Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE BLOG D'ANTONI
  • LE BLOG D'ANTONI
  • : Ce blog vous permet de découvrir mon premier roman et plus généralement ma passion pour l'écriture.
  • Contact

Ce que je lis aujourd'hui

 

 

 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

 

   

Recherche

J'Y PARTICIPE

 

 

6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 20:10

 

4ème de couv' :

En se retirant sur un paisible îlot privé de l'archipel de Stockholm, les musiciennes de l'ensemble Furioso pensaient enregistrer au calme le dernier Quatuor à cordes de Stenhammar. Mais lorsque Louise doit céder sa place de premier violon au charismatique Raoul Liebeskind, adulé par les femmes, l'équilibre qui régnait jusque-là vole en éclats.

De vieilles histoires ressurgissent tandis que de nouvelles intrigues apparaissent, attisées par la passion de la musique. Une nuit, un corps sans vie est découvert alors que seuls les musiciens se trouvent sur l'île. La commissaire Ebba Schröder se voit confier cette délicate enquête, d'autant plus difficile qu'entre secrets et rivalités tous semblent suspects...

 

 

 

 

Mon avis :

587 pages. Roman publié en 2012. Avant de commencer cette chronique, je tenais à remercier chaleureusement Emily pour l'envoi de ce roman signé d'un auteur que je ne connaissais pas. Carin Bartosch Edström est Suédoise. Je dois dire que, depuis la lecture de la trilogie Millénium, je prends plaisir à consacrer un peu de temps à la littérature suédoise. Il y a parfois des noms de quartiers, de rues ou tout simplement des patronymes improbables mais cela donne une petite touche exotique à l'ensemble (bon, oubliez les palmiers dans votre évocation personnelle de l'exotisme !!!).

 

J'ai plutôt apprécié ce roman. Il y a néanmoins quelques petits bémols qui justifient la note attribuée ci-après. Evoquons-les dès à présent, de manière à vite nous concentrer sur l'intrigue elle-même. La mise en place est un peu longue. L'analyse psychologique des personnages, individuellement et lorsqu'on les confronte occupe une place non négligeable dans ce roman. J'ai envie d'écrire ici que c'est sans doute un mal pour un bien car cela nous permet de suivre plus facilement quand l'enquête commence enfin. Le deuxième bémol, à mon sens, réside dans le choix des personnages. Un quatuor composé exclusivement de femmes, toutes plus belles les unes que les autres (non, ce n'est pas un roman sur les Coors !), c'est bien. Le hic, c'est que j'avais tendance à toutes les confondre au départ. Au fil des pages, cette sensation s'estompe, heureusement.

 

En résumé, c'est plutôt un roman policier de bonne facture. On y retrouve notamment tous les ingrédients : galerie de personnages complexes dont les relations peuvent néanmoins parfois flirter avec le sordide, enquête bien alambiquée et l'élément essentiel, une mort très mystérieuse. Imaginez une rock-star internationale du violon (André Rieu mais avec un capital érotique 1000 fois supérieur) et vous visualiserez Raoul Libeskind.

Grand séducteur, Raoul n'hésite pas une seconde à prendre l'avion depuis New-York pour répondre à l'invitation du quatuor Furioso. Il se retrouve ainsi sur une petite île où il remplace gracieusement Louise, qui s'est blessée à la main et ne peut, par conséquent, achever l'enregistrement de leur prochain CD.   

Tout se passe bien, en apparence. A ceci près que notre Dom Juan fait rapidement tourner les têtes... en sachant que, des 4 femmes composant le quatuor, 2 d'entre elles ont déjà succombé à ses charmes par le passé  : Anna, avec qui il a été brièvement fiancé et Héléna, avec laquelle il entretient une relation adultérine depuis près de 25 ans. Ne restent que Louise et Caroline (petite soeur d'Héléna) qui sont arrivées sur l'île en couple. Le risque est dès lors moins grand pour ces deux dernières. Et pourtant !

 

Les tensions surgissent rapidement, les vieilles querelles oubliées se font jour jusqu'au moment où l'une des cinq personnes perd la vie... 

 

Alors, que s'est-il passé sur cette île ? Qui a été assassiné ? Par qui ? Quel était le mobile ? Toutes et tous seront suspects à leur tour. L'enquête progresse, grâce à une Ebba Schröder à la logique implacable, digne des romans d'Agatha Christie ou de Sir Arthur Conan Doyle.

