la même fluidité que dans le premier.

 

Je reconnais volontiers que retrouver les deux protagonistes quatre ans plus tard et voir comment ils avaient évolué à l'ombre de leur amour était une base intéressante. Mais le reste m'a semblé être traité de manière superficielle. Il aurait fallu, à mon humble avis, partir sur une orientation inédite, de manière à surprendre, encore et toujours, un lecteur plus exigent. Satané lecteur qui n'en a jamais assez !!!

 

A noter toutefois, mon coup de coeur pour la voisine d'Arthur, une mamie fan de films de Bruce Lee, qui vit avec son chien Pablo. (de bons moments passés en leur compagnie). Vous vous en rendrez compte si vous tournez les pages de ce livre !

 

Ce roman, je vous le recommande néanmoins, si vous êtes un inconditionnel de Marc Lévy et de son humour certain (ce sera mon gros + pour ce roman) et si vous avez aimé Et si c'était vrai (nous sommes beaucoup dans ce cas-là) et avez envie de vous faire votre propre avis sur cette suite (car après tout, je suis bien gentil mais on n'est jamais mieux servi que par soi-même !!!!!!)

 

A ce titre, je vous propose de visiter le blog de Fanfan : outre un article sur ce roman, vous découvrirez ses avis sur d'autres romans de Marc Lévy. Mandou et Strawberry ont également chroniqué sur ce livre. 

 

Avant de vous quitter, je ne résiste pas à l'envie d'indiquer dans cet article une phrase que j'ai particulièrement appréciée (à propos de l'amour).

Citation de Marc Lévy :

 

"Je ne serai plus jamais seul puisque tu existes quelque part."

 

 

Ma note : 2.5 / 5.

 

 

 

Mes articles sur Marc Lévy :

 

Où es-tu ?

Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites

Sept jours pour une éternité

Marc Lévy

 

Ce livre est le 31ème lu depuis le début de l'année.

 

Repost 0
Published by ANTONI - dans Marc Lévy
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 18:00

 

Sept jours pour une éternité

 

 

4ème de couv' :

Pour mettre un terme à leur éternelle rivalité, Dieu et Lucifer se sont lancé un ultime défi...

ils envoient en mission leurs deux meilleurs agents. Lucas et Zofia auront sept jours sur Terre pour faire triompher leur camp, décidant ainsi qui du Bien ou du Mal gouvernera les hommes... En organisant ce pari absurde, Dieu et Lucifer avaient tout prévu, sauf une chose... Que l'ange et le démon se rencontreraient...


Mon avis :

310 pages.

Ce roman est le 4ème que je parcours du même auteur, après Et si c'était vrai..., Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites et Où es-tu ?

Lorsque j'ai lu la 4ème de couverture, j'ai voulu savoir comment Marc Lévy allait aborder le sacro-saint thème du bien contre le mal.

J'avoue ne pas avoir été déçu.

Ce livre se lit plus rapidement encore que le jet dans le ciel d'un éclair exprimant la colère des dieux.

Il eut été probablement compliqué d'opter pour une approche globale voire universelle si bien que l'auteur a situé l'action à San Francisco. Pourquoi pas ?

Cela rend l'intrigue plus intime. Et puis, de toute façon, il fallait bien planter un décor.

Zofia devient donc l'ambassadrice du Bien quand Lucas entre dans la peau du démon devant mettre à mal l'équilibre précaire des forces. Lucas entreprend de détruire l'économie américaine, entraînant par effet de dominos, la chute de l'économie mondiale : le chaos avant l'heure. Le Mal triompherait alors, stigmatisant les faiblesses de l'homme dans la difficulté. Et le rôle de Zofia dans tout ça ? S'il semblait difficile à intégrer à la base, dans la mesure où ni l'un ni l'autre ne connaissait leur véritable identité, la jeune femme va se retrouver, involontairement en définitive, au centre des discussions.  Que va-t-il se passer ? Y aura-t-il un duel terrible dont l'issue orientera le monde pour les siècles à venir ? Vous le saurez si vous comptez suivre les deux personnages pendant Sept jours pour une éternité...


