Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE BLOG D'ANTONI
  • LE BLOG D'ANTONI
  • : Ce blog vous permet de découvrir mon premier roman et plus généralement ma passion pour l'écriture.
  • Contact

Ce que je lis aujourd'hui

 

 

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

 

   

Recherche

J'Y PARTICIPE

 

 

28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 13:02
 
Challenge anglais
4ème de couv' :
Une très belle histoire d'amitié, de sagesse et d'humanité. Joey le cheval de ferme, devenu cheval de guerre, en 1914, nous raconte son histoire, avec simplicité. Témoin de la Grande Guerre, il va vivre l'horreur des combats auprès des Britanniques, des Allemands, ou du côté des Français. Pour lui, les soldats, les paysans, les officiers, les vétérinaires ne sont pas des ennemis, mais des hommes, chez qui il rencontre la bonté comme la méchanceté. Joey partage leurs souffrances et leurs peurs, et sait leur redonner de l'espoir.
  9-fr-b52637bbbe3159f455a12960f8e732f4
Mon avis :
202 pages. Roman publié en 1982.
Pour commencer, je voudrais remercier ma fille Syrielle qui m'a gentiment prêté ce livre pendant les vacances. Il est tombé à point nommé après différentes lectures un peu "dures" pour ne pas écrire sanguinolentes ou sordides. Bref, j'ai trouvé ce roman rafraichissant et ce, malgré le thème abordé. Normalement destiné à un public jeune, sa lecture en est naturellement facilitée.
Je ne connaissais pas encore Michael Morpurgo, malgré l'énorme succès qu'il a rencontré tout au long de l'année dernière via le challenge GOD SAVE THE LIVRE.
Cette histoire est absolument originale car elle est abordée du point de vue de Joey, un magnifique cheval Anglais. Traiter des horreurs de la première guerre mondiale à travers non plus le témoignage de vétérans mais celui d'un participant atypique, c'était un pari osé que Michael Morpurgo a su relever, à mon sens.

Tout commence dans une ferme où le jeune Albert se prend d'amitié pour Joey, n'hésitant pas à faire valoir son avis sur celui de son père, un honnête homme malheureusement aviné tous les mardis. L'esprit embué par les vapeurs d'alcool, il décide un jour de vendre Joey pour se faire un peu d'argent. C'est ainsi que Joey échoue entre les mains du capitaine Nicholls, lequel l'embarque aussitôt sur un bateau, à destination de la France. Albert, ne pouvant se résoudre à cette issue malheureuse, jure devant Dieu qu'il retrouvera Joey, coûte que coûte...
Depuis la France, nous suivons les pérégrinations du cheval, faites de rencontres et de scènes de guerre auxquelles il prend part. Il sera tour à tour affecté à la cavalerie (cela va de soi !) puis détaché à l'infirmerie pour rapatrier les corps ou les blessés, au service vétérinaire afin de tirer les charrettes chargées de chevaux malchanceux avant d'être fait prisonnier en même temps que son cavalier. Passé à l'ennemi, il va être placé par les Allemands dans une ferme tenue par un vieil homme qui y vit avec sa petite-fille, Emilie.

Je m'arrêterai ici pour le résumé, histoire de ménager le suspense. Ce que je peux affirmer sans peine, c'est que ce livre se lit à la vitesse de la lumière et que l'histoire est simplement belle, marquée par un cheval, plus humain que l'homme lui-même. Les horreurs y sont décrites sans fioriture ; des drames et des tragédies s'y jouent, ce qui lui retire, de fait, l'étiquette de roman "tout va bien dans le meilleur des mondes possibles" que l'on serait peut-être tenter de lui coller, de prime abord.
Et puis, manifester un peu de considération pour ces chevaux que l'on a, des deux côtés des lignes de front, jetés en pâture durant tout le conflit, permet d'apporter un nouvel éclairage sur les efforts de guerre consentis à l'époque et le rôle prépondérant qu'ils ont tenu lors des affrontements.
Il y a, à ce sujet, un épisode symbolique au beau milieu du "No man's land" qui réunira un temps les deux camps.