Mais vous ne croyez tout de même pas que je vais vous donner les réponses comme ça, par pure charité chrétienne ou parce qu'on est au début d'une nouvelle année ???

Que nenni. Il vous faudra, pour satisfaire votre curiosité (que j'espère aiguisée !), lire Furioso.

 

Le tranchant de ma plume (ou de mon clavier) n'est pas parvenu à aiguiser comme je le souhaitais votre curiosité ? OK. Pas de problème. Attention : Plan B.

Le recours aux autres lecteurs. C'est par ici : Jacques Teissier, SiaYv.

 

 

Ma note : 3.5 / 5.

 

Furioso est le 1er roman lu depuis le début de l'année.

 

 

 

 

 

Repost 0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 12:00
 
 
4ème de couv' :
Après avoir échappé de peu à la mort, Lisbeth Salander se retrouve immobilisée à l'hôpital, dans l'incapacité d'agir... De nombreux chefs d'accusation pèsent toujours sur elle et la font placer en isolement par la police, dans une chambre jouxtant celle de son père, qui la hait et qui n'est guère en meilleur état qu'elle... À l'extérieur, Mikael Blomkvist continue de mener l'enquête sans pouvoir avoir le moindre contact avec Lisbeth. Il ne tarde pas à mettre à jour certaines activités souterraines menées par les services secrets. Ce qui pourrait déstabiliser les hautes sphères de l'État mais surtout blanchir Lisbeth une bonne fois pour toutes...

Mon avis :
711 pages. Roman publié en 2005.
Me voici donc plongé dans les aventures de Lisbeth Salander et Mikael "Super" Blomqvist pour la dernière fois puisque cet opus constitue l'épilogue de la saga. En effet, et même comme me l'avait affirmé en son temps mon ami Jean-Lionel _ "cette saga aurait pu contenir une douzaine de tomes" _ Stieg Larsson est malheureusement décédé suite à une crise cardiaque peu de temps après avoir remis ses trois premiers manuscrits à son éditeur.
Je n'irai pas par quatre chemins : si j'ai adoré retrouver les deux personnages principaux, j'ai trouvé que l'intrigue prenait un temps fou à se mettre en place. Sur 711 pages, cela ne bouge vraiment qu'à partir de la 500ème. J'exagère évidemment mais l'on en vient aux origines d'Alexander Zalachenko et son appartenance à la Säpo, la police de sûreté suédoise. Mal nécessaire probablement car cela nous permet, pauvres lecteurs que nous sommes, de nous imprégner de l'atmosphère et de la situation politique de la Suède d'hier. Mais que ce fut indigeste !!!

Le deuxième tome s'achevait en laissant pour morte Lisbeth Salander, une balle fichée dans la tête. Elle n'était pas restée inactive puisque elle avait asséné deux coups de hache à son père. Quant à son demi-frère, Ronald Niedermann, il avait finalement pu prendre la fuite...
La reine dans le palais des courants d'air s'ouvre donc sur l'admission aux urgences de Lisbeth. La balle sera retirée, elle sera sauvée et commencera alors une longue, longue, longue période d'hospitalisation. Un procès est prévu et celui-ci est déjà présenté comme explosif. Le procureur requiert l'internement en hopital psychiatrique pour celle qui est accusée de trois meurtres. Une machination politique se met alors en place pour étouffer le rapport de 1991 indiquant que Lisbeth Salander, la fille du transfuge Russe Alexander Zalachenko, est folle à lier. C'est plus facile de l'empêcher de parler ainsi (ils pensent à tout les agents troubles !!!)
Evert Gullberg, un retraité et ex-activiste de la section de la Säpo, s'introduit alors dans l'hôpital de Salghrenska (l'hôpital où sont soignés Salander et Zalachenko) et tire à bout portant sur ce dernier. L'homme décède peu après. Les forces de police arrivent mais Gullberg met fin à ses jours avant qu'il ne soit appréhendé.

Que faire alors quand le personnage principal de l'affaire ne peut plus passer aux aveux ? Que faire quand toutes les autorités sont corrompues et craignent d'être confondues dans "l'affaire" ? Que faire lorsque Peter Teleborian, psychothérapeute de renom, qui a suivi Lisbeth Salander depuis l'adolescence, et qui a contribué à falsifier le rapport de 1991, surgit et accable un peu plus la jeune femme ?
Quand on est lecteur, on est impuissant. Mais si on s'appelle Mikael Blomqvist, on fait appel à sa soeur, Annika Gianini, avocate de profession, pour défendre les intérêts de Lisbeth. On enquête parallèlement à la police et on remue ciel et terre (avec des moyens plus ou moins proches de l'illégalité) pour faire éclater la vérité.
Je me montre assez évasif mais je ne peux pas tout vous révéler non plus !
En résumé, si ce roman est un peu poussif, j'ai jubilé en suivant le procès le plus médiatique de la Suède de Stieg Larsson. Annika est juste parfaite !