Si l'histoire semble un peu convenue, le final est épatant (sinon, ça ne sert à rien !!!). Et, pour la petite histoire, j'avoue avoir été bluffé (est-ce bien le terme ?) peu de temps avant la fin (mais chut, sinon il n'y a plus de surprise).

La force de Marc Lévy ici est qu'il n'est, à mon sens, pas tombé dans les clichés habituels puisque, si certains prodiges ont bel et bien lieu, il ne sombre pas dans la caricature de l'imagination primaire (genre diablotins sortant de marmites enfumées contre anges se reposant sur le matelas cotonneux des nuages...).

Et puis, il y a toujours cet humour décapant. Dieu est notamment excellent : vérité digne de La Palisse, car qui en doutait, objectivement ?!?


Ce livre vous permettra, du moins je l'espère, de passer un très agréable moment de lecture. Léger et raffiné.


Ma note : 4 / 5.

 


 

Vous trouverez ici les avis de Words.music et Fanfan qui ont apprécié également. 

Ce livre est le seizième lu depuis le début de l'année.

 

Bon, bah voilà. A présent, je ne sais pas quel sera mon prochain Marc Lévy ? Vous me direz, j'ai l'embarras du choix... !

 

A bientôt.

 

Repost 0
Published by ANTONI - dans Marc Lévy
commenter cet article
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 13:00

Ou-es-tu-marc-levy.jpg
4ème de couv' :
Adolescents, Susan et Philip représentent tout l'un pour l'autre. Avec l'optimisme de la jeunesse, ils se sont promis de s'aimer pour toujours.
Mais la vie les écarte l'un de l'autre. Partie au Honduras au sein d'une association humanitaire, Susan affronte la violence des ouragans, tandis que Philip réussit sa vie professionnelle à Manhattan. Ils ne savent de leurs vies réciproques que ce que disent les lettres qu'ils s'écrivent pendant des années.
Philip a promis à Susan qu'il serait toujours là pour elle. Il ne peut pas savoir que cette promesse va bouleverser sa vie et que, pour l'honorer, il devra ouvrir son coeur à l'inconnu.

Mon avis :
312 pages.
Un sentiment plus que mitigé. Comme tout Marc Lévy, c'est bien écrit, simple et rapide à lire. A mon sens, l'intrigue met du temps à se mettre en place. Il se compose de deux parties : une première (longuette) constituée essentiellement des correspondances entre les deux personnages principaux et une seconde où l'histoire s'emballe (enfin !)
Comme tout Marc Lévy, il y a une surprise à la fin (elle est prévisible mais s'il n'y en avait pas eu, on aurait été franchement déçu).
Mon sentiment au sortir de cette troisième lecture ("Et si c'était vrai" et "Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites" sont déjà à mon tableau de chasse) : c'est le moins bien des trois. Je ne suis peut-être pas objectif tant l'un des personnages m'a révulsé. A votre tour de vous faire votre propre idée. C'est un bon livre mais ce n'est pas un chef d'oeuvre de la littérature moderne pour autant.

Ma note : 2.5 /5

 

Comme tout le monde a le droit de s'exprimer sur Overblog, vous trouverez ici l'avis de Fanfan qui, elle, a vraiment apprécié ce roman. Lisez également l'avis de Mélanie et de Gemma sur ce roman.


Amis blogueurs, vous qui connaissez mieux que moi l'univers de Marc Lévy (que j'ai néanmoins envie de visiter encore), lequel de ses romans me conseilleriez-vous, à présent ? Je sais que certains ont une opinion plus tranchée encore que la mienne mais que voulez-vous ? effet de la nouvelle année, j'ai encore envie de lui laisser une chance. Et puis, il est tout de même sacrément doué alors...

Repost 0
Published by ANTONI - dans Marc Lévy
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 08:00



Quatrième de couv'
:

Quelques jours avant son mariage, Julia reçoit un coup de fil du secrétaire particulier de son père. Comme elle l'avait pressenti, Anthony Walsh - un homme d'affaires brillant, mais un père distant - ne pourra pas assister à la cérémonie. Mais pour une fois, il a une excuse irréprochable : il est mort. Julia ne peut s'empêcher de voir l'aspect tragi-comique de la situation. Son père a toujours eu un don très particulier pour apparaître soudainement et faire basculer le cours de sa vie. D'une seconde à l'autre, ses projets de mariage se transforment en plans de funérailles. Mais le lendemain de l'enterrement, Julia découvre que son père lui réserve encore une surprise...

