Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE BLOG D'ANTONI
  • LE BLOG D'ANTONI
  • : Ce blog vous permet de découvrir mon premier roman et plus généralement ma passion pour l'écriture.
  • Contact

Ce que je lis aujourd'hui

 

 

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

 

   

Recherche

J'Y PARTICIPE

 

 

3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 17:00

 

 

Bonjour à toutes et à tous,


Aujourd'hui, je voudrais vous signifier mon plaisir d'être vivant et souhaiterais que vous preniez bien conscience du privilège que cela représente.

Nous sommes dans un monde en tout point exquis.

La vie est belle, répète-t-on à l'envi.

Les beaux jours reviennent.

Le temps est à la légèreté.

 

Bluest Above The Tree (Ben Heine) par Ben Heine

 

 

Non, vraiment, il y a de quoi batifoler dans les nuages et discuter avec de charmantes peluches avec un arc-en-ciel tatoué sur le ventre.

L'homme est né pour s'épanouir car il a toujours à l'esprit cette quête du bonheur.


Seulement voilà, ressentir tout cela revient à être un Bisounours soi-même.

 

 

Le monde, alors qu'il devrait être si beau, est terni par l'homme lui-même. La semaine dernière, un jeune médecin trentenaire abat sa famille avant de retourner l'arme contre lui. Hier, c'est un chauffeur de taxi dans le Nord de l'Angleterre qui, pour s'être brouillé avec un collègue la veille, l'abat froidement avant de se livrer à un véritable massacre dans les rues de sa ville avant, lui aussi, de se suicider.


Peu importe la sauvegarde de son âme, après tout. Mais pour les autres ? Si tant est qu'il y ait quelque chose après la Vie, que dirait-on au moment de se présenter devant le Tout-Puissant ?


"Bonjour, je suis mort parce que je marchais dans la rue. Mort de m'être levé pour aller au travail. Mort d'avoir croisé la personne qu'il ne fallait pas. Mort de m'être attardé à la boulangerie et de ne pas avoir rapidement passé mon chemin. Mort de m'être trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Mais quel est le mauvais endroit ?"


Durant notre existence, nous nous efforçons tous de garder la maîtrise de nos nerfs, de notre être. Mais qu'en est-il des nerfs que l'on ne maîtrise pas, en l'occurrence ceux des autres ?


Alors, cela serait aussi simple que cela : je me lève et au lieu de souhaiter une bonne journée à mon épouse _ la personne avec qui j'ai décidé de faire ma vie _ d'embrasser mes chères petites têtes blondes, je m'exclamerais tout naturellement :


"Je vous dis adieu car un déséquilibré va me descendre en pleine rue dans le courant de la journée !"



Nous n'en sommes pas là.

Encore que...


Je suis amer car personne ne peut expliquer l'inexpliquable. On cherchera toujours des circonstances atténuantes, remettra en cause certaines idées voire certaines personnes qui n'ont "pas vu le coup venir".

Il n'en demeurera pas moins que l'on aura arraché des vies à l'essentiel : l'amour du quotidien.

Jouir du bonheur de se réveiller le matin en contemplant le visage de l'être aimé, de vibrer devant les exploits de son fils au foot ou de ses filles à une représentation de danse ou à une compétition de judo, de rire aux éclats et de passer d'agréables moments en famille ou avec des amis autour d'une bonne table.

Bien sûr qu'il est hors de question de se passer de tout ça ou de céder à une psychose vaine.

 

Seulement, tout cela pourrait s'arrêter brutalement... à cause d'une personne que je n'aurais jamais vue, jamais côtoyée avant ???


Le monde est beau, ses paysages sont magnifiques, la vie est belle car nous faisons ce qu'il faut pour qu'elle le soit. Mais tout ceci n'est parfois qu'un leurre.


Vivons car nous ne savons pas faire autre chose, pensons car c'est ce que nous faisons de mieux. Carpe Diem, car l'on ne saura jamais de quoi demain sera fait.


Ces quelques mots ne figurent même pas un coup de gueule tant je n'apporte aucune réponse. Cet article n'est qu'un regret...


Bonne journée à toutes et à tous.


Je vous laisse à présent car il faut que je regarde le programme télé pour savoir quelle chaîne diffuse les formidables aventures des Bisounours...!

 

 

Bisounours480

Repost 0
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 13:28

6-fr-6d62635a6159fa982b42d171db46d30b.jpg


Bonjour à toutes et à tous,

voici le résultat de mes pérégrinations dans un lieu sans doute pas assez fréquenté de nos jours : l'association Emmaüs !
Outre de bons moments de lecture en perspective, cette visite a permis, après m'être acquitté d'une somme plus que modique, de réaliser _ et je le dis sans forfanterie aucune ! _ une bonne action.
Ces achats * vont pouvoir également alimenter mes challenges en cours (Stephen King et Classiques). Alors, n'hésitez plus : rendez-vous dans ces librairies d'un autre genre, vous y dénicherez peut-être le livre qui vous a fait ou vous fera chavirer de bonheur.

* L'accusé  de John Grisham
   La symphonie pastorale  d'André Gide
   Le meilleur des mondes  d'Aldous Huxley
   Le chien des Baskerville  de Sir Arthur Conan Doyle
   Un tour sur le bolid'  de Stephen King

Bon Dimanche.

                                                                          

Emmaüs France

Repost 0
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 16:08
Cassy au matin 2

"Hé bien, ce n'est pas la grande forme. Tu m'as l'air complètement abattu.

- Tiens, bonjour ! Non, tu te méprends. Enfin, je crois. Disons que ton apport et ton réconfort, journaliers, me sont précieux en ce moment.

- Ah ! Et pourquoi donc ?

- Je vois bien que le monde change et évolue dans un sens que l'on ne souhaite pas. Je suis terne, rabougri, dur de la feuille. Tout ceci dit sans langue de bois, tu vois ?

- C'est vrai. Que pouvons-nous faire ? Cela fait longtemps que l'on est en place mais nous consulte-t-on seulement ? A mon sens, il y a un profond manque de respect envers les aînés. Je me sens sali et dépouillé de ce qui a toujours fait ma richesse. Je traverse le temps mais je ne suis plus comme au premier jour.

- Oh la la, vous faites grise mine, en bas.

- Parle pour toi, mon ami. Tu es peut-être le plus brillant d'entre nous mais tu t'es fait avoir comme nous autres.

- Comment cela ?

- Nous étions là les premiers. Le petit dernier arrive, révolutionne tout pour son bien-être en mettant en péril notre sécurité. Il a développé quelque chose de suffisamment pernicieux pour te rallier indirectement à sa cause. Tes facultés naturelles n'ont fait, dès lors, qu'accroître le malaise.

- A mon corps défendant, admets-le.

- Absolument... Que faisons-nous alors ?

- Laisse-moi réfléchir... Attends une minute : invitons-nous à la table du petit jeune. Il tient séance avec bon nombre de ses congénères. Gageons que, de par notre présence toute symbolique, il entendra notre appel désespéré."



Et c'est ainsi que, bras dessus bras dessous, l'Arbre, l'Eau, le Soleil et... la Vie se rendirent à Copenhague pour rencontrer l'Homme.
Repost 0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 09:00




New York. 27ème étage du Rockfeller Building.
Réunion de crise.


"Qu'est-ce qu'il se passe ?

- C'est le grand patron. Il sait pour les chiffres en France. Chut, le voilà.

...

- Je vous écoute...

- Monsieur, depuis douze années consécutives, votre entreprise truste la première place des meilleures chaînes de restauration dans le monde.

- Je le sais, ça, mon vieux. Dîtes-moi plutôt pourquoi je suis agacé ce matin.

- ... Euh, parce que, malgré tous nos efforts, notre engagement sans borne et notre détermination à satisfaire nos clients, pour la douzième année consécutive, il y a un semestre en France durant lequel un restaurant sert plus de repas que nous.

- Cette situation est intolérable. Des solutions ???

- Nous avons modifié la carte, l'avons adapté aux exigences françaises, congédié pas moins de neuf chefs de renommée internationale, rien n'y fait.

- Pfft, je suis entouré d'incapables !... Quelle est l'actualité de son PDG ? Sa stratégie marketing, son exposition médiatique, que ne sais-je encore ?

- C'est-à-dire, il est mort il y a une vingtaine d'années !

- De mieux en mieux. Vous savez, dans tous les Country club, les séminaires des grands chefs ou dans les réceptions des ambassadeurs Américains à l'étranger où je me rends _ même si on ne l'avoue pas ouvertement _ on s'amuse de la situation... Ce n'est pas une question d'argent, ma clientèle est fortunée. Pour autant, je ne veux pas qu'elle aille faire un tour chez la concurrence.

- Il n'y a pas de danger !

- Qu'avez-vous dit, vous là-bas ?

- Leurs repas coûtent trois fois rien, Monsieur. La clientèle est toujours aux anges dès que les restaurants ouvrent leurs portes. Leur concept est excellent, il faut se rendre à l'évidence. C'est un succès qui ne se dément pas depuis plus de vingt ans. A l'été prochain, nous reprendrons le monopole, voilà tout.

- Merci pour cette analyse pleine de bon sens... Vous êtes virés !... Bon allez, j'ai assez perdu de temps. Les coordonnées, vite. C'est quoi le nom de cette chaîne ?


- ... Les restos du coeur !"

 

 

 


Repost 0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 13:50





"Hep, toi là-bas ?

- Quoi ?... Qui me parle ?

- Moi ! Lève un peu la tête... Je suis là... Pourquoi cours-tu comme ça ?

- Je n'ai pas le choix : je ne veux pas me laisser distancer.

- Tu plaisantes ? Cela fait quelques temps que je t'observe. Vous n'êtes que trois à courir autour de cet anneau et tu es de loin la plus rapide. Tu leur prends régulièrement un tour.

- Certes. Mais je suis de loin la plus grande, la plus jeune et la plus élancée. Au départ de la course, nous étions toutes les trois sur la même ligne ; il n'y avait qu'une règle à respecter : toujours conserver le même rythme. La fougue de ma jeunesse a précipité mes pas...
Regarde cette femme derrière moi, elle ne fait pas son âge, elle n'a pas ma taille ni ma vivacité, mais grâce à son expérience, elle a su s'économiser. Quant à la vieille dame, elle est petite, menue, mais sa sagesse la fait avancer malgré sa faible allure. Et crois-moi, elle est toujours à l'heure !

- Attends une minute ! Tu...

- Non, je ne peux pas. Elle ne doit pas me rattraper. Et puis, je ne dois pas me déconcentrer. J'ai mon rôle ici.
C'est MOI qui imprime le rythme.
Je crois que je les stimule et les entraîne dans mon sillage... Laisse-moi maintenant.
Toi qui n'es pas dans la course, profite du moment présent. Le temps passe si vite. Et ne te retourne pas, car on ne vit pas dans le passé.

- Me diras-tu seulement ton nom ?

- Oui, je suis... la seconde !"


                              Et elle fila, car personne ne peut arrêter ni même ralentir la course de la Vie...


Repost 0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 11:58



Pensée du jour :




L’Ecriture est un art et la Lecture, la passion qui lui rend hommage.


 

Bonne journée à toutes et à tous.

Repost 0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 15:53



Ethan et Virgile, sept et huit ans, se retrouvent dans une aire de jeux.

"Salut !
- Salut, ça va ?
- Oui. C'est qui le monsieur, là-bas ?
- C'est mon papa. Il ne travaille pas aujourd'hui, c'est férié.
- Ah bon ? Pourquoi ?
- Bah, c'est l'Armistice.
- Ahh ? Et qu'est-ce qu'il fait ton papa ?
- Il est spécialiste des conflits internationaux. Il est historien. Mon papa, il dit que c'est important de se souvenir des histoires... Tiens, ça te dirait aujourd'hui de jouer aux Français et aux Allemands ?
- Aux quoi ?
- ... C'est un peu comme les cowboys et les indiens ou les gendarmes et les voleurs.
- Bof !... T'as amené tes cartes de catch ? Regarde, j'ai réussi à avoir celles du Undertaker et de Rey Mysterio.
- Rey Mysterio ??? Fais voir un peu..."

(...)

Plus tard, à table, chez Ethan :

"Alors, mon fils, tu t'es bien amusé ce matin ?
- Ouais, j'ai vu Virgile. Il était avec son papa. Il ne travaillait pas aujourd'hui.
- Ah bah, il en a de la chance, souffla le père d'Ethan, considérant ses mains encore pleines de tâches de peinture.
- C'est à cause de l'art mystique !
- C'est quoi, ça ?
- Ben, je sais pas trop. Il raconte des histoires, son métier, c'est un truc qui se finit en   -rien...
- Art mystique ? Encore un artiste enfermé dans sa bulle."
A l'insu de son fils, il confia à sa femme : "à mon avis, cet hurluberlu, c'est peut-être juste un ... bon à rien !!!"
Et tandis qu'ils riaient généreusement, Ethan alluma la télé et tomba sur les cérémonies de commémoration du 11 novembre.
" Oh la la, file-moi la télécommande, tu veux ? Tous les ans, ils nous ressassent les mêmes choses."

Et sans autre forme de procès, il zappa...

                                                                ----------------------------------

Parenthèse sinistre :
J'ai lu dans un quotidien régional qu'une étude menée en Ecosse auprès de collégiens montrait qu'une majorité d'entre eux pensait qu'Adolf Hitler était un ancien sélectionneur de l'équipe de foot d'Allemagne. Alors, même s'il convient de se méfier des études et autres sondages, à votre avis, c'est inquiétant, inquiétant ou seulement inquiétant ?

Repost 0
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 11:45

 

 


De la beauté à la laideur,

De l'amour à la haine,

De la compassion à l'orgueil,

De la solidarité à l'aveuglement,

De la conscience à l'égoïsme,

De la vie à la mort,

Il n'y a qu'un pas.


Je suis le monde.

Le monde est mien.

Le monde est nôtre.

Le mérite-t-on ?

Si seulement...


Repost 0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 08:15
The Work par nmjeeptours




Ô temps immuable ! L'homme joue avec toi : cette nuit, il touchera à ton essence-même... Pauvre de lui s'il ne voit pas que tu as raison de tout !

Que se passe-t-il à l'heure d'hiver lorsque nous reculons nos montres d'une heure ? Un retour dans le passé ou la possibilité de réécrire l'histoire ? De la même façon, à l'heure d'été, créons-nous une cassure spatio-temporelle ? Qu'advient-il à celui qui s'y engouffre, même par inadvertance ?

Le temps se courbe mais voyez ici comme il a fière allure et marche sur la ville. Il nous surveille, nous accompagne, nous effraie mais il fait partie de nous.

Bonne journée à vous.

Repost 0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 08:15

Jean-Eudes et Karim sont deux jeunes garçons de dix ans.
L'un est Français ;
L'autre, pas.
L'un vit à Paris ;
L'autre, pas.
L'un croit pouvoir répondre à toutes les questions ;
L'autre n'a aucune solution.

L'un possède déjà un iPod, joue à la wii et va parfois dormir chez ses copains ;
L'autre est seul et démuni.
L'un n'aime pas lire ;
L'autre n'a jamais tenu de livre entre ses mains.
L'un se dit prêt à parcourir le monde ;
L'autre ne s'éloignera jamais de sa maison.
L'un possède le maillot de foot de Jean Tigana ;
L'autre ne sait pas qui c'est.
L'un possède le maillot de Tony Parker ;
L'autre n'a pas de ballon de basket.

Tous deux ignorent où se situe Pittsburgh.
Tous deux ont autre chose à penser que la tenue de la future conférence de Copenhague, les bonus des traders ou les tensions croissantes entre l'Iran et la communauté internationale.

Tous deux pensent déjà à ce qu'ils feront de leur vie.
L'un a des rêves de grandeur ;
L'autre voudrait simplement travailler.
L'un est exigeant ;
L'autre sait que c'est un luxe qu'il ne peut s'offrir.

Tous deux s'imaginent heureux, à leur façon.
Jean-Eudes l'est. Assurément. Il sourit à la vie.
Jean-Eudes a dix ans.

Jean-Eudes est... Sénégalais. Il vit à M'Bour, au sud de Dakar...


Ainsi va le monde.
Il est des mots pire que tous les maux : les préjugés.
Le Monde s'emballe. Nos deux jeunes garçons, s'ils ne partent pas sur le même pied d'égalité, en foulent néanmoins le même sol.
Ils comptent sur Barack, Nicolas ou Gordon et doivent composer avec Mahmoud, Oussama ou plus simplement avec la personne qui leur créera des difficultés.
C'est ensemble que Jean-Eudes et Karim souffriront ; c'est ensemble qu'ils réagiront.

Bonne journée.
Soyez heureux.
Amitiés.
Repost 0