Aujourd'hui, je mets un point final à la lecture de cette saga et regretterais presque qu'elle se termine. Finies les séquences où l'on boit des thermos de café à ne plus en dormir la nuit, où l'on nous emmène dans les rues de Stockholm qui se terminent toutes en -gatan, où l'on suit les pérégrinations de Lisbeth dans l'univers des hackers... à moins de ne relire le premier tome !!!
Plus sérieusement, je crois que les derniers réticents doivent se jeter à corps perdus dans la série Millénium, vous ne le regretterez pas !
Et si, comme moi, vous n'avez pas vu l'adaptation cinématographique de ce roman, un petit aperçu pour vous donner l'eau à la bouche :

 
 
Après la bande-annonce, et pour être complet sur ce tome, je vous propose d'aller visiter les blogs des personnes nommées ci-après traitant de Millénium III :  Dasola, Elfique, FlorinetteHydromielle, Karine:)Liza, Luna.
Evidemment, si vous avez lu ce livre et que votre nom ou pseudo n'apparait pas dans cette liste, prévenez-moi et je vous ajouterai.
Si vous avez manqué les épisodes précédents, je vous laisse parcourir mes chroniques des deux premiers tomes de la saga :

Ma note : 3.5 / 5.
 
Ce livre est le 13ème roman lu depuis le début de l'année.
 
 
 
Adieu monsieur Stieg Larsson et merci pour votre contribution à l'expansion de la littérature suédoise dans le monde.
Au fait, vous terminez cet article (il était long, pff !) et pas un mot sur Ronald Niedermann ? Il a pris la fuite et c'est tout ?
Hé bien, si vous voulez savoir ce qu'il advient de sa personne, il n'y a pas trente-six solutions : 711 pages vous attendent ! Je suis fort, là... Oh oui !
Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 12:00
 
 
4ème de couv' :
Tandis que Lisbeth Salander coule des journées supposées tranquilles aux Caraïbes, Mikael Blomkvist, réhabilité, victorieux, est prêt à lancer un numéro spécial de Millenium sur un thème brûlant pour des gens haut placés : une sombre histoire de prostituées exportées des pays de l’Est. Mikael aimerait surtout revoir Lisbeth. Il la retrouve sur son chemin, mais pas vraiment comme prévu : un soir, dans une rue de Stockholm, il la voit échapper de peu à une agression manifestement très planifiée. Enquêter sur des sujets qui fâchent mafieux et politiciens n’est pas ce qu’on souhaite à de jeunes journalistes amoureux de la vie. Deux meurtres se succèdent, les victimes enquêtaient pour Millenium. Pire que tout, la police et les médias traquent bientôt Lisbeth, coupable toute désignée et qu’on a vite fait de qualifier de tueuse en série au passé psychologique lourdement chargé...
 
Mon avis :
653 pages. Roman publié en 2005 (2006 en France). Après quelques semaines de répit, j'ai donc décidé de lire le second tome de la saga Millénium.
Bien m'en a pris, évidemment. Autant vous le dire rapidement, si l'on reprend les mêmes personnages que dans le premier tome, Millénium II ne correspond pas réellement à une suite. En effet, cet opus est bien davantage axé sur la vie et le passé de Lisbeth Salander, l'énigmatique et névrosée personnage d'un mètre cinquante !
 
L'histoire débute quelque part dans les Caraïbes où l'on retrouve Lisbeth, un an après son départ de Suède. Celle-ci mène grand-train après avoir détourné une partie des fonds constituant l'empire déchu de Wennerström. Quand elle décide de rentrer à Stockholm, elle se met rapidement en tête de rendre une petite visite à Nils Bjurman, son ancien agent de tutelle, de manière à voir s'il respecte scrupuleusement leur petit arrangement. Mikael Blomqvist, de son côté, travaille toujours pour le journal Millénium.
 
Quand Dag Svensson, un brillant journaliste, vient frapper à la porte du journal avec un sujet brûlant, la rédaction avec Erika Berger en tête, se dit qu'elle tient le prochain best-seller. Dag Svensson a enquêté sur le commerce du sexe dans le nord-est européen. Des têtes très hauts placées sont citées, parmi lesquelles un certain... Nils Bjurman. Quelques semaines plus tard, Lisbeth, en s'introduisant dans le portable de Mikael, apprend que Svensson, dans ses recherches, est remonté jusqu'à un homme surnommé Zala. Le sang de Lisbeth ne fait qu'un tour à cette découverte. Elle se rend immédiatement chez Dag Svensson. Dans ces entrefaites, Mikael Blomqvist propose à Dag de le rejoindre chez lui pour étudier ensemble les derniers détails de son manuscrit. Lisbeth et Mikael se manquent, à trois minutes près. Trois minutes plus tôt, Mikael aurait surpris l'assassin de Dag et de son épouse...
 
Tout accable Lisbeth puisque ses empreintes sont retrouvées sur l'arme des crimes. S'ensuit une chasse à la femme dans toute la Suède... Qui a tué le couple de journalistes ? Si ce n'était pas Lisbeth Salander, qui aurait intérêt à ce que le livre ne paraisse pas ? Qui est donc ce géant blond à la queue de cheval qui a agressé Lisbeth devant les yeux de Mikael ? Et puis, quelle est la véritable identité de ce Zala ? Existe-t-il vraiment ? Autant de questions qui ne trouvent de réponses que dans les ultimes pages de cette enquête particulièrement bien imaginée.

 
J'ai bien aimé ce livre. Je ne saurais dire lequel des deux premiers romans de la saga j'ai préféré car ils sont radicalement différents. Tout ce que je peux écrire à ce stade, c'est que j'ai hâte d'ouvrir le troisième opus car si beaucoup de questions trouvent leur réponse à la fin du roman, d'autres sont posées et posent vraisemblablement les jalons de l'intrigue à venir. Stieg Larsson _ Dieu ait son âme ! _ s'affirmait ici en tant qu'auteur de thrillers. Quel dommage qu'il soit parti si tôt.
 
Ah, je l'entends déjà : une bande-annonce, une bande-annonce ! OK, OK, la voici :

       
 
Je n'ai toujours vu aucun des films adaptés. Il va peut-être falloir que je remédie à cela rapidement, surtout si Hollywood s'empare définitivement du phénomène Millénium ! D'après les critiques, ce film est moins réussi que le premier. Je n'en sais pas plus, malheureusement...
   
Des avis de lecteurs ? Regardez ici, y a juste à se baisser : KriticonLiza Lou, Philémont, ProfSissie, Titia (blog dont la bannière invite à l'évasion), Virginie.
Si vous avez lu ce livre ou connaissez quelqu'un qui l'a lu, envoyez-moi les liens correspondants et je les ajouterai volontiers dans mon article.
   
Ma note : 4 / 5.
 
Ce livre est le 3ème lu depuis le début de l'année.

 
Repost 0
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 12:00

 

 

4ème de couv' :

Après avoir perdu un procès en diffamation, Mikael Blomkvist, brillant journaliste d'investigation, démissionne de la revue Millénium et ressasse son dépit. Il est contacté par un magnat de l'industrie qui lui confie une enquête vieille de quarante ans : sur l'île abritant l'imposante propriété familiale, sa nièce, Harriet Vanger, a naguère disparu, et il reste persuadé qu'elle a été assassinée.

Si ce n'est pas exactement le hasard qui réunit Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander, réchappée des services sociaux et génie de l'informatique, c'est une vraie chance, car la jeune femme va bien vite s'imposer comme le meilleur atout du journaliste pour élucider l'affaire.

L'intolérance, l'hypocrisie, la violence et le cynisme de notre monde contemporain _ aux niveaux politique, économique, social, familial _ sont les ressorts de ce polar addictif, au suspense insoutenable, qui a enthousiasmé des millions de lecteurs.

 

Mon avis :

706 pages (je n'en reviens pas d'avoir lu tout ça !!!)

Roman publié en 2004.

Bon, vous commencez à avoir l'habitude, je suis l'un de ceux qui se réveillent une fois que le train a atteint la gare suivante : je viens donc de combler partiellement mon retard dans l'univers de Stieg Larsson.

Pour tout vous dire, c'est la première fois que je m'aventure dans un livre appartenant à la vague, que dis-je ?, à la déferlante de la littérature nord-européenne.

J'ai choisi Stieg Larsson, cela devait être Arnaldur Indridason voire Henning Mankell mais ce fut Larsson. Et je ne regrette pas du tout.

J'ai avalé les pages de ce premier opus de la trilogie Millénium et en suis encore totalement surpris. D'ordinaire, les pavés me fuient ! Si cela peut rassurer celles et ceux qui ne l'avaient pas encore lu car ils éprouvaient certaines réticences par rapport à sa longueur...

 

J'ai adoré ce roman. Il m'a été prêté par mon ami Jean-Lionel qui est régulièrement d'excellent conseil.

 

Nous entrons par conséquent dans la vie de Mikael Blomkvist, un journaliste Suédois condamné pour avoir mis les pieds et la plume dans une affaire de détournement de fonds à l'échelle internationale via des sociétés aux comptes occultes. Exposé médiatiquement, il est contacté par Henrik Vanger, un puissant homme d'affaires à la retraite pour enquêter sur une histoire vieille de 36 ans conclu par un drame familial. C'est l'entêtement, l'enthousiasme et l'application qu'il a mis dans ses recherches qui a attiré le regard de l'octogénaire.

Il lui dévoile ainsi les dessous de la disparition d'Harriet Vanger, sa nièce sur l'île d'Hedestad, dans le nord de la Suède.

 

Stieg Larsson est malheureusement parti beaucoup trop tôt, ayant succombé à une crise cardiaque peu de temps après la remise des manuscrits de la trilogie à un éditeur. Trop tôt parce qu'il n'avait que 50 ans et puis, parce qu'il a su saupoudrer ses écrits de tous les ingrédients menant au succès : suspense, intrigue complexe, action, investigation, humour et parfois horreur (certains passages m'ont clairement fait penser au Silence des agneaux, c'est dire !!!).


C'était la force de Stieg Larsson (au moins à travers ce premier volet) : être capable de contenir dans son roman l'ensemble de ces éléments en virevoltant de l'un à l'autre sans que le lecteur en soit décontenancé.

 

L'ambiance et le climat de l'Europe du Nord et donc de la Suède y sont merveilleusement retranscrits. Je n'y suis pas allé mais je m'y suis rapidement imaginé.

Sortir par une température particulièrement clémente de - 10 degrés, écrit comme cela, c'est insensé mais pour ma part, cela me fait beaucoup rire.

 

Mikael Blomkvist va être mis en relation avec une certaine Lisbeth Salander, esprit tortueux, désaxé, qui ne fait confiance à personne. Ce sera son lieutenant ; passionnée d'informatique, hacker de classe mondiale, c'est elle qui va faire progresser l'enquête.

C'est d'ailleurs mon personnage préféré du roman.

 

Alors, que va-t-il advenir de cette affaire ? Mikael Blomkvist trouvera-t-il un nouvel indice quand les autorités et la fortune d'Henrik Vanger avaient mis tout en oeuvre au moment des faits pour retrouver Harriet ? Quelle est donc cette étrange famille Vanger qui se terre obstinément dans son silence ? Que dire d'Isabella, la mère d'Harriet qui fait tout pour enterrer le passé ? Que penser d'Harald, frère d'Henrik et nazi de la première heure ? Et pourquoi donc dans cette société patriarcale, la femme n'a qu'un rôle accessoire ?

 

Mes amis, vous ne trouverez de réponses à vos questions qu'en parcourant ce brillant roman qui m'a réellement enthousiasmé (à l'exception des 50 premières pages qui ne fait que relater l'affaire ayant conduit à la condamnation de Mikael).

 

Comme vous êtes des petits gourmands (non, je n'ai pas amené le dessert !), je vous propose de vous faire une idée plus précise de ce roman en visionnant la bande-annonce du film dont il est tiré.

 

 

 

 

    

 

                  Michael Nyqvist                                            Noomi Rapace

 

Je ne l'ai pas vu et c'est tant mieux (non pas parce que je ne ferai pas ça tous les jours !!!!) car je ne voulais pas que cela oriente ma lecture.

Avec un peu de recul, je me dis que dans cet article dédié à la littérature, j'ai tout de même réussi à évoquer une marque de yaourts et Marie-Pierre Casey ?!?

 

Au temps pour moi, je m'égare.


Qu'en ont pensé les autres lecteurs ? Bah, je vous propose d'aller voir ça ici : AudreyLuna, Messaline, Mina, Pat, ProfTitia, Yumiko.

 

Ma note : 5 / 5.

 

 

 

Ce livre est le 26ème roman lu depuis le début de l'année.

 

Repost 0