Mon avis :
342 pages.
Je prends plaisir à lire Marc Lévy. Il imprime une liberté de ton à ses personnages que j'apprécie au plus haut point. On rentre rapidement dans l'histoire, ce qui donne le rythme pour la suite. Les deux personnages principaux s'opposent, se rapprochent, se déchirent pour mieux s'aimer.

Néanmoins, je regrette quelques passages un peu longuets, qui auraient pu me faire perdre le fil. L'avantage ou l'inconvénient avec ce style d'auteur, c'est que l'on vient rapidement à se poser la question suivante : "Qu'est-ce qu'il va m'inventer pour me dérouter ?"
Pour le contrer, on se prend à imaginer une issue différente de celle vers laquelle l'intrigue semble nous diriger à grands pas. Malheureusement pour moi, j'ai imaginé dès la moitié du livre, la fin exacte. Par conséquent : non, cette fois, Marc, vous ne m'avez pas surpris !

C'est un très bon livre, bien construit mais je le placerai en dessous du seul livre que j'avais lu auparavant : Et si c'était vrai...
Qu'à cela ne tienne, j'ai cru comprendre que dans les jours à venir _ ne me demandez pas comment je le sais ? _ un homme d'un certain âge et embompoint, arborant une barbe bien fournie, serait disposé à m'apporter Où es-tu ?
Je préfère chuchoter à présent car il m'a fait promettre de ne pas révéler son secret. A vrai dire, je ne le connais même pas. Vous non plus, d'ailleurs !!!

Je vous en dirai plus prochainement. Sur le livre, évidemment, ne rêvons pas !
Je vous propose pour conclure de connaître l'avis de Sophie sur sa lecture.
A bientôt.
Repost 0
Published by ANTONI - dans Marc Lévy
commenter cet article
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 10:00


4ème de couverture :

Que penser d'une femme qui choisit le placard de votre salle de bains pour y passer ses journées ? Qui s'étonne que vous puissiez la voir ? Qui disparaît et reparaît à sa guise et qui prétend être plongée dans un profond coma à l'autre bout de la ville ? Faut-il lui faire consulter un psychiatre ? En consulter un soi-même ? Ou, tout au contraire, se laisser emporter par une extravagante aventure ?
Et si c'était vrai ?
S'il était vrai qu'Arthur soit le seul homme qui puisse partager le secret de Lauren, contempler celle que personne ne voit, parler à celle que personne n'entend ?


Mon avis :

C'est le premier roman de Marc Lévy que je parcours. Ce ne sera probablement pas le dernier. il est assez court (252 pages !), ce qui permet une lecture rapide. Sincèrement, j'ai passé d'agréables soirées avec Lauren et Arthur. Il y a tout dans ce roman, tous les sentiments que l'on recherche dans l'évolution d'une relation entre hommes et femmes. De plus, sans dévoiler le mystère qui nous tient et qui s'intensifie à mesure que l'on tourne les pages, la fin est beaucoup plus inattendue qu'il n'y paraissait. Une petite note personnelle pour finir : vous connaissez mon attachement pour le style de Guillaume Musso. Hé bien, force m'est, malgré tout, d'admettre que j'ai davantage ri avec Marc Lévy. Son humour est parfois très déroutant !
En résumé, pour les rares lecteurs qui, comme moi, n'avaient pas encore poussé la porte qui protège l'univers de monsieur Marc Lévy, lancez-vous ! Il n'y a rien à craindre si tant est que le plaisir ne vous effraie pas...

 

Fanfan a adoré ce livre. Ne passez pas à côté de son avis. Par ailleurs, n'hésitez pas à aller voir ce qu'en pense Mandou. Fl3ur a également un avis très intéressant à découvrir.

Repost 0
Published by ANTONI - dans Marc Lévy
commenter cet article