Connaissant mal l'oeuvre de Michael Morpurgo, l'on peut tout de même reconnaître qu'Hollywood ne l'a pas oublié puisque le grand Steven Spielberg vient de nous livrer l'adaptation cinématographique de ce livre. Quand je vous dis que cette lecture tombait à point nommé !!!!
Pour celles et ceux qui l'ignoreraient, je vous propose de jeter un oeil sur la bande-annonce :
 
Je m'avance sans doute un peu mais je pense que Nils Arestrup est certainement particulièrement convaincant dans le rôle du grand-père d'Emilie. D'ailleurs, un petit tour sur la toile permet de s'assurer du probable succès à venir pour ce film. Que toutes celles et ceux qui l'ont vu nous fassent part de leur sentiment après la séance, s'ils le souhaitent.

Comme d'habitude, je vous propose de découvrir d'autres avis sur ce roman, c'est ici : DelphinaEnder, Enna (lu dans le cadre du challenge en VO, "horse" course, jeu de mot !!!), Entre les pages, Lara Emilie, Valou (lu dans le cadre du challenge !).
Voilà pour les liens. Evidemment, si vous l'avez lu et ne faîtes pas partie de la liste, prévenez-moi et profitez de ma faiblesse (!!!), je vous ajouterai.

Ma note : 4.5 / 5.
 
Ce livre, lu dans le cadre du challenge GOD SAVE THE LIVRE, que j'ai le plaisir d'organiser, est le 6ème livre parcouru depuis le début de l'année.


Partager cet article

Repost 0
Published by ANTONI - dans Michael Morpurgo
commenter cet article

commentaires

la fille gentile 14/04/2015 10:29

trop bien fait mais je chercheun résumé complet si tu m'aider?

Lara Emilie 03/04/2012 22:09

Merci pour le lien!

Je te conseille de découvrir Michael Morpurgo pour des lectures un peu "légères" vu qu'elles sont généralement adressées à un public jeune. J'ai lu plusieurs de ses livres comme "bedtime story"
(entre autres Shadow, qui m'a marquée) et j'ai trouvé chacun de ces livres magnifiques jusqu'à maintenant.
A-tu vu le film? Je suis allée le voir récemment et je l'ai trouvé vraiment bien. Moi qui suis généralement très difficile lorsqu'il s'agit d'adaptations, je n'ai pas vraiment trouvé de critique à
faire.
Bonne lecture...

ANTONI 04/04/2012 12:29



Je n'ai pas vu le film mais il me semblait que la version de Spielberg était sensiblement différente. Aurais-je mal interprété les premières critiques ?!?



enna 10/03/2012 21:30

J'adore Morpurgo et je trouve qu'il traitre toujours très bien la guerre et les relations humaines et animal. Il écrit très bien, en ne prenant pas ses jeunes lecteurs pour des idiots (ce qui
explique pourquoi autant d'adultes l'aiment aussi ;-)

Entre Les Pages 10/03/2012 15:46

Merci d'être passé par chez moi et merci pour le lien! (Mais je n'ai pas lu ce roman dans le cadre d'un challenge, j'avais envie de le découvrir pour aller voir le film ensuite) Cette histoire est
très touchante et c'est vrai que le livre se lit très vite, je l'ai dévoré en une soirée d'ailleurs. J'avais l'estomac tout noué et les émotions sont aussi très présentes dans le film de Spielberg
qui a réussi un bon film familial avec de belles images et un scénario encore emprunt de ses obsessions qu'on adore!!! (Emmenez les mouchoirs quand même hein!)

Sharon 29/02/2012 22:35

Les animaux (et les enfants - je pense à Emily) dans la guerre sont une thématique récurrente dans l'oeuvre de Morpurgo, ce qui s'explique en partie par sa biographie. Difficile de conseiller un
titre plus qu'un autre : j'espère seulement que Shadow sera bientôt traduit